Faire appel à une agence : un gage de sécurité ?

Les étudiants ont tendance à se diriger vers des bailleurs particuliers pour éviter les frais, explique Charles-Antoine Pastour, conseiller location à Century 21, mais ça ne leur garantit pas la conformité et un suivi réglementé du logement qu’ils louent.”  Car si faire appel à une agence a un coût (15€/m2 du logement loué à Paris), les agents s’assurent de la conformité d’un logement avant sa mise sur le marché.


Le témoignage de David Rodrigues vient pourtant nuancer ces affirmations. Selon ce membre de l’association Consommation logement cadre de vie (CLCV), “les agences ont un objectif, celui de louer le plus vite possible” et redoublent d’imagination pour arriver à leurs fins. “Déontologiquement, elles sont censées rechercher l’intérêt des deux partis. Mais leur client reste le bailleur, il ne faut pas l’oublier, parce que c’est lui qui paie les honoraires de gestion.

E.A. et C.D.C.

A lire aussi : Étudier à Paris : la traque au logement

La bataille de l’encadrement des loyers

L’encadrement et du plafonnement des loyers est un des éléments les plus importants pour limiter les abus [des bailleurs]” considère David Rodrigues, membre de l’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV). Mis en place par la loi ALUR en 2014, puis annulé en 2017 par le Tribunal administratif de Paris, le dispositif d’encadrement des loyers est finalement remis en vigueur à partir du mois de juillet par la loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, 23 novembre 2018). Ce mécanisme qui  “protégeait particulièrement les étudiants dans les zones tendues”, comme l’estime David Rodrigues, sera mis en place à titre expérimental, pour une durée de cinq ans, sur demande des villes dans la mesure où elles se situent dans une “zone tendue”. Les dispositions mises en place par la loi ALUR sont conservées. Comme le prévoyait déjà la loi en 2014, l’arrêté préfectoral fixe un “loyer médian” calculé par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (OLAP), qui étudie le montant des loyers pour 80 quartiers de Paris regroupés en quatorze zones, et selon le type de logement et l’année de construction de l’immeuble. L’observatoire établit ensuite un “loyer plafond autorisé”, déduit à 20% de plus que la médiane. “On a constaté que les petites surfaces étaient statistiquement les logements qui respectaient le moins l’encadrement des loyers, remarque David Rodrigues, avec parfois des dépassements à plus de 200 euros par rapport au maximum légal”. La demande sur le marché parisien est telle que “même avec 200 euros de plus, une chambre de bonne reste toujours moins chère qu’un deux pièces”. La loi ALUR, même si elle instaurait un cadre législatif stricte autour de la question des loyers, était largement contournée par les bailleurs. “Ils savent très bien qu’il y a une forte demande, ajoute David Rodrigues. De même, les CROUS et résidences universitaires sont tellement saturés que de toute façon ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Cette année, la loi ELAN apporte donc une nouveauté : le risque d’amende pour les bailleurs qui ne précisent pas le loyer de référence dans leur contrat de location. De quoi “ramener un peu de décence sur les loyers pratiqués”.

E.A. et C.D.C.

A lire aussi : Étudier à Paris : la traque au logement

Paris, le parc Kellermann accueille pour la deuxième année une ferme pédagogique

 

La ferme pédagogique du parc Kellermann (13e) est la première à s'implanter intra-muros.
La ferme pédagogique du parc Kellermann (13e) est la première à s’implanter dans Paris intra-muros.

Dans la lignée de la ferme de Paris, installée depuis 1989 dans le bois de Vincennes et la ferme mobile qui se déplace dans tout Paris, la ferme du parc Kellermann dans le 13e arrondissement de Paris est la première implantation intra-muros permanente. La première édition s’est déroulée l’année dernière. Depuis dimanche 8 avril, moutons, brebis, chèvres, poules et lapins profitent d’un espace vert de 2 300 m2.

Informations pratiques :

La ferme organise des accueils et des présentations au public (discussion libre) les mercredis de 15 h à 17 h, les samedis de 14 h 30 à 17 h et un dimanche par mois, sur inscription.

Les centres de loisirs et les classes peuvent prendre rendez-vous pour des animations par courriel auprès de lafermedeparis@paris.fr

G. de PRÉVAL

Paris : le centre d’accueil pour migrants la « Bulle » est en cours de démontage

Fermé depuis le 31 mars, le centre d’accueil pour migrats en forme d’immense chapiteau gonflable est en cours de démontage. Il sera remplacé par cinq centres d’accueil répartis en Ile-de-France. 

 

Depuis son ouverture en octobre 2016, la "Bulle" a accueilli 25 000 hommes, femmes et enfants.
Depuis son ouverture en octobre 2016, la « Bulle » a accueilli 25 000 hommes, femmes et enfants (crédits : Chabe01).

La structure était provisoire. Dès son ouverture en octobre 2016, elle répondait à une situation d’urgence et son démontage a donc commencé comme prévu ce mercredi 11 avril.

À l’époque, l’objectif de la mairie de Paris et de la préfecture de police, était de proposer une solution à l’arrivée massive de personnes réfugiées, jusqu’alors livrée à elles-mêmes. En un peu plus d’un an et demi, le centre a vu passer 25 000 hommes, femmes et enfants. Et pour la seule année 2017, 15 000 sont passés par la bulle.

https://twitter.com/EMMAUSolidarite/status/984043326432272384@

Les réfugiés seront d’abord conduits dans des centres d’accueil de jour, expliquen nos confrères de France Bleu Paris, avant d’être emmenés vers l’un des cinq futurs « centres d’accueil et d’examen de situation » (CAES) qui s’ouvriront dans cinq des départements de l’Ile-de-France : à Paris, boulevard Ney toujours près de la porte de la Chapelle, à Ris-Orangis en Essonne, à Cergy dans le Val d’Oise, dans une commune des Hauts-de-Seine et une autre de Seine-et-Marne dont les noms ne sont pas encore connus.

Avec ces cinq centres, 750 places seront désormais disponibles, contre 450 pour la « Bulle » seule.

Guillemette de PRÉVAL