Amazon diffusera la nouvelle série Star Trek de CBS

La nouvelle série « Star Strek » sera focalisée sur la vie de Jean-Luc Picard / Crédit : Flickr- s.yume

 

Amazon Prime Video a annoncé ce lundi qu’elle sera la plateforme de diffusion exclusive de la nouvelle série « Star Trek », dans plus de 200 pays. Cette décision intervient suite à l’accord pluriannuel signé avec la société de production CBS Television Studios.

La série sera centrée sur un nouveau chapitre de la vie de Jean-Luc Picard, l’un des personnages les plus célèbres dans l’univers de Star Trek. Dans le communiqué annonçant le partenariat, CBS et Amazon ont confirmé que l’acteur britannique Patrick Stewart reprendrait ce rôle culte. Il l’avait déjà incarné dans les années 1980 et 1990 pendant les 7 saisons de « Star Trek: Nouvelle Génération ».

Chaque épisode sera disponible dans les 24 heures qui suivront sa diffusion aux Etats-Unis. En revanche, le titre et le calendrier de diffusion n’a pas encore été communiqué.

 

Alice Ancelin avec AFP

Au marché d’Aligre, un commerce de proximité 2.0 (3/3)

Au marché d'Aligre, l'équipe de Patrick Dubuisson s'est lancée dans la vente sur internet.
Au marché d’Aligre, l’équipe de Patrick Dubuisson s’est lancée dans la vente sur internet.

Dans la halle du marché d’Aligre à Paris, Patrick Dubuisson quitte quelques instants son stand pour fumer une cigarette. De l’autre côté de l’allée, traversée par un air glacial, il couve son étal du regard. Patrick Dubuisson est poissonnier. Depuis vingt ans, il vend ses produits au marché en fonction de l’arrivage quotidien. Cela fait six mois qu’il est aussi présent sur le site de livraison à domicile de produits frais, C’est frais. « C’est pas très pratique de s’adapter car les prix changent tous les jours selon les poissons reçus, il faut modifier le site constamment », avoue-t-il. Cela en vaut pourtant la peine. Ce système lui assure une dizaine de commandes hebdomadaires, à 20 euros le panier environ. Ses produits les plus prisés ? « Le bar et le dos de cabillaud, ça doit être un truc d’internautes », dit-il en souriant.

L’appétence des Français pour le e-commerce

Ils sont plusieurs commerçants du marché d’Aligre à avoir pris le virage d’internet. A chaque commande, le boucher, poissonnier, fromager ou même primeur reçoivent un texto explicitant la liste des courses d’un utilisateur du site. « Le livreur vient et passe dans quatre ou cinq boutiques », précise-t-il. Les produits sont ensuite livrés à domicile en quelques heures. Ce système s’engouffre dans l’appétence des Français pour le e-commerce. En 2016, ils sont 60% à avoir effectué un achat en ligne selon les chiffres du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC). Un chiffre en augmentation continuelle. Si le e-commerce concerne surtout les denrées non alimentaires, l’offre épicerie disponible sur Amazon Prime Now et les sites des grandes surfaces poussent les commerçants de proximité à s’adapter. Démarché par plusieurs entreprises de livraison, dont Amazon Prime Now, Patrick Dubuisson a préféré se rapprocher de jeunes pousses. « Amazon, c’est trop gros pour moi, j’ai choisi de soutenir des starts-up créées par des jeunes », confie-t-il. Mais pour le poissonnier, l’interaction directe avec le client reste irremplaçable. « Au moins, je peux les conseiller sur leurs besoins et sur la cuisson des produits », conclut-il.

Anaïs Robert et Aline Bottin

Amazon, une superpuissance controversée (1/3)

Crédits : Mike Seyfang/Flickr
Crédits : Mike Seyfang/Flickr

Entreprise incontournable du e-commerce, la firme de Seattle se diversifie. Dernière nouveauté, la livraison de denrées alimentaires. Une initiative qui lui permet de rester leader, même si certaines de ses pratiques sont remises en question.

Pour le Danemark, les GAFA sont “un nouveau type de nation”. Ainsi, cet État a décidé de nommer un ambassadeur début 2017 auprès des quatre firmes américaines: Google, Apple, Facebook et Amazon. Une décision qui illustre la puissance de ces géants du numérique. Les capitaux qu’ils ont engendrés sont comparables au Produit intérieur brut (PIB) de l’Arabie Saoudite, soit plus de 640 milliards de dollars.

Sur le marché de la bourse, Amazon reste le moins coté des GAFA avec une capitalisation de 474 milliards de dollars contre 815 milliards pour Apple. Introduite en bourse en 1997, l’entreprise, autrefois cantonnée à la vente de livres, s’est peu à peu imposée comme le leader mondial du commerce en ligne. Elle s’est largement diversifiée, et propose désormais des services de dématérialisation comme le Cloud, ou encore la santé et l’intelligence artificielle. “On ne le sait pas forcément mais le chiffre d’affaire d’Amazon est principalement issu du web service et des data center”, explique Mickaël Berrebi, membre du Cercle des économistes.

Capture d’écran 2017-12-15 à 15.38.57

Un Black Friday à plus de 2 milliards de dollars

Cette diversification comprend aussi les denrées alimentaires. Le site a lancé Amazon Prime Now, service qui permet la livraison, dans l’heure, de produits comestibles. Il y a quatre mois, la firme de Seattle a par ailleurs racheté la chaîne de supermarché américaine Whole Foods. Une manière d’étendre son monopole physiquement. Cependant c’est bien sur le e-commerce qu’Amazon règne. En France, il représente 62% de l’audience totale des sites marchands, selon Médiamétrie. à l’occasion du Black Friday, en novembre dernier, le patron d’Amazon, Jeff Bezos, a gagné 2,4 milliards de dollars en une journée. “Le succès d’Amazon repose sur l’effet de réseau. Les utilisateurs appellent d’autres utilisateurs, la croissance de l’entreprise évolue donc de manière exponentielle”, décrit Mickaël Berrebi.

Cette omniprésence du géant américain inquiète les supermarchés, mais également les petits commerces. Certains ont d’ailleurs fait le choix de s’allier à ce concurrent jugé déloyal pour certains, et de vendre leurs produits sur la plateforme Amazon Prime Now. C’est par exemple le cas de la boucherie Metzger, dans les Hauts-de-Seine, qui propose divers produits en livraison via le site internet.

“Des entreprises privées qui doivent avant tout générer du profit”

Dans l’hexagone, Amazon dispose de cinq centres de distribution, qui emploient 5 500 personnes. Un sixième centre ouvrira ses portes à l’automne 2018. SI l’entreprise est créatrice d’emploi, les conditions de travail sont néanmoins pointées du doigt. Avec Amazon Prime Now, l’exigence de rapidité contraint les salariés à ne pas prendre de pause. Un modèle controversé qui essaye pourtant de se plier aux exigences toujours plus grande des utilisateurs. “Amazon a une logique de faire du sur-mesure, de toucher à l’individu et non plus la masse”, souligne Mickaël Berrebi.

Les GAFA sont pleins de bonnes intentions, mais ils pratiquent l’optimisation fiscale pour payer le moins d’impôts possible, car il ne faut pas oublier que ce sont des entreprises privées qui doivent avant tout générer des profits”, rappelle l’économiste. Le siège européen d’Amazon se situe au Luxembourg, où la fiscalité est avantageuse. Le Grand-Duché a par ailleurs versé des aides d’Etat illégales aux yeux de l’Union européenne, d’un montant de 250 millions d’euros. L’entreprise s’est attirée l’ire de Margaret Vestager, commissaire européenne chargée de la politique de la concurrence.

Les ambitions d’Amazon semblent sans limites. Le projet initial de Jeff Bezos d’ouvrir une librairie en ligne est aujourd’hui bien différent. L’entreprise est même devenue maître dans le processus de dématérialisation, en s’imposant comme leader du “cloud”, loin devant Google et Microsoft.

 

Aline Bottin et Anaïs Robert

 

 

 

Google is watching you : un espion dans ma poche

mac-freelancer-macintosh-macbook-40185

Entre illégalité et voyeurisme, Internet dispose, aujourd’hui, des ressources nécessaires pour surveiller un internaute, référencer ses recherches, optimiser ses achats selon ses envies et sa personnalité, ou encore connaître l’endroit exact où il se trouve. Le business des données personnelles sur Internet est en plein boom, mais les GAFA contrôlent 95 % du marché.

Google Chrome remplit les formulaires à la place de l’utilisateur, YouTube déniche les vidéos susceptibles de l’intéresser, les réseaux sociaux accèdent à son répertoire pour lui proposer de se faire de nouveaux amis. A chaque fois qu’un site web est consulté, Internet en sait plus sur l’utilisateur ; d’où il vient et où il va.

Les utilisateurs de smartphones installent en moyenne 26 applications, dont la plupart sont gratuites. Certaines d’entre elles traquent sans relâche et géolocalisent l’endroit exact où ils se trouvent. D’autres transmettent les informations personnelles de l’internaute, ses habitudes de consommation et ses centres d’intérêt à des compagnies publicitaires qui l’utilisent comme un cookie, ce petit fichier qui enregistre leurs activités sur la page internet, sur un navigateur pour lui envoyer des publicités ciblées.

Pour aller plus loin : Comment Netflix choisi les images des séries selon votre profil

L’internaute visite un site internet, sans savoir que des plateformes tierces se greffent à la recherche et reçoivent une notification à chaque fois qu’il navigue sur la page. Certains d’entre eux sont des traqueurs, des sociétés de collecte de données qui comparent le site sur lequel l’utilisateur est actuellement en train de naviguer avec ceux déjà visités. En d’autres termes, le tracking est une industrie opaque qui génère des milliards avec ce qu’elle sait de chacun d’entre nous. Mais si nous n’avons rien à cacher, pourquoi s’inquiéter d’être surveillé ? Ce que l’utilisateur publie en ligne affecte tout le monde. Faire partie du système de collecte de données, c’est accepter de devenir un élément comparatif à d’autres personnes, et que ses propres données soient utilisées à cet escient. Plus une application connaît ses utilisateurs, mieux elle fonctionne.

Pour aller plus loin : Do not track : webdocumentaire personnalisé consacré à la vie privée et à l’économie du web

L’économie de la surveillance

Le web d’aujourd’hui est construit de manière à ce que l’internaute publie, commente, aime, achète davantage. Les traces laissées derrière soi sur le Net sont devenues une industrie extrêmement lucrative. Les datacenters, ces immenses centres de traitement de données, fleurissent un peu partout dans le monde. Facebook a dépensé plus de 1 milliard de dollars en infrastructures en 2011, dont une large partie pour financer ces gigantesques réservoirs à données, situés dans l’Oregon, en Caroline du Nord, en Virginie, en Californie… Il en va de même pour Google. Selon IBM, 90% des données hébergées par les disques durs et les serveurs ont été collectées au cours de ces deux dernières années. Les GAFA représentent, à eux seuls, 300 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel, soit plus de 800 milliards cumulés en Bourse. L’innovation n’a plus de limite, et les quatre géants du Web entendent faire de nos données personnelles une arme efficace pour accroître leur business. Mais parfois, la tendance s’inverse. Criteo en est l’un des parfaits exemples. Le géant français spécialisé dans le ciblage publicitaire sur internet s’est effondré à Wall Street, le 14 décembre dernier. L’impact d’une nouvelle fonctionnalité déployée par Apple, l’ITP pour Intelligent Tracking Prevention. Cette nouvelle version du système d’exploitation iOS 11.2 empêche le suivi publicitaire, au coeur de la technologie de Criteo, pour suivre les utilisateurs du navigateur Safari. Ironie du sort ? En 2018, le chiffre d’affaires de Criteo devrait être coupé de 22 %. Comme le rappellent les professionnels du marketing, « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ».

Marie Lecoq


A lire aussi :

Le numérique : portrait d’un usager moderne

Community manager : un nouveau métier créé par et pour les réseaux sociaux