Deux œuvres de la collection de Charles Aznavour aux enchères

D’après la maison de ventes Christie’s, Charles Aznavour était un passionné d’art. / Crédit photo : Flickr

Deux œuvres de la collection du chanteur Charles Aznavour, dont une célèbre sculpture de Germaine Richier estimée jusqu’à 2,5 millions d’euros, seront proposées aux enchères à Paris le 4 juin, a annoncé lundi la maison de vente Christie’s. Conçue par l’artiste en 1953, cette sculpture avait été acquise par Charles Aznavour auprès de son ami le chanteur Fred Mella, membre des Compagnons de la chanson. La deuxième œuvre, intitulée « Plaque Tesconi » et conçue en 1958, est quant à elle estimée entre 60.000 et 80.000 euros.

Décédé en octobre dernier, le chanteur était un grand passionné d’art, souligne Christie’s.

 

Alice Ancelin avec AFP

Les rencontres Internationales Paris/Berlin sur la création audiovisuelle démarrent ce mardi

Les rencontres internationales Paris/Berlin, rendez-vous dédié à la création audiovisuelle contemporaine, débutent ce mardi. L’évènement investit plusieurs lieux culturels de la capitale jusqu’au 15 avril.

L'événement culturel se déroule sur cinq jours et réunit 120 oeuvres de 40 pays. Crédit photo : Geralt (Pixabay)
L’événement culturel se déroule sur cinq jours et réunit 120 oeuvres de 40 pays. Crédit photo : Geralt (Pixabay)

Les Rencontres internationales Paris/Berlin, dédiées à la création audiovisuelle contemporaine et aux pratiques de l’image en mouvement, se déroulent à Paris du 10 au 15 avril. L’évènement prend la forme d’un parcours dans différents lieux de la capitale : le Forum des images, le Centre Pompidou, le Carreau du Temple, le Luminor Hôtel de Ville, et la Cité internationale des arts.

En présence d’artistes et réalisateurs du monde entier, l’édition 2018 propose une programmation internationale inédite, réunissant 120 oeuvres de 40 pays. Les amateurs d’art pourront profiter de projections en salle, de films de première, de séances spéciales, de tables rondes et de forums. Plusieurs artistes venus du monde entier animeront des séances spéciales, tels que l’Autrichienne Valie Export, ou encore le réalisateur allemand Heinz Emigholz.

La cérémonie d’ouverture a lieu le mardi 10 avril de 19h30 à minuit, au Forum des images, 2 rue du cinéma (1er arrondissement). Au programme : projection de trois films et d’une vidéos rares et une performance en live de Zeno Van Den Broek (architectures sonores et visuelles).

L’événement se tiendra du mardi au dimanche, de 14 heures à 22 heures. Tarif : gratuit sauf pour la séance au Luminor Hôtel de Ville, mercredi 11 avril (7€ plein tarif, 6€ tarif réduit).

Le programme est disponible ici.

 

Noémie Gobron

Maison Felippa à Paris : le premier centre français d’accueil à la journée pour les personnes âgées

Ouverte depuis 15 mois, la Maison Felippa est le premier centre d’accueil à la journée pour les personnes âgées qui existe en France. Et il se situe à Paris, rue George Sand, dans le 16e arrondissement.

Plus de 70 ans séparent le jeune Alexandre à l’octogénaire Henriette. Et pourtant, ils partagent une même passion pour les loisirs créatifs (Crédit Photo : Noémie Gobron).

Des fleurs en papier crépon, taillées à coups de ciseaux. Lundi après-midi, une dizaine d’élèves de l’Ecole internationale de Paris sont venus participer à un atelier créatif aux côtés de quatre seniors, dans le cadre d’un projet intergénérationnel mené depuis octobre par la professeure de français Louise Elliott. « Nous avons décidé de nous lancer dans ce projet pour recréer du lien social avec la communauté locale, un lien intergénérationnel et faire profiter nos élèves de ce moment d’échange », précise la professeure. Un échange  qui se fait dans la langue de Shakespeare. Car ces élèves de CM2 sont américains, puerto ricans ou encore portugais. « Nos élèves sont internationaux. Et souvent, ils ont de la famille, leurs parents et même leurs grands-parents, qui sont à l’étranger. Rencontrer, ici, des seniors, c’est un peu trouver une nouvelle famille », renchérit Louise Elliott.

  • « Soit le domicile, soit la maison de retraite »

D’ailleurs, ce centre d’accueil porte le nom de la grand-mère d’une des deux fondatrices, Regina Hernanz de Benoist. « Ma grand-mère Felippa est morte en 2012. Elle avait 86 ans. Quand elle a commencé à être de plus en plus lente et à avoir des difficultés cognitives, j’ai eu l’impression que la société l’oubliait », souligne la co-fondatrice.

