Le service civique désormais universel

Depuis le 1er juin, le service civique est devenu universel. Tout jeune qui en fait la demande pourra désormais effectuer une mission d’intérêt général. Une mesure qui pourrait concerner 150 000 personnes en 2017. 

 

L'agence du service civique permet de retrouver les offres de missions

Le site de l’agence du service civique permet de retrouver les offres de missions. (Photo C.M)

François Hollande l’avait annoncé en février, le service civique est devenu universel à partir du 1er juin. Désormais, chaque personne faisant une demande devrait recevoir une réponse positive avant la fin de l’année. Lancé en 2010, le service civique a connu un réel engouement. La première année, il a concerné 6 000 volontaires. Deux ans plus tard, ils étaient 20 000 avant d’atteindre les 34 000 en 2014. La demande est telle qu’un jeune sur quatre ne pouvait pas être accueilli. Le service civique universel devrait concerner autour de 150 000 jeunes.

Des missions d’intérêt général rémunérées

Le service civique concerne les jeunes entre 16 et 25 ans qui souhaitent effectuer une mission d’intérêt général. Ils sont engagés par des associations, des collectivités locales ou établissements publics pour une durée pouvant aller de six à douze mois. Ces missions peuvent être effectuées en France ou à l’étranger et la rémunération est fixée à 573 euros. Autre avantage, les trimestres effectués lors du service civique sont pris en compte pour la retraite. Cette expérience est jugée favorable par les jeunes pour une embauche future, comme le montre une étude réalisée par TNS Sofres. Pour 61% des jeunes, le service civique est utile pour trouver du travail, et 86% d’entre eux estiment avoir acquis une expérience utile dans le monde du travail.

Les difficultés à surmonter

L’agence du service civique proposait jusqu’à maintenant 6 037 offres. La Cour des comptes a ainsi émis ses craintes sur la qualité des missions proposées si elles passent de 34 000 à plus de 100 000. Des engagements ont été pris pour en créer de nouvelles. Le ministère de l’Ecologie devrait ainsi créer 5 000 missions, celui de la Culture, 6 000, le ministère de l’Education nationale, 4 000, et les hôpitaux et services sanitaires, 20 000 d’ici à 2017. Du côté du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, 114 fédérations devront inventer des missions.

Comme la qualité des missions, leur financement vient faire douter de l’efficacité de ce nouvel objectif. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a annoncé un coût de 680 millions d’euros, la Cour des comptes a, quant à elle, estimé ce chiffre autour d’un milliard d’euros.

Constance MARIA.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *