Coronavirus : les librairies indépendantes organisent le « drive » du livre

Alors que le géant Amazon enregistre des ventes de livres records depuis le début du confinement, les librairies indépendantes s’organisent elles aussi pour faire face à cette concurrence. Elles sont de plus en plus nombreuses à proposer un retrait des commandes pour atténuer les effets du confinement.

Les librairies organisent le retraits des commandes effectuées sur leur site web. (Crédit : Flickr)

Pouvoir ouvrir afin d’assurer le retrait des commandes : voilà ce que réclamaient depuis plusieurs semaines les libraires indépendants français pour faire face à la fermeture mise en place avec le confinement le 17 mars dernier. C’est chose faite depuis le 16 avril, où le ministre de la culture, Franck Riester a annoncé la possibilité pour les librairies de mettre en place ce système. Une solution rapidement adoptée dans de nombreuses librairies.

Des retraits de commandes sur internet

Le concept est très simple. Comme avec le « drive » des magasins de grande distribution, les clients commandent les livres qu’ils désirent via le site internet de la librairie ou par téléphone. Mais attention, seuls les livres déjà en stock dans la librairie peuvent être commandés, les livraisons des maisons d’édition n’étant pas assurées avec le confinement. Les acheteurs payent en ligne ou à la libraire et un créneau leur est attribué afin qu’ils puissent récupérer leurs commandes.

C’est le cas de la Librairie Antoine, à Versailles qui propose ce service tous les jeudis. Les clients peuvent ainsi retirer les commandes effectuées par le biais du « click and collect » et profiter de leurs nouvelles lectures.


Et certains libraires ont même poussé la démarche encore plus loin en proposant à leurs clients un système de livraison à domicile.

Parmi les clients des libraires, on trouve autant les habitués que de nouveaux arrivants. « Grâce à ce dispositif presque 150 personnes qui n’avaient jamais fréquenté la librairie ou qui n’avaient pas l’habitude d’y commander des livres m’ont contacté« , explique Antoine Michon, gérant de la Librairie Antoine.

Le livre, produit de première nécessité

Le libraire est convaincu du caractère essentiel du livre : « Nous, libraires, nous avons autant besoin économiquement de vendre des livres que les lecteurs ont besoin de s’évader et de trouver un équilibre dans la lecture. Pour certains de mes clients, le premier réflexe pour rompre l’isolement d’un proche en EPHAD, ça a été d’envoyer un livre« , raconte le libraire.

Les libraires n’en oublient pas pour autant leur rôle de conseil et adaptent leurs recommandations à cette période de confinement.  » Bien sûr que mon devoir de conseil a pu jouer, raconte Antoine Michon. On prend beaucoup le temps de discuter, de répondre et de reconseiller les clients si besoin. On conseille des choses plus légères pour les gens qui veulent s’évader« .

De nombreuses librairies ont également mis en ligne sur leurs sites des « sélections spéciales confinement » avec des livres choisis avec soin, pour s’évader ou au contraire réfléchir davantage à la situation.

Un moyen de survivre

Mais pour beaucoup de libraires, rouvrir les portes de leur magasin est indispensable pour assurer la survie de leur boutique. « Ça va mal. Nous avons fait 20% du chiffre d’affaires d’un mois d’avril normal. Malgré tout je préfère rester optimiste et penser qu’Amazon ne peut pas tout faire« , confie Antoine Michon. Même si le succès est donc au rendez-vous, l’avenir de nombreuses librairies indépendantes est menacé.

Pour soutenir les librairies proches de chez vous, vous pouvez vous rendre sur le site qui regroupe les initiatives en faveur des librairies,  qu’il s’agisse de livraisons, de bon d’achats à faire valoir au moment du déconfinement ou encore de cagnottes.

Pauline Paillassa

 

Marc Lévy et ses fans : deux décennies d’attachement

Le dernier roman de Marc Lévy, Ghost in Love, sort aujourd’hui en librairie. 19 ans après la première parution de l’auteur à succès, son lectorat, majoritairement féminin est encore au rendez-vous.

 

Le roman trône sur les étalages, entouré du dernier roman de Guillaume Musso, son principal concurrent
Crédit : Esther Michon
Le rayon « actualités » est placé à l’entrée du magasin pour attirer les passants
Crédit : Esther Michon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rideau de fer de la Fnac des Halles vient à peine de se lever que les libraires s’affairent déjà à mettre un nouveau livre sur les étalages. Ce mardi 14 mai, sort Ghost in love, le dernier roman de l’écrivain.

Depuis quelques années, ses romans sortent au mois de mai. Une date qui n’est pas choisie par hasard par la maison d’édition, Robert Laffont. Pour Virginie Anton, libraire de l’enseigne, cette date est  « proche de la date de la Fête des Mères mais aussi de celle des beaux jours et des vacances « . Une temporalité qui se prête au début du printemps et aux lectures dites plus légères.

