Google is watching you : un espion dans ma poche

mac-freelancer-macintosh-macbook-40185

Entre illégalité et voyeurisme, Internet dispose, aujourd’hui, des ressources nécessaires pour surveiller un internaute, référencer ses recherches, optimiser ses achats selon ses envies et sa personnalité, ou encore connaître l’endroit exact où il se trouve. Le business des données personnelles sur Internet est en plein boom, mais les GAFA contrôlent 95 % du marché.

Google Chrome remplit les formulaires à la place de l’utilisateur, YouTube déniche les vidéos susceptibles de l’intéresser, les réseaux sociaux accèdent à son répertoire pour lui proposer de se faire de nouveaux amis. A chaque fois qu’un site web est consulté, Internet en sait plus sur l’utilisateur ; d’où il vient et où il va.

Les utilisateurs de smartphones installent en moyenne 26 applications, dont la plupart sont gratuites. Certaines d’entre elles traquent sans relâche et géolocalisent l’endroit exact où ils se trouvent. D’autres transmettent les informations personnelles de l’internaute, ses habitudes de consommation et ses centres d’intérêt à des compagnies publicitaires qui l’utilisent comme un cookie, ce petit fichier qui enregistre leurs activités sur la page internet, sur un navigateur pour lui envoyer des publicités ciblées.

Pour aller plus loin : Comment Netflix choisi les images des séries selon votre profil

L’internaute visite un site internet, sans savoir que des plateformes tierces se greffent à la recherche et reçoivent une notification à chaque fois qu’il navigue sur la page. Certains d’entre eux sont des traqueurs, des sociétés de collecte de données qui comparent le site sur lequel l’utilisateur est actuellement en train de naviguer avec ceux déjà visités. En d’autres termes, le tracking est une industrie opaque qui génère des milliards avec ce qu’elle sait de chacun d’entre nous. Mais si nous n’avons rien à cacher, pourquoi s’inquiéter d’être surveillé ? Ce que l’utilisateur publie en ligne affecte tout le monde. Faire partie du système de collecte de données, c’est accepter de devenir un élément comparatif à d’autres personnes, et que ses propres données soient utilisées à cet escient. Plus une application connaît ses utilisateurs, mieux elle fonctionne.

Pour aller plus loin : Do not track : webdocumentaire personnalisé consacré à la vie privée et à l’économie du web

L’économie de la surveillance

Le web d’aujourd’hui est construit de manière à ce que l’internaute publie, commente, aime, achète davantage. Les traces laissées derrière soi sur le Net sont devenues une industrie extrêmement lucrative. Les datacenters, ces immenses centres de traitement de données, fleurissent un peu partout dans le monde. Facebook a dépensé plus de 1 milliard de dollars en infrastructures en 2011, dont une large partie pour financer ces gigantesques réservoirs à données, situés dans l’Oregon, en Caroline du Nord, en Virginie, en Californie… Il en va de même pour Google. Selon IBM, 90% des données hébergées par les disques durs et les serveurs ont été collectées au cours de ces deux dernières années. Les GAFA représentent, à eux seuls, 300 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel, soit plus de 800 milliards cumulés en Bourse. L’innovation n’a plus de limite, et les quatre géants du Web entendent faire de nos données personnelles une arme efficace pour accroître leur business. Mais parfois, la tendance s’inverse. Criteo en est l’un des parfaits exemples. Le géant français spécialisé dans le ciblage publicitaire sur internet s’est effondré à Wall Street, le 14 décembre dernier. L’impact d’une nouvelle fonctionnalité déployée par Apple, l’ITP pour Intelligent Tracking Prevention. Cette nouvelle version du système d’exploitation iOS 11.2 empêche le suivi publicitaire, au coeur de la technologie de Criteo, pour suivre les utilisateurs du navigateur Safari. Ironie du sort ? En 2018, le chiffre d’affaires de Criteo devrait être coupé de 22 %. Comme le rappellent les professionnels du marketing, « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ».

Marie Lecoq


A lire aussi :

Le numérique : portrait d’un usager moderne

Community manager : un nouveau métier créé par et pour les réseaux sociaux

La musique unit les couples : paroles d’éro-mélomanes

Selon une étude publiée par l’entreprise de matériel électronique Sonos, la musique est un bon atout quand on est en couple. Alors y a-t-il des morceaux qui nous émoustillent plus que d’autres ? La réponse du CelsaLab en trois témoignages.

Interroger 30 000 personnes dans le monde et les observer pendant qu’elles écoutent de la musique chez elles. C’est le pari un peu fou que s’est lancé l’entreprise Sonos en décembre dernier. Etalée sur 10 jours seulement, l’étude publiée ce jeudi dévoile l’impact qu’a la musique sur les couples. Trois personnes nous donnent chacune un exemple de musique qui a compté quand elles étaient avec leur partenaire.

Laura, 18 ans

Pour moi, c’est Cœur de Pirate qui symbolise les moments passés à deux, avec « Mistral Gagnant ». Je la joue au piano quand je suis toute seule, ça me rappelle de bons souvenirs. Je sais que la chanson originale a été écrite et interprétée par Renaud, mais c’est vraiment la version de Cœur de Pirate qu’on préfère, mon copain et moi. Et même si les paroles sont dédiées à la fille de Renaud, quand je l’écoute, je suis d’humeur romantique.

