Covoiturage, bus, télétravail… Comment les usagers s’organisent pour leurs déplacements pendant la grève

Votre train a été annulé, votre RER ne circule pas ou encore le trafic de votre Transilien est sérieusement ralenti ? Face au mouvement de grève perlée entrepris en ce moment et pour 3 mois par les syndicats de la SNCF, les usagers doivent parfois faire appel à d’autres options. Bus, covoiturage, télétravail, vélo… Des voyageurs témoignent des solutions qu’ils ont trouvées pour assurer leurs déplacements.

Le covoiturage, option plébiscitée
La_Tuilière_Saint-Saturnin-d'Apt_Covoiturage
Le covoiturage peut être une option en cas de suppression de trains ou métro. Une solution qui permet également de désengorger les routes, très empruntés par jours de grève. Crédit photo : Wikipédia commons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nombreux sont les voyageurs qui se sont orientés vers le covoiturage en prévision de la grève. Résultat : un boom d’inscription et de trajets enregistrés sans précédent pour les plateformes de covoiturage en ligne. Le leader français, Blablacar, enregistre ainsi plus « de deux fois plus d’inscrits » depuis le début de la grève, selon son porte-parole Robert Morel.

Pour Jeanne, le covoiturage était « la meilleure solution » pour se rendre sur son lieu de travail. « J’habite à Gif-sur-Yvette, mais je travaille près de la gare du Nord, du coup pour me rendre au boulot habituellement je prends le RER B. » Mais mardi 3 avril, au premier jour de la grève « c’était une vraie catastrophe. Mon train habituel n’était plus disponible, et personne n’était en mesure de me dire quand roulerait le prochain. J’ai attendu deux heures pour rien. Le soir même, je me suis inscrit sur un site de covoiturage, et le lendemain matin, j’ai effectué mon premier voyage« .

Jeanne relève le coût « relativement faible » de son trajet, à 3,40€ et la « convivialité » qu’il apporte. « Mais je paie un abonnement pour rien, déplore-t-elle, et ça me demande plus de temps et plus d’organisation. Si personne ne propose de trajets pour se rendre là où je veux aller, je suis obligée de prendre des covoiturages qui me déposent plus ou moins loin de mon lieu de travail. Bref, ce n’est pas toujours si pratique. »

Le bus, une des alternatives les plus prisées
Mercedes-Benz_Tourismo_Ouibus,_Strasbourg_-_1
Le nombre d’usagers du bus a fortement augmenté depuis le début de la grève, mardi 3 avril. Crédits photo : Wikipédia commons

La grève fait aussi ses heureux : de nombreuses compagnies de bus ont constaté une forte augmentation de leur clientèle les jours de mouvement social. Ainsi, Raphaël Daniel, directeur de la communication de Flixbus, explique au Point avoir eu le premier jour de grève « plus de 60% de réservations » qu’en temps normal ; et OuiBus enregistrait 72% de clientèle en plus mercredi.

« C’était l’option la plus optimale pour me rendre à mon partiel mercredi dernier, explique Cassie, étudiante en master d’information et communication à Lyon. Habituellement, je prends le train, mais avec la grève, j’ai dû me résoudre à chercher autre chose. J’avais envie de réviser pendant le trajet, donc le covoiturage était exclu, et je n’ai pas les moyens de prendre l’avion« . Au final, Cassie a donc effectué un trajet de 8h en bus entre sa ville de départ, Strasbourg, et Lyon, contre 4h en train. « C’était un peu long, mais le trajet était confortable et le service de la compagnie de bus agréable. Et je n’ai payé 14€, donc ça vaut vraiment le coup. Par contre les prix augmentent très vite : quand j’ai regardé les prix le lendemain, le même billet était à 54€. »

Face à la ruée des usagers, la plupart des compagnies de bus ont affrété des véhicules supplémentaires. Pas suffisamment cependant pour Etienne, assistant commercial à Paris : « Je voulais aller voir mes parents, ce week-end, à Lille. Il y a deux semaines, j’ai essayé de réserver un train pour mon retour, mais il n’y en avait aucun de disponible. Même chose pour les bus. J’ai dû me résoudre à reporter mon voyage« .

Le vélo, bon pour le coeur et l’environnement
L'entreprise Gobee.bike a mis en service ses premiers vélos sans bornes ce lundi à Paris et dans les Hauts de Seine. Crédits : Aline Bottin
Le vélo peut être une alternative pour les plus courtes distances Crédits : Aline Bottin

Pour Patrick, le ralentissement du trafic du RER C était une excuse toute trouvée pour ressortir son vélo : « Au final, ça me fait du bien, et avec les beaux jours qui reviennent, c’est plus agréable de pédaler !« . Si ce chargé de communication se montre plutôt satisfait de l’alternative, il reconnaît qu’elle ne convient pas à tout le monde : « Moi je n’ai que 20 minutes de trajet donc c’est jouable, mais à partir du moment où la distance s’allonge, ça devient de plus en plus compliqué« .