Vint alors l’idée de créer cette structure, qui accueille une soixante de personnes, âgées de 80 ans en moyenne. « Nous avons voulu créer un nouveau concept. Car, en France, lorsque l’on perd de l’autonomie, nous restons soit au domicile, soit à la maison de retraite. Ici, nous faisons sortir les gens à l’extérieur et leur proposons des activités de vie », précise Célia Abita, co-fondatrice. La Maison Felippa accueille exclusivement des personnes en perte d’autonomie non médicalisées de plus de 60 ans, avec l’objectif d’épauler non seulement le senior lui-même, mais également sa famille. Grâce à la prise en charge complète (transport, parcours de santé et repas), la structure se veut aussi être une alternative à l’EHPAD.

IMG-1676
Marie-Anne Dufeu, aromathérapeute, est venue faire découvrir les huiles essentielles et leurs bienfaits aux seniors de la Maison, au côté de Kevin, stagiaire (Crédit photo : Noémie Gobron).
  • Coups de ciseaux et effluves d’huiles essentielles

Lundi après-midi, Henriette, 80 ans et ancienne conservatrice au musée du Louvre, a pu s’essayer à la confection de fleurs en papier mais également à l’aromathérapie, aux côtés de Jean-Charles, Suzanne et Michelle, trois autres bénéficiaires des services de la Maison. Marie-Anne Dufeu est venue avec sa dizaine de fioles emplies d’huiles essentielles, disposées sur une petite table blanche de la plus douce à la plus forte. « C’est pour se faire les ongles ? », s’interroge Henriette. Géranium rose, benjoin, lavande ou encore pruche. Ces odeurs activent l’odorat et éveillent les sens, parfois oubliés. « La lavande, c’est très bon quand vous avez mal partout, c’est relaxant », affirme l’aromathérapeute. Quelques conseils et recommandations en fonction des maux de chacun, mais surtout « une stimulation intellectuelle et sensorielle ».

Myriam Martino, aide médico-psychiatrique, est accompagnée de trois stagiaires, Anasthasie, John et Kévin, âgés de 18 à 29 ans. « Nous restons à l’écoute des personnes âgées, nous sommes à leur service. On les accompagne dans leur déplacement », sourit la jeune stagiaire Anasthasie, arrivée fin janvier.

D’après la ville de Paris, en 2015, 465 000 personnes de plus de 60 ans habitaient la capitale, soit 20,8% de la population totale de la ville.

  • Des activités du lundi au vendredi

L’accueil se fait à la journée (50€ la demi-journée) mais il est possible de souscrire à un abonnement (tarif sur demande) pour profiter des activités quotidiennes. Échauffement sportif, stimulation mémoire, énigme sur écran… « plus on utilise sa mémoire, plus on l’entretien », lance Myriam Martino. « On leur propose des jeux, manuels ou intellectuels, pour faire de la prévention sur la maladie d’Alzheimer. On les stimule aux niveaux cognitif, moteur et social. » Pour la création et la prévention. Mais au sein de la Maison Felippa, l’adage est tout autre : « Le partage n’a pas d’âge ».

 

Noémie Gobron

 

 

De vrais faux Rodin devant la justice

A partir de mercredi, la cour d’appel de Paris jugera une société et son gérant pour avoir fabriqué et vendu à l’étranger des œuvres produites à partir de moules originaux d’Auguste Rodin, sans l’autorisation du musée Rodin.

Parmi les reproductions se trouvent notamment « Le Baiser », « Le Penseur » et même « La main de Dieu ». Certaines ont même été exposées à Venise, Genève ou encore Toronto. Quatre prévenus, dont Gary Snell, patron américain de la société Gruppo Mondiale, sont poursuivis pour avoir édité et commercialisé des oeuvres d’Auguste Rodin, sans dire qu’il s’agissait, en réalité, de simples reproductions.

La justice avait été saisie en mars 2001 d’une plainte pour escroquerie et contrefaçon du Musée Rodin de Paris qui détient les droits moraux de l’artiste.

En novembre 2014, à l’issue d’un premier procès, le tribunal correctionnel de Paris s’était déclaré incompétent, estimant qu’il n’était pas démontré que les sculptures aient été fabriquées, exposées ou vendues sur le territoire français. Le parquet avait fait appel de cette décision et obtenu un nouveau procès.

La société poursuivie, Gruppo Mondiale, aurait produit, selon l’estimation d’un expert judiciaire, quelque 1.700 bronzes tirés à partir de 52 œuvres d’Auguste Rodin (1840-1917), pour un préjudice estimé à 60 millions d’euros. Lors du premier procès, Gary Snell n’avait reconnu que l’édition d’environ 500 pièces.

Marie Lecoq