Faire appel à une agence : un gage de sécurité ?

Les étudiants ont tendance à se diriger vers des bailleurs particuliers pour éviter les frais, explique Charles-Antoine Pastour, conseiller location à Century 21, mais ça ne leur garantit pas la conformité et un suivi réglementé du logement qu’ils louent.”  Car si faire appel à une agence a un coût (15€/m2 du logement loué à Paris), les agents s’assurent de la conformité d’un logement avant sa mise sur le marché.


Le témoignage de David Rodrigues vient pourtant nuancer ces affirmations. Selon ce membre de l’association Consommation logement cadre de vie (CLCV), “les agences ont un objectif, celui de louer le plus vite possible” et redoublent d’imagination pour arriver à leurs fins. “Déontologiquement, elles sont censées rechercher l’intérêt des deux partis. Mais leur client reste le bailleur, il ne faut pas l’oublier, parce que c’est lui qui paie les honoraires de gestion.

E.A. et C.D.C.

A lire aussi : Étudier à Paris : la traque au logement

La bataille de l’encadrement des loyers

L’encadrement et du plafonnement des loyers est un des éléments les plus importants pour limiter les abus [des bailleurs]” considère David Rodrigues, membre de l’association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV). Mis en place par la loi ALUR en 2014, puis annulé en 2017 par le Tribunal administratif de Paris, le dispositif d’encadrement des loyers est finalement remis en vigueur à partir du mois de juillet par la loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, 23 novembre 2018). Ce mécanisme qui  “protégeait particulièrement les étudiants dans les zones tendues”, comme l’estime David Rodrigues, sera mis en place à titre expérimental, pour une durée de cinq ans, sur demande des villes dans la mesure où elles se situent dans une “zone tendue”. Les dispositions mises en place par la loi ALUR sont conservées. Comme le prévoyait déjà la loi en 2014, l’arrêté préfectoral fixe un “loyer médian” calculé par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (OLAP), qui étudie le montant des loyers pour 80 quartiers de Paris regroupés en quatorze zones, et selon le type de logement et l’année de construction de l’immeuble. L’observatoire établit ensuite un “loyer plafond autorisé”, déduit à 20% de plus que la médiane. “On a constaté que les petites surfaces étaient statistiquement les logements qui respectaient le moins l’encadrement des loyers, remarque David Rodrigues, avec parfois des dépassements à plus de 200 euros par rapport au maximum légal”. La demande sur le marché parisien est telle que “même avec 200 euros de plus, une chambre de bonne reste toujours moins chère qu’un deux pièces”. La loi ALUR, même si elle instaurait un cadre législatif stricte autour de la question des loyers, était largement contournée par les bailleurs. “Ils savent très bien qu’il y a une forte demande, ajoute David Rodrigues. De même, les CROUS et résidences universitaires sont tellement saturés que de toute façon ils peuvent faire ce qu’ils veulent. Cette année, la loi ELAN apporte donc une nouveauté : le risque d’amende pour les bailleurs qui ne précisent pas le loyer de référence dans leur contrat de location. De quoi “ramener un peu de décence sur les loyers pratiqués”.

E.A. et C.D.C.

A lire aussi : Étudier à Paris : la traque au logement

Hackers et entreprises, les nouveaux meilleurs amis du monde ?

De plus en plus d’adeptes des cyberattaques choisissent de mettre leurs compétences au service des entreprises, qui le leur rendent bien. En s’introduisant dans un but bienveillant dans leur infrastructure informatique pour en révéler les failles, ces hackers éthiques rendent Internet un peu plus sûr. Quitte à prendre leurs distances avec la loi.

