Crise en Equateur : ce que l’on sait

Blocages de routes et de puits pétroliers, manifestations… Un mouvement social agite le pays depuis une semaine, en réaction à la forte augmentation du prix du pétrole.
Un manifestant enveloppé dans le drapeau équatorien lors d’affrontements avec la police devant le Parlement, à Quito le mardi 8 octobre 2019. Martin BERNETTI / AFP

La tension est encore montée d’un cran en Equateur. Le président Lenin Moreno a ordonné mardi 8 octobre un couvre-feu nocturne autour des lieux de pouvoir. La liberté de circulation a été restreinte entre 20h00 et 05h00 locales. Cette décision a fait suite à l’irruption de manifestants dans le Parlement à Quito.

Le pays est paralysé depuis six jours par un mouvement social inédit depuis 2007. Ecoles et lycées ont été fermés pendant quarante-huit heures. Les manifestations à Quito se sont soldées par des heurts avec la police et plus de 300 arrestations, dont celles du dirigeant de la fédération de taxis, Jorge Calderon, et du leader indigène Marlon Santi. Des barricades, faites de pneus et branchages ont été incendiées. Plusieurs routes dans différents Etats du pays ont été bloquées, ainsi que des puits de pétrole en Amazonie. Lundi, la baisse de production de pétrole était de 12%.

Les manifestants font face à la police pendant une grève des transports à Quito le vendredi 4 octobre 2019. RODRIGO BUENDIA / AFP

Les manifestations ont commencé jeudi 3 octobre, deux jours après que le gouvernement a annoncé qu’il cessait de subventionner les carburants les moins chers et les plus utilisés. En échange, le pays aura droit à une aide de 4,2 milliards de dollars dans le cadre d’un accord conclu avec le Fonds monétaire international (FMI). L’entrée en vigueur des nouveaux tarifs jeudi a engendré des hausses de prix des carburants allant jusqu’à 123%. Le galon (3,7 litres) de diesel est passé de 1,03 à 2,30 dollars, celui de super de 1,85 à 2,40 dollars.

Le gouvernement bousculé par la crise

Le jour même du début des manifestations, le président Moreno avait déclaré l’état d’urgence pendant 60 jours. Le couvre-feu à Quito aura la même durée. Il avait déjà fait déplacer lundi l’exécutif à Guayaquil, une petite ville portuaire au sud du pays.

 

L’ancien président Rafael Correa nie une tentative de coup d’Etat lors d’une conférence de presse à Bruxelles, mardi 8 octobre 2019. Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Mardi 8 octobre, l’ancien président Rafael Correa, installé en Belgique et demandé par la justice équatorienne, a réclamé la tenue d’une élection anticipée pour répondre à la crise à laquelle est confronté son successeur et ex-allié Lenin Moreno. Il n’exclut pas de se présenter comme vice-président. Ayant déjà effectué trois mandats, il ne peut pas se représenter à la présidence. Moreno a qualifié cette annonce de tentative de « putsch ».

Sept pays latino-américains dont l’Argentine, la Colombie ou le Brésil ont annoncé leur « ferme soutien » au président Moreno. L’Organisation des Etats américains (OEA), l’Union européenne, les Etats-Unis et l’Espagne condamnent les violences, appelant au dialogue.

La ministre de l’Intérieur, Maria Paula Romo, a annoncé que le gouvernement acceptait  la médiation proposée par les Nations unies et par l’Eglise catholique.

 

A lire aussi : En Equateur, le Parlement vote contre la dépénalisation de l’avortement

 

Francini Antonella

Comment s’organiser pendant la grève des raffineries?

Pénurie ou pas, les automobilistes n’ont pas attendu pour prendre leurs précautions. Sur les réseaux sociaux ou les applications mobiles, l’état des stations-service est recensé et actualisé par les usagers eux-même. Une pratique propulsée, un fois encore, par le web collaboratif. Retour sur les outils disponibles. 

La rumeur va bon train. La grève des raffineries entamée la semaine dernière met à mal le ravitaillement des stations services en carburant. Sur les huit établissements destinés à transformer le pétrole brut en combustible, six sont à l’arrêt ou en phase d’arrêt, selon Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole CGT. Alors que le gouvernement a promis de venir chasser les grévistes, de plus en plus de stations affichent des taux de rationnement. Pour éviter les attentes trop longues, les automobilistes ont pris en main le recensement des lieux en difficulté.

Des cartes interactives 

Peut-être avez-vous vu circuler cette carte sur les réseaux sociaux?

Le site et l’application Essence, un comparateur de prix de carburant propose désormais une carte interactive où les internautes peuvent signaler les stations services en rupture de stock totale ou partielle. A ce jour, 1914 stations-services ont été répertoriées par l’application grâce à la contribution des utilisateurs. Il suffit de télécharger l’application gratuite et de signaler la station-essence défectueuse. L’application compte entre 300 000 et 500 000 utilisateurs réguliers. Depuis le début du mouvement de grève, l’affluence du site peut atteindre jusqu’à 15 000 visiteurs simultanés, selon Pierre Auclair, président de Ripple Motion, le développeur d’Essence, dans une interview à Sud-Ouest.

L’application star d’aide à la conduite, Waze a lancé dans la journée une initiative similaire. D’autres sites habituellement destinés à aiguiller les automobilistes se sont attachés au problème.

Une opportunité d’attirer de nouveaux utilisateurs que la presse quotidienne régionale a tenté de saisir à son tour. Dans la journée, Ouest-France a lancé sa propre carte collaborative consultable sur son site. Lundi après-midi, la Bretagne était l’une des régions les plus touchées par les ruptures de stock dans les stations-service. En vert, sont signalées les stations services ouverte et en rouge, celles qui sont à sec.

Capture d'écran du site de Ouest-France
Capture d’écran du site de Ouest-France

A noter que le gouvernement possède son propre site de recensement des prix de carburant, mais que pour l’instant aucune information sur les stations fermées n’est relayée.

Sur Facebook, échanger et rassembler les informations.

J’ai créé ce groupe car il y avait des infos sur les stations un peu partout sur Facebook, dans différents groupes, sur les murs … J’ai voulu regrouper toutes ces infos sur une page, pour que tous le monde puisse s’informer au même endroit. C’est plus simple, et plus facile que de chercher à droite et à gauche des infos. Charlène Marvyn, administratrice du groupe Pénurie Carburant en Mayenne/Maine et Loire

La page Facebook créée par Charlène Marvyn, jeudi dernier, compte déjà 1259 membres. Le nombre de publication peut atteindre 35, en une heure. Un flux difficile à gérer pour cette simple internaute  Dessus, les utilisateurs du réseau social s’échangent informations et répondent aux questions de chacun.

capture d'écran d'une publication sur la page du groupe Facebook Pénurie Carburant en Mayenne /Mayotte
capture d’écran d’une publication sur la page du groupe Facebook Pénurie Carburant en Mayenne /Mayotte

Sur Twitter, un hashtag pour partager son ressenti 

Le mot-clé #penuriecarburant est apparu en top des tendances twitter dans la journée de lundi. Près de 14 000 tweets publiés par des internautes ont été recensés en milieux d’après-midi. Moins utilitaires et plus subjectifs: les utilisateurs de Twitter se sont emparés du hashtags pour s’exprimer sur la loi travail ou sur leur expérience en stations-service.


Des messages humoristiques ou plus énervés, les internautes se lâchent sur twitter alors que Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT appelait, lundi, à la généralisation de la grève.

EMMA DONADA