Rester chez soi grâce au télétravail
IMG_4579
Durant la période de grève, et avec l’accord de leur employeurs, les salariés peuvent avoir recours au télétravail. Crédits photo : Axelle Bouschon

Pour ceux qui redoutent les embouteillages sur la route ou ceux qui ne sont pas en mesure de se rendre sur leur lieu de travail, il reste toujours l’option du télétravail. Une solution qui nécessite un accord préalable entre l’employé et l’employeur, et qui n’est pas permise pour toutes les professions. Agnès, qui travaille dans l’aménagement urbain, a décidé de recourir au télétravail pour les jours de grève à venir. Une idée proposée par son employeur et suivie par d’autres salariés de son entreprise, qu’elle a immédiatement acceptée. « C’est un bon compromis, concède Agnès. Mon entreprise est équipée en audio conférence, donc cela ne pose aucun problème d’organisation. »

Axelle Bouschon

Le grand défi de la circulation dans Paris en 2030

Construction du Grand Paris Express, interdiction des véhicules essence à partir de 2030, création de voies réservées aux cyclistes…. Nombreux sont les projets qui vont modifier notre manière de se déplacer dans la capitale parisienne d’ici à 2030.

Dossier de presse Grand Paris Express.
Dossier de presse Grand Paris Express.

Tout sauf en voiture. C’est en tout cas ce qui est envisagé par la Mairie de Paris qui a annoncé ce mardi 10 octobre ne plus vouloir de véhicules essence dans la capitale d’ici à 2030. Si cette mesure s’inscrit dans le plan climat du gouvernement afin de respecter ses engagements pris durant la COP 21, elle traduit une volonté de faire de la voiture un moyen de transport secondaire dans le futur en Ile-de-France. Pour la remplacer, plusieurs actions sont prévues. La plus importante est la création du Grand Paris Express, plus de 200 kilomètres de métro qui seront construits tout autour de la capitale d’ici à 2030.

Ce projet titanesque permettra aux franciliens de se rendre d’un point à l’autre de l’Ile-de-France sans passer par Paris, mais aussi de rejoindre plus rapidement le cœur de la capitale depuis sa périphérie. Avec l’ouverture de quatre lignes (15, 16, 17 et 18) et le prolongement de deux déjà existantes (11 et 14), le Grand Paris Express compte bien révolutionner le trajet des quelques 8,5 millions d’usagers quotidiens des transports en commun.

Si le projet a été initié en 2007 par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, les travaux ont débuté cette année avec la construction de la ligne 15 qui relie seize stations entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs. La mise en service de cette première rame du « supermetro » est prévue pour 2022 mais il faudra attendre, au moins 2030, pour voir le réseau entièrement opérationnel.

Le Parisien.
Source : Le Parisien.

Pour Hélène Bracon, membre parisienne d’EELV, ce projet s’inscrit bien dans une volonté de la capitale de développer les moyens de transports respectueux de l’environnement. « On a déjà le meilleur réseau de métro au monde (selon une étude de l’Institute for Transportation and Development Policy (ITDP) ndlr.), mais il était nécessaire de le renouveler. Ce projet du Grand Paris Express est un moyen idéal de permettre aux gens de laisser leur voiture de côté et de prendre les transports en commun. Après il faut espérer que les délais soient respectés, déjà que le budget initial va exploser… ». Car selon une première estimation le coût du chantier s’élèverait à 22 milliards d’euros en 2010. Sept ans plus tard, il aurait grimpé à 35 milliards d’euros ! Une addition salée qui s’expliquerait par l’obtention des JO de 2024 et l’obligation pour certaines lignes d’être prêtes dès le début de la compétition pour accueillir les spectateurs.

Le périphérique réaménagé ?

Le Grand Paris Express est la partie émergée des changements qui auront lieu dans la capitale et sa banlieue d’ici à 2030. D’autres mesures sont envisagées pour faciliter les déplacements des franciliens. Hélène Bracon préconise, elle, l’utilisation du vélo : « Le vélo classique ou électrique sera l’un des moyens de transport de demain. De 2014 à 2017, 200 km de voies cyclables ont été créées, et ça ne va pas s’arrêter là ».