Succès en librairie

Car la littérature de Marc Lévy est souvent décrite comme celle des « best-sellers », un genre critiqué par les héritiers d’une tradition littéraire française élitiste. Ainsi, le juste milieu n’existe pas lorsque l’on parle de la littérature de Marc Lévy. Il y a les lecteurs qui adorent et ceux qui détestent.  Les deux jeunes créateurs de la chaîne de vulgarisation littéraire, Le Mock, Redek et Pierrot, se sont soumis à l’exercice  » Pour ou contre Marc Lévy ? » pour discuter du terme « bon ou mauvais roman ».

Depuis maintenant 19 ans, il est impossible de passer à côté de ses romans sur les étagères des librairies ou sur les affiches publicitaires. Comme son concurrent Guillaume Musso, autre mastodonte de la littérature à succès, l’écrivain publie à un rythme soutenu, presque tous les ans.
Selon la libraire de la Fnac,  les auteurs de romans à succès s’ajustent à ce qui marche. L’idée de la seconde chance et des nouveaux départs dans la vie est donc une thématique présente dans Ghost in love. Selon elle,ce thème entre dans la tendance du développement personnel, très à la mode aujourd’hui. « Quelque part, ces auteurs de bestseller ont initié le « feel good book« , l’équivalent anglais du « feel good movie » , un livre dont la lecture nous immerge, nous détend et nous propose un « happy end ».

La méthode d’écriture de l’auteur est bien huilée : des personnages attachants, des histoires abracadabrantes et magiques pour des dénouements surprenants et heureux. Les lieux des romans, eux, font voyager les lecteurs. « Au fil du temps, j’ai apprécié sa précision au niveau des lieux où il nous emmené : la France, la Turquie, les USA. C’est un vrai voyage touristique et culturel que de lire Marc Lévy » explique Mélissa Sadet, écrivaine et chargée de clientèle dans une maison d’édition. Sa lecture des œuvres de Marc Lévy s’est toutefois essoufflée depuis quelques années.  Après une courte pause, elle a pourtant racheté le dernier roman de Marc Lévy le jour de sa sortie. Et elle n’est pas la seule à l’avoir attendu.

Des fans, toujours séduits

Ghost in love a bénéficié d’un tirage exceptionnel de plus de 350 000 exemplaires. Depuis le premier roman publié en 2000 Et si c’était vrai, les fans du romancier attendent avec hâte chaque nouvel opus, quitte à se ruer le jour-même en librairie pour se le procurer.  Sur  les réseaux sociaux, certains ont déjà acheté le vingtième roman de l’écrivain et s’apprêtent à le lire d’une traite.

Les fidèles lecteurs de Marc Lévy ont leurs petites habitudes comme tous les fans : collectionner les romans, leur dédier une étagère de leur bibliothèque ou encore refuser de prêter leurs livres sauf à des personnes de confiance. C’est tout un rituel de « vrai collectionneur » qui est à l’œuvre. Certains ont même ont rejoint un groupe Facebook intitulé  » Fans de Marc Lévy », créé en 2015 et composé de plus de 1500 utilisateurs du réseau social. Pour ces  auteurs à succès, échanger avec ses fans est aussi un moyen de créer un lien durable et constant. Les séances de dédicaces sont notamment le moyen le plus sûr de fidéliser ses lecteurs.

Sandrine et son auteur préféré, en dédicace à la Fnac Saint-Lazare pour la sortie de « Un sentiment plus fort que la peur » Crédit : Sandrine Rizzotto

Pour les fans les plus passionnés, la correspondance reste un moyen d’échange privilégié. La romancière Amélie Nothomb est fréquemment prise en exemple pour illustrer le rapport intime entre un auteur et ses lecteurs. . Depuis 2001, Sandrine Rizzotto, assistante de direction, communique elle avec Marc Lévy une à deux fois par mois. « Un lien très amical et rigolo s’est créé » raconte cette grande passionnée, qui attendait avec hâte la sortie de « Ghost in land » comme un cadeau d’anniversaire.

 

Esther Michon

 

 

Romain Gary entre dans La Pléiade : portrait d’un écrivain « insaisissable »

Il est le seul écrivain a avoir reçu deux fois le prix Goncourt. 40 ans après sa disparition, Romain Gary entre dans La Pléiade.
40 ans après sa disparition, l’auteur Romain Gary entre à La Pléiade. / Yann Forget – Wikimedia Commons – CC-BY-SA-3.0

« Ouvrir un livre de Gary, c’est consentir à passer du rire aux larmes » mais aussi « aller à la rencontre d’un homme insaisissable, paradoxal et contradictoire », raconte l’universitaire Mireille Sacotte, qui a dirigé les deux volumes de La Pléiade consacrés à Romain Gary. Les deux tomes paraîtront officiellement ce jeudi, quarante ans après la disparition de l’auteur.

Le tome 1 de La Pléiade (1 536 pages, 63 euros) s’ouvre avec le premier roman publié par Gary, Éducation européenne (1945, couronné par le prix des critiques). Le tome 2 (1 728 pages, 66 euros) se clôt avec son dernier roman Les cerfs-volants (1980). A 35 ans de distance, ces deux livres ont pour sujet la Seconde Guerre mondiale et plus précisément la Résistance, un thème toujours en filigrane dans ses romans.

