#BiblioSolidaire, la bibliothèque participative des réseaux sociaux pendant le confinement

En six semaines, la Bibliothèque solidaire du confinement comptabilise 60 000 membres sur Facebook. L’objectif est d’assurer la continuité de la recherche, en échangeant ouvrages et conseils de lecture, en attendant la réouverture des bibliothèques. 

Sur Facebook, le groupe La Bibliothèque solidaire permet aux étudiants et chercheurs de s’échanger des ouvrages pendant le confinement. / Flickr

Déplacer les bibliothèques sur vos réseaux sociaux. C’est l’idée qu’a eu un groupe d’étudiants après l’annonce de la fermeture des bibliothèques le 12 mars, en raison de l’épidémie de Covid-19. La Bibliothèque solidaire du confinement a été lancée sur Facebook par Eugène Ascifer – un pseudonyme – après avoir repéré une initiative similaire sur Twitter. Le concept est simple : il suffit de poster la référence du livre recherché et, si quelqu’un le possède, il l’enverra par message privé.

La démarche est motivée par l’urgence de la situation : face à la fermeture des bibliothèques, de nombreux étudiants-chercheurs se sont retrouvés sans accès à leurs ressources, pourtant essentielles pour mener à bien leurs travaux.

« Cette initiative était nécessaire pour la continuité de la recherche et nous n’avions en réalité pas vraiment d’autres choix que de la mettre en place », affirme Alice Lcd, administratrice du groupe, elle aussi touchée par le manque d’accès aux données scientifiques.

Plus de 60 000 adhérents

Avec 500 membres au lancement du groupe le 16 mars dernier, la Bibliothèque solidaire a dépassé les 60 000 adhésions le 26 avril. Un engouement auquel ne s’attendait pas Alice Lcd. « Les premières semaines, nous avions environ 3 000 nouveaux membres par jour. Aujourd’hui c’est plus calme », affirme-t-elle.

Avec une publication environ toutes les trois minutes, les responsables du groupe ont mis en place un certain nombre de règles. Pas de publications hors sujet, interdiction de faire de l’autopromotion, et la nécessité de catégoriser les publications. « Nous classons les posts dans une rubrique générale puis avec des hashtags précis. Si le post n’est pas conforme, il est supprimé », détaille Alice Lcd.

« Nous avons l’oeil sur les publications qui peuvent mal tourner dans les commentaires. »

Avec déjà 172 000 publications, les administrateurs et modérateurs du groupe restent vigilants. « Pour les personnes irrespectueuses, nous avons mis une échelle. » Au premier commentaire déplacé, l’internaute est ainsi mis en sourdine pendant trois jours. La deuxième fois, c’est une sanction de sept jours. Puis au troisième commentaire irrespectueux, les modérateurs l’excluent du groupe. Et dans le cas de propos homophobes, racistes ou encore antisémites, l’exclusion est immédiate.

Pour l’heure, la jeune administratrice n’est pas contre l’idée de poursuivre la Bibliothèque solidaire. « La survie du groupe va dépendre de la réouverture des bibliothèques et de l’avis des administrateurs. » Les responsables du groupe prévoient aussi de sonder les internautes à la fin du confinement pour décider de l’avenir du #BiblioSolidaire.

 

Mélanie Leblanc

Les manifestations étudiantes se poursuivent en Algérie

Les manifestations se sont déroulées dans le calme dans plusieurs villes algériennes. / Crédit : Fethi Hamlati, Wikipedia.

Plusieurs milliers d’étudiants ont manifesté mardi à Alger pour réclamer le départ du pouvoir des « voleurs » et des « traîtres » liés au régime du président déchu Abdelaziz Bouteflika, selon un journaliste de l’AFP. Rassemblés devant la Grande Poste, bâtiment devenu le point de ralliement des manifestations algéroises, ils sont parvenus à forcer, sans violence, plusieurs cordons de policiers pour rejoindre le siège de l’Assemblée populaire nationale (APN, Chambre basse du Parlement). Les étudiants algériens ont également manifesté sans incident dans d’autres villes universitaires d’Algérie. « Vous avez pillé le pays, voleurs!« , ont crié d’une seule voix les étudiants en direction de l’APN.

Cécile Da Costa avec AFP

Deux professeurs soupçonnés d’harcèlement sexuel suspendus à Toulouse

Deux professeurs d’arts plastiques de l’université Jean Jaurès à Toulouse ont été suspendus par l’établissement pour harcèlement sexuel et moral à l’encontre d’au moins treize étudiants.
Les enseignants sont accusés de harcèlement sexuel par au moins treize étudiants. / Crédit : Nathan Dumlao – Unsplash

Suite aux témoignages de treize étudiants relatant des faits de harcèlements sexuel et moral, deux professeurs d’arts plastiques de l’université Toulouse Jean-Jaurès ont été suspendus. La présidente de l’université Emmanuelle Garnier a décidé de saisir la commission disciplinaire début mai, après avoir pris connaissance de ce dossier. « Une instruction en interne est en cours » sur cette affaire, a indiqué à l’AFP la présidente de l’université, qui s’est refusée à donner plus de détails, invoquant « son devoir de réserve« .

Pendant un an, l’Union des Etudiant.e.s de Toulouse a « recueilli 13 témoignages d’étudiantes, mais aussi d’un étudiant, et a constitué un dossier de 47 pages« , confiait à l’AFP Cynthia, membre du syndicat étudiant toulousain. « Les faits y sont circonstanciés et caractérisés, et font référence à des articles de lois sur le harcèlement sexuel et moral« , a-t-elle ajouté.

Le syndicat étudiant avait révélé l’affaire via une publication sur le réseau social Facebook.

« Nous allons potentiellement continuer à recevoir des témoignages » dans ce dossier, a soutenu Cynthia, soulignant que les deux professeurs exercent depuis des années et qu’ils sont à, respectivement, un an et dix ans de la retraite.

Les étudiants concernés n’ont pas porté plainte. « Je ne pense pas que les victimes soient prêtes à aller au pénal. Il y a énormément de peur, et pour l’instant, les mesures qui sont prises par l’université donnent espoir« , a ajouté la syndicaliste.

Une affaire similaire avait déjà secoué l’université Via Domitia de Perpignan, début mars. Un de ses professeurs avait été suspendu, et une enquête interne ouverte. Huit jeunes filles l’avaient accusé de faits relevant du harcèlement sexuel. L’enquête est toujours en cours.

Yann Haefele