Certaines hackers scrutent les lignes de code des entreprises pour en dénicher les failles. Crédits : Christiaan Colen, CC BY-SA 2.0
Certains hackers scrutent les lignes de code des entreprises pour en dénicher les failles. Crédits : Christiaan Colen, CC BY-SA 2.0

Quand j’accorde ma confiance à un site, j’estime que de mon côté, j’ai le droit de vérifier que mes données sont en sécurité en tentant de m’y introduire”. En s’intéressant de près à la cybersécurité de Numericable fin 2017, le hacker qui se fait appeler Kuromatae est tombé sur une faille qui aurait pu coûter cher aux clients du fournisseur d’accès à Internet. “Je me suis permis de tester leur service de messagerie. J’ai remarqué qu’en me débrouillant bien, je pouvais récupérer les mails de tous les clients”, explique le justicier 2.0. Il décide donc d’alerter le département de cybersécurité de l’opérateur, prenant ainsi le risque d’être poursuivi par l’entreprise. Mais la réaction de cette dernière est tout autre. Le soir même, elle contacte l’étudiant en sécurité informatique pour le remercier et l’informer que le webmail est mis en maintenance le temps que le problème soit résolu. A l’époque j’avais été menacé par plusieurs entreprises, mais maintenant elles sont plus ouvertes”, assure le jeune homme, aujourd’hui employé dans une société de sécurité informatique.

“Je me suis permis de tester leur service de messagerie. J’ai remarqué qu’en me débrouillant bien, je pouvais récupérer les mails de tous les clients.” Kuromatae, hacker éthique.

Kuromatae n’est pas le seul à constater des affinités nouvelles entre les acteurs économiques et les hackers. Il faut dire que les entreprises ont compris que, plutôt qu’une menace, ces experts de l’intrusion pouvaient s’avérer être une aide bienvenue pour améliorer la sécurité de leur infrastructure informatique. Depuis quelques années, des plateformes en ligne leur permettent même de mettre leur cyberdéfense à l’épreuve d’une kyrielle de chasseurs de failles. Sur ces sites de « bug bounty », comme on les appelle, celui qui parvient à détecter une vulnérabilité se voit rétribuer d’une prime pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros. ”L’intérêt pour les entreprises, c’est de se soumettre aux conditions réelles, analyse Guillaume Vassault-Houlière, PDG de Yes We Hack, la première plateforme européenne de bug bounty, qui revendique 200 nouveaux hackers inscrits chaque mois. Au lieu d’un test d’intrusion mené habituellement par un ou deux ingénieurs, c’est potentiellement 4 000 personnes qui peuvent chercher une faille de sécurité en même temps.”

Chasseurs de primes 2.0

Et l’enjeu est bien réel. Pour ces sociétés, combler les brèches avant qu’elles ne soient exploitées criminellement leur évite des fuites de données de leurs utilisateurs, mais aussi d’informations hautement stratégiques. Les responsables de Yahoo! peuvent en témoigner. En 2013, les données des trois milliards d’utilisateurs du géant américain du web sont tombées entre les mains de pirates informatiques, ce qui pourrait constituer la plus grande cyberattaque connue à ce jour. Autant dire que pour s’éviter de tels déboires, les entreprises sont prêtes à en payer le prix. En 2017, pas moins de 300 000 euros de primes ont ainsi été distribués aux hackers de Yes We Hack. Outre-Atlantique, le seul Google a dépensé 2,9 millions de dollars en bug bounty sur la même année. Mais au delà de la pure motivation financière, c’est aussi un combat d’égo que se livrent ces génies de l’informatique. Sur le site, un classement officiel distingue ainsi les hackers en fonction du nombre de failles qu’ils ont révélées depuis leur inscription. Le score compte beaucoup dans notre communauté”, confie Mehmet Ince, un chasseur de faille turc figurant à la 12e place du palmarès. Et Guillaume Vassault-Houlière d’abonder : “Cela permet d’être reconnu par ses pairs, c’est hyper important dans le milieu. Il y a toujours cette histoire d’égo chez les hackers”.