Pour le parti écologiste, l’utilisation de la voiture doit être réduite au profit d’autres moyens de transports. En ce sens, les écologistes parisiens ont proposé en 2016, au Conseil de Paris, d’engager une réflexion sur la « transformation progressive » du périphérique et de certaines autoroutes franciliennes en boulevards urbains. « Ce serait l’occasion de réinvestir cet axe de circulation engorgé. On pourrait installer des voies de bus, des pistes cyclables, des commerces… Ce serait une passerelle plus ouverte entre Paris et sa banlieue » estime Hélène Bracon. Reste à convaincre les millions d’automobilistes qui empruntent le périphérique parisien tous les jours.

Clément Dubrul

Paris veut interdire les véhicules essence

Plus de 60 % des Parisiens n'ont pas de voiture. Crédit : Pixhere
Plus de 60 % des Parisiens n’ont pas de voiture. Crédit : Pixhere

La mairie de Paris souhaite limiter les déplacements en voiture dans la capitale. Après avoir annoncé la disparition des véhicules diesel en 2024, Anne Hidalgo envisage l’interdiction des voitures essence en 2030.

C’est une annonce qui risque d’ébranler les constructeurs automobiles. La Ville de Paris envisage d’interdire les voitures à essence d’ici à 2030 dans toute la capitale. Une mesure présentée ce matin lors d’un comité de pilotage du plan climat 2020-2050 qui sera débattue en novembre prochain par le Conseil d’Etat, a révélé France-info.1.

Anne Hidalgo Crédit : Flickr
Anne Hidalgo Crédit : Flickr

La maire de Paris, Anne Hidalgo s’était déjà mis à dos une partie des automobilistes parisiens en annonçant l’interdiction des véhicules diesel à l’horizon 2024. L’objectif de cette politique environnementale ? La neutralité carbone et 100% d’énergies renouvelables. Un but que de nombreuses villes européennes comme Berlin se sont données lors de la COP 21.

« Une mesure applicable partout en France »

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, avait lui aussi annoncé en juillet dernier la volonté du gouvernement d’arrêter la vente de véhicules à moteur thermique (essence ou diesel) en 2040. « Si cette mesure pourra s’appliquer partout en France en 2050, il est logique que Paris, qui a déjà de l’avance dans ce domaine, soit prête avant », ajoute-t-on à la mairie de Paris.

Après l’apparition des vignettes de qualité d’air, Crit’air, destinées à exclure les voitures les plus polluantes de Paris, la municipalité mise désormais sur les transports en commun et la vente de voitures électriques. Reste donc à convaincre les 400 000 automobilistes qui traversent la capitale chaque jour.
Garance Feitama

 

Des chauffeurs de VTC bloquent les locaux du nouveau Taxify

Plusieurs dizaines de chauffeurs de voitures de transports (VTC) ont bloqué le bureau de recrutement de Taxify à Paris, en début d’après-midi ce lundi. Ils dénoncent « l’arrivée agressive » de la nouvelle entreprise estonienne dans la capitale.

L'entreprise Taxify est déjà présente dans 19 pays, en Europe et en Afrique.
Taxify est déjà présente dans 19 pays, en Europe et en Afrique. (Karlis Dambrans/Flickr)

C’est un nouveau rebondissement dans le marché des voitures avec chauffeurs. Aux alentours de 13h, la station de recrutement de Taxify dans le 11e arrondissement de Paris a été bloquée par quelques dizaines de chauffeurs VTC. « Nous ne sommes pas d’accord pour qu’ils cassent les prix du marché, qui sont déjà déplorables », regrette Helmi Mamlouk, porte-parole du syndicat FO-CAPA VTC. Le blocage de la station de Taxify s’est poursuivi pendant une heure. Les locaux sont restés fermés tout l’après-midi.

Prix cassés

Taxify est le petit nouveau sur le marché des VTC, déjà extrêmement concurrentiel dans la capitale. L’entreprise, basée en Estonie, propose une offre à prix cassé sur tout le mois d’octobre. Une baisse de 50% sur les tarifs, qui représente des trajets très intéressants pour les passagers. Taxify assure aux chauffeurs une compensation pour juguler cette offre.

Déjà présente dans 19 pays, en Europe mais aussi en Afrique, Taxify bénéficie des investissements du géant chinois Didi Chuxing.

Arrivée à Paris la semaine dernière, l’entreprise entend faire sa place aux côtés de Uber, leader européen du secteur VTC. Ses tarifs, assure l’entreprise estonienne, sont 10% moins chers que ceux d’Uber.

Au conflit qui oppose les chauffeurs de taxis aux VTC, s’ajoute désormais l’affrontement des différentes plateformes.

Léa DUPERRIN