Marion, 23 ans

Si je devais choisir une musique ce serait « Sexual healing » de Marvin Gaye. C’est une chanson que j’écoutais avec mon copain sur la plage. Elle est assez dynamique et donne envie de danser. J’aime bien la réécouter, elle me met de bonne humeur !

Pierre, 65 ans

Une chanson que je réécoute avec plaisir c’est « Wonderful life » de Black. Tout simplement parce que c’est sur cette chanson que j’ai dansé la toute première fois avec ma femme. Cela me rappelle nos premières années de couple. Quand elle repasse à la radio, je ressens toujours beaucoup d’émotion. Encore aujourd’hui, il m’arrive de la chanter à la maison avec elle.

Découvrez aussi la sélection de nos internautes

Du plus rock au plus sensuel en passant par un peu d’électro, voici une sélection de 15 chansons, choisies par nos internautes.

Margaux Malinge

Quand la musique est bonne… pour les couples

Sonos, entreprise partenaire d’Apple Music, dévoile ce jeudi 11 février une étude sur la musique dans les foyers français. Force est de constater qu’une simple mélodie peut jouer un rôle important dans le couple. Quand les notes de musique envahissent la maison, Eros est souvent au rendez-vous. Un bon tuyau à l’approche de la Saint-Valentin…

crédits Wade Langley/flickr
crédits Wade Langley/flickr

Écouter de la musique au moment d’avouer sa flamme encouragerait 24% des Français interrogés à dire « Je t’aime ». C’est ce que révèle l’étude publiée par Sonos*, entreprise américaine d’électronique, ce jeudi 11 février. Parmi les autres chiffres « choc », on apprend qu’un tiers des Français serait près à renoncer au sexe pour la musique et que les rapports sexuels sont au nombre de 2,8 en moyenne par semaine si le couple écoute régulièrement de la musique, quand celui d’un couple « sans musique » n’atteint que 1,6 rapport. À croire, donc, que la musique adoucit les moeurs, mais qu’elle adoucit aussi les coeurs. Si bien que les intérêts musicaux de l’autre sont importants pour la plupart des Français questionnés : 37% d’entre eux n’envisagent pas avoir un rendez-vous galant si la personne en face ne partage pas les mêmes goûts en matière de musique.

Infographie: Margaux Malinge 

La conclusion de Sonos est donc la suivante : la musique influence considérablement notre façon de nous conduire à la maison, et change encore plus notre rapport à l’autre. Attention, l’étude insiste bien sur l’importance de diffuser la musique et non de l’écouter en solitaire dans un casque.  L’entreprise vient d’ailleurs de lancer ses nouvelles enceintes sans fil, connectées aux Iphones…

Mais que ce soit en cuisinant, en rangeant ou simplement en flânant dans le canapé, la musique quand elle est là semble malgré tout jouer sur l’interaction entre individus. Pour Marc Perrotin, musicothérapeute à Paris, la musique est « un vrai moyen de communier et de communiquer. » Contacté par le CelsaLab, il ajoute que « quand on ne peut pas mettre des mots sur une émotion, la musique vient remplacer la parole. Par les vibrations, les harmonies, les silences aussi. » D’autant plus qu’à partir du moment où une chanson est diffusée dans la pièce, « cela veut dire que le partenaire a déjà fait la démarche d’accepter l’univers de l’autre, c’est un premier pas vers le rétablissement de la communication. »

À lire aussi : Mais qu’en disent les couples ?

Et ça joue sur la famille !

Autre chiffre révélateur: les Français écoutent en moyenne 5h15 de musique par semaine. C’est moins que les Néerlandais qui en sont à 6h15, mais plus que les Anglais qui n’en écoutent que 3h45. Et cette écoute prolongée influe sur le foyer : le temps passé en famille serait plus important grâce à l’écoute partagée dans la maison. L’étude annonce que l’on passe 2h30 de plus avec ses proches quand on écoute un morceau ou une chanson diffusée dans les pièces communes.

Si, selon l’étude, la musique intéresse principalement les jeunes – 64% ont entre 18 et 30 ans – elle reste malgré tout importante pour les personnages âgées. Selon Marc Perrotin, elle fait partie du quotidien, au même titre que « la gestuelle, les regards, le langage. » Pour le musicothérapeute, il en va de même quand on s’adresse à un enfant : le ton et la musicalité des mots utilisés, doux ou violents, joueront sur l’affect. « Si je dis à un enfant ‘là ce que tu as fait, ce n’est pas bien’, ce n’est quand même pas la même chose que ‘mais pourquoi t’as fait ça ?!’ Tout est dans le ton. Là aussi, c’est de la musique. » À méditer lors de la prochaine dispute à la maison…

Retrouvez ici son interview :

Margaux Malinge

*L’étude en question a été menée du 29 décembre au 8 janvier, soit pendant 10 jours au total. 4007 personnes exactement ont été interrogées un peu partout en France mais à l’échelle de la planète, ce sont 30.000 personnes au total, réparties sur huit pays différents, qui ont été interrogées.