La Niña finit de refroidir le climat

L’épisode climatique La Niña prend fin : il participait à un refroidissement des températures. « Cette situation ne doit pas nous donner un faux sentiment de sécurité en nous faisant croire qu’il y a une pause dans le changement climatique« , a averti le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas.

mer, océan, nuage, ciel, vague, vent, atmosphère, Météo, orage, vue aérienne, des nuages, ouragan, typhon, cyclone, Catarina, océan Arctique, 2004, Atmosphère de la terre, Phénomène géologique, Vague de vent, cyclone tropical, Image satellite, Satellitenbid, Images Gratuites In PxHere
La Niña est un phénomène météorologique naturel, inverse d’El Niño, qui participe au refroidissement temporaire des températures.

Après un début d’année assez frisquet, l’Organisation météorologique mondiale (OMM), affiliée à l’ONU, prévoit des températures supérieures à la moyennes entre juin et août, en particulier dans l’hémisphère Nord. Ce changement est dû à la fin du phénomène La Niña, qui correspond au refroidissement temporaire à grande échelle des eaux de surface dans le centre et l’est du Pacifique équatorial.

Ce phénomène naturel est l’inverse d’El Niño, phénomène de réchauffement des eaux de surface près des côtes d’Amérique du Sud, et qui peut causer des catastrophes naturelles.

Accentuation des conditions météorologiques extrêmes

Ces deux épisodes climatiques se produisent de façon irrégulière. Et ils ont beau être d’origine naturelle, ils n’en sont pas moins accentués par l’activité humaine. « L’année 2021 a démarré avec des températures relativement basses selon les normes récentes. Cette situation ne doit pas nous donner un faux sentiment de sécurité en nous faisant croire qu’il y a une pause dans le changement climatique », a averti le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

Le réchauffement climatique n’est pas simplement l’augmentation de la température de la planète : c’est l’accentuation des conditions météorologiques extrêmes, souligne l’OMM. C’est pourquoi il vaut mieux parler de dérèglement climatique.

Gaëlle Sheehan

Déchets nucléaires à Bure : des opposants au projet Cigéo au tribunal mardi

En 2017, le projet Cigéo de centre de stockage sous-terrain des déchets nucléaires à Bure (Meuse) avait entraîné une vive contestation. Sept opposants au projet seront jugés, à partir du mardi 1er juin, devant le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc (Meuse). Ils sont notamment poursuivis pour « association de malfaiteurs ».

Sept opposants au projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) seront jugés par le tribunal correctionnel de Bar-le-Dur (Meuse) à partir de mardi 1er juin, pour association de malfaiteurs notamment. ©Illustration Pixabay

En 2017, l’opposition au projet Cigéo de centre de stockage en profondeur des déchets nucléaires était particulièrement virulente. Sept des organisateurs et participants d’une manifestation « illicite » sont poursuivis en justice au tribunal de Bar-le-Duc (Meuse).

Poursuivis pour « association de malfaiteurs »

Trois prévenus poursuivis pour « association de malfaiteurs », se voient reprocher l’organisation de cette manifestation, « participation à un attroupement après les sommations de dispersion » au cours de cette manifestation, et détention de « substances ou produits incendiaires », détaille l’AFP.

Trois autres prévenus ne comparaîtront que pour la détention de « substances ou produits incendiaires » et une septième personne pour avoir exercé des violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, des gendarmes en l’occurrence. À noter que ces violences n’ont pas entraîné d’interruption temporaire de travail.

Le collectif de lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs a d’ores et déjà annoncé son soutien aux opposants au projet traduits en justice, via Twitter. Une manifestation en soutien sera organisée mardi.

De même, l’association Sortir du Nucléaire supporte les sept prévenus à la veille de l’audience correctionnelle qui durera trois jours, du 1er au 3 juin : « Pour tenter de discréditer la lutte contre #Cigéo, des moyens dignes de la lutte antiterroriste ont été déployés : surveillance et fichage massifs, des centaines de téléphones écoutés, une cellule de gendarmerie dédiée… et tout cela pour un dossier creux! »

Ces propos sont approuvés et renforcés par l’un des avocats de la défense : « On a été très très loin, pour revenir à quasiment rien : finalement, on se retrouve avec un débat autour d’une manifestation. La grande association de malfaiteurs, fantasmée par l’accusation, ne ressemble plus à grand chose », a estimé auprès de l’AFP Me Raphaël Kempf. La préfecture attend environ 400 personnes, dont des personnalités politiques écologistes en soutien aux prévenus pour le procès.

Sollicité par l’AFP, le procureur de la République de Bar-le-Duc, Sofiane Saboulard, a souligné que les prévenus ont bénéficié « de l’ensemble des recours permis par le code de procédure pénale ». Décision attendue le 3 juin.

Marine Ledoux