Capture d’écran 2018-05-28 à 17.43.14

Hacker, un métier comme un autre

Signe de la confiance croissante accordée par les entreprises à de telles plateformes en Europe, la startup de covoiturage Blablacar a ouvert en avril dernier son programme de bug bounty au public. Aux Etats-Unis, cette pratique est devenue quasiment systématique, des géants tels que Google, Spotify ou Airbnb y recourant régulièrement. La plateforme américaine HackerOne, leader mondial du marché, revendique une communauté de plus de 100 000 chasseurs de faille à travers le monde. Son équivalente européenne Yes We Hack, jeune et plus modeste, parvient aujourd’hui à attirer des acteurs comme le moteur de recherche Qwant ou l’opérateur Orange. Eric Dupuis, responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) de la filiale Orange Cyberdéfense, précise qu’il y a deux façons de rechercher des failles. Nous faisons des tests d’intrusion en interne avec nos hackers éthiques salariés, mais Orange recourt aussi à du bug bounty. C’est quand même du test d’intrusion, mais d’une manière différente”. Du reste, certains revêtent les deux costumes. Adeptes du bug bounty sur leur temps libre, ils peuvent aussi être embauchés par des entreprises en tant qu’auditeurs en cybersécurité par exemple. Une dénomination moins vendeuse que “hacker éthique”, mais qui correspond peu ou prou au même métier.

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), place forte de la cyberdéfense étatique française, préfère quant à elle parler d’expert des tests d’intrusion. Sur son site, elle en donne la définition suivante : “l’expert des tests d’intrusion, ou « hacker éthique », est en mesure de pénétrer le système d’information et d’identifier les divers chemins d’intrusions, les techniques utilisées, traçant ainsi le profil des attaquants, leurs habitudes et méthodes de travail.” Parmi la communauté des hackers, c’est plutôt sous le nom de “white hat” (chapeau blanc) que l’on désigne ces ingénieurs et ces chercheurs.

La cybersécurité comme “argument marketing”

De l’avis des professionnels du secteur, ces auditeurs demeurent le premier rempart contre les cybermenaces, malgré le succès de ces nouvelles plateformes. Pour qu’un bug bounty soit efficace, il faut que l’entreprise ait fait un audit approfondi au préalable, de sorte que les potentielles failles qui persistent soient difficiles à trouver”, rappelle Eric Dupuis. De fait, les hackers étant rétribués pour chaque vulnérabilité décelée, une telle démarche peut se révéler coûteuse pour les structures les moins préparées. Mais selon certains observateurs, cet investissement est souvent mûrement réfléchi : C’est utilisé par des entreprises comme un argument marketing pour montrer qu’elles ont une protection opérationnelle. La cybersécurité est devenue un enjeu commercial”, juge un ingénieur en sécurité informatique se présentant sous le pseudonyme de SwitHak. Comprendre : certaines entreprises se tournent parfois vers le bug bounty par souci de crédibilité plus que d’efficacité. L’initiative peut même se révéler contre-productive. Ouvrir les portes de ses serveurs informatiques à des milliers d’inconnus dans le cadre d’un bug bounty n’a rien d’anodin : grands groupes et administrations publiques s’exposent à des risques d’espionnage industriel ou étatique. “Il ne faut pas négliger ces questions de propriété intellectuelle et d’intelligence économique. L’an passé, des développeurs chinois ont réutilisé une partie du code informatique d’une entreprise sur leur propre site. Certains groupes qui s’étaient lancés dans le bug bounty ont dû faire marche arrière pour ces raisons”, souligne Eric Dupuis, rappelant qu’Orange passe toujours par sa filiale de cyberdéfense pour les questions les plus sensibles.

Entre éthique et légalité, “la limite est parfois difficile à définir”

Que ce soit en tant qu’auditeur ou en tant que chasseur de faille, on observe une professionnalisation croissante au sein des hackers éthiques. Peu à peu, ceux-ci se mettent en conformité avec la loi. Mais certains refusent toujours d’entrer dans les clous. Faut-il tout de même voir une démarche éthique dans leurs pratiques ? Le débat divise, car l’éthique est une notion subjective. Pour Gabrielle, une trentenaire qui se revendique du hacking responsable, il ne faut pas franchir la barrière de l’illégalité. “