Réouverture des écoles pour le déconfinement : « J’ai peur de retourner enseigner »

Mardi 28 avril à 15h, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté devant l’Assemblée nationale son plan de déconfinement. L’éducation fait partie des axes majeurs de ce plan, et plus précisément la réouverture des écoles. Celle-ci sera sur la base du volontariat, progressive, adaptée localement et dans le respect de mesures strictes.

« Les écoles maternelles et primaires rouvriront sur tout le territoire à partir du 11 mai », annonce Edouard Philippe. (Piqcels.)

Lors de son allocution devant l’Assemblée nationale mardi 28 avril, Edouard Philippe a annoncé une adaptation locale du plan de déconfinement, mis en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, avec des spécifications par département. Néanmoins, sur tout le territoire, les maternelles et les écoles primaires seront les premiers établissements scolaires à rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. Les collèges rouvriront la semaine suivante (à partir du 18 mai), mais seulement dans les département à faible risque de propagation, et en commençant par les classes de 6ème et de 5ème. Les lycéens, quant à eux, restent dans l’incertitude: « Nous déciderons fin mai si nous pourrons rouvrir les lycées début juin » a annoncé le Premier ministre.

Priorité est faite aux plus jeunes donc, une décision qui soulage certains parents d’élèves, comme l’estime Caroline Leman. Cette mère de trois enfants entre 3 et 9 ans les renverra sur les bancs de l’école « sans hésitation« . En cause, les limites de l’école à la maison :

« Cela ne peut être que provisoire. Les enfants ont besoin de la figure de la maîtresse pour apprendre, de leurs copains pour s’émanciper. Et puis, à Paris, on n’a pas de cour de récréation dans chaque logement.« 

Vie scolaire et gestes barrières

Pourtant, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, Caroline Leman fait partie des rares Français favorables au retour de leurs enfants à l’école (un tiers seulement). En effet, bien que les enfants présentent peu de risques d’aggravation de la maladie, certains redoutent des contaminations en tant que porteurs asymptomatiques. L’annonce de la réouverture des écoles s’est donc accompagnée d’inquiétudes, comme celle qu’exprime le docteur Hamon à l’AFP: « Les enfants risquent de ramener le virus à la maison« .

Pour pallier ces risques de contamination à l’école, le gouvernement prévoit des mesures restrictives : pas plus de 15 élèves par classe, port de masque obligatoire pour le personnel scolaire ainsi que pour les élèves à partir du collège et distribution de gel hydroalcoolique. Des mesures qui ne convainquent pas Kadiatou Camara, mère de quatre enfants.

« Je comprends tout à fait que les enfants en bas âge ne portent pas de masque, mais cela ne me rassure pas« 

Trois de ses quatre enfants sont trop jeunes pour être soumis aux règles barrière. Un risque auquel cette « mère de famille nombreuse » ne souhaite pas exposer ses proches: « Le 11 mai, la première chose que je veux faire c’est emmener mes enfants voir leurs grands-parents. Sauf que mon père est diabétique, donc si mon fils s’approche de lui, qu’il s’est fait contaminer à l’école mais qu’on ne le sait pas parce qu’il est asymptomatique, cela pose problème. Je préfère garder mes enfants avec moi à la maison« .

Pour Caroline Leman, au contraire, ces mesures sont déjà « trop restrictives« . « On ne peut pas imposer à des enfants en bas âge de porter des masques, ce serait leur créer des peurs et des appréhensions » explique la mère de famille. « Et puis la distanciation d’un mètre, en toute logique, si les enfants restent des enfants, ils ne vont pas la respecter« , ajoute-t-elle.

Même dans les collèges et les lycées, où le port de masque serait obligatoire, l’heure est aux inquiétudes. Isabelle Mézaltarim est professeur d’éco-gestion en lycée professionnel à Metz :

« J‘ai peur de retourner enseigner. Après trois mois de confinement, je vois mal mes élèves de 16 ans ne pas s’embrasser, ne pas se toucher. Ni même porter un masque toute la journée. Il vaut mieux que tout le monde reste chez soi« 

Le retour en classe s’annonce donc lent, progressif et surtout soumis aux aléas de la propagation du virus une fois le déconfinement entamé. Malgré les mesures strictes prévues par le gouvernement, le facteur de contamination dans les écoles inquiète. En témoigne notamment les 64% de Français qui, s’appuyant sur le critère « volontaire » de cette première mesure de déconfinement, feront le choix de ne pas renvoyer leurs enfants à l’école le 11 mai.

Eléana Bonnasse