L’édition de La Pléiade a mis de côté les nouvelles, le théâtre, les articles, les entretiens et les essais de Gary pour ne conserver que ses romans et récits. On y retrouve donc ses deux romans récompensés par le prix Goncourt : Les racines du ciel en 1956 et La vie devant soi en 1975, signé sous le pseudonyme d’Émile Ajar. Parmi les autres titres rassemblés dans la Pléiade figurent entre autres La promesse de l’aube, une autobiographie à ne pas prendre au pied de la lettre, Lady L., roman de pure fantaisie et La danse de Gengis Cohn qui a comme narrateur un Juif revenu hanter la conscience de l’ancien Nazi qui l’a fusillé.

Parallèlement à la sortie des deux volumes de la Pléiade, Gallimard propose un album richement illustré (offert pour l’achat de trois Pléiade) consacré à l’écrivain. C’est un Gary plus intime, « éternel insatisfait de soi, éternel écorché vif », qui apparaît dans ce recueil réalisé par Maxime Decout, maître de conférences à l’université de Lille.

 

Écrivain insaisissable

Durant toute sa vie d’adulte, Romain Gary s’amuse à faire planer le doute sur son identité. Dans ses différentes déclarations aux médias, il fait varier son nom, son lieu de naissance, la nationalité de sa mère. Il va jusqu’à renier son père, se présentant comme un « bâtard juif russe, mâtiné de Tartare ». Il laisse même courir la légende, dans divers écrits et interviews, qu’il est le fils du comédien russe Ivan Mosjoukine.

En réalité, Romain Gary est né Roman Kacew en mai 1914. Il est le fils d’un fourreur et d’une modiste de Wilno (actuelle Vilnius, capitale de la Lituanie), ville tour à tour russe, allemande puis polonaise. Élevé seul par sa mère Mina dès ses 11 ans, ils partent tous les deux pour la France en 1928. Sa mère est persuadée que dans ce pays, son fils pourra s’accomplir pleinement en tant que diplomate ou artiste.

Après des études de droit, il est mobilisé pour la guerre. Romain Kacew sera l’un des premiers à rejoindre le général de Gaulle en 1940. En 1943, il est rattaché en Grande-Bretagne au groupe de bombardement de Lorraine. C’est durant cette période qu’il choisit le nom Gary, signifiant « brûle ! » à l’impératif en russe. « C’est un ordre auquel je ne me suis jamais dérobé, ni dans mon oeuvre, ni dans ma vie », racontait-il.

Au total, il effectue plus de vingt-cinq missions, totalisant plus de soixante-cinq heures de vol. A la fin de la guerre, il est fait Compagnon de la Libération et nommé capitaine. Il entame par la suite une carrière de diplomate au service de la France et publie, parallèlement, ses premiers romans.

A ceux qui l’interrogeront encore et encore pour connaître sa véritable nationalité, le pilote de guerre, Compagnon de la Libération, répondait invariablement : « Ma nationalité, c’est Français libre. »

Romain Gary se suicide d’une balle dans la bouche en décembre 1980, à 66 ans. Il laisse derrière lui une lettre pour expliquer son geste. « Peut-être faut-il chercher la réponse dans le titre de mon ouvrage autobiographique : La nuit sera calme et les mots de mon dernier roman: « car on ne saurait mieux dire » ». « La nuit sera calme, note Maxime Decout, l’expression est celle que le pilote murmurait pour se fortifier et se rasséréner avant le combat ».

Alice Ancelin

Les biens du créateur de la série SAS vendus aux enchères

Gérard de Villiers a signé 200 tomes sur les aventures de l’agent SAS. Crédit : heartbeaz

Les archives et objets personnels de l’écrivain Gérard de Villiers, auteur de la série SAS et décédé en 2003, ont été dispersés aux enchères lundi soir. Parmi eux, environ 180 tapuscrits (textes dactylographiés) ont été placés en vente, dont La Liste Hariri, le 181e volume de la série, adjugé pour près de 1500€. Le bureau de l’écrivain était lui aussi proposé aux enchères, et est parti pour 850€. La soirée a rapporté un peu plus de 50 000€,  a indiqué la maison de ventes Cornette de Saint Cyr.

Écrivain populaire, Gérard de Villiers avait créé le personnage de Son Altesse Sérénissime (SAS), à la ville Malko Linge, aristocrate autrichien ruiné qui officie à la CIA. L’auteur avait fait courir ses aventures sur 200 volumes, qui conjuguaient l’actualité internationale à l’érotisme, et qui s’étaient écoulés à plus de 100 millions d’exemplaires entre 1965 et 2003. Les livres étaient reconnaissables à leur couvertures noires affichant une femme dénudée et portant une arme. SAS à Istanbul avait inauguré le premier volume, et La vengeance du Kremlin avait refermé la série. L’écrivain avait souhaité que la collection s’arrête après sa mort .

Maëlane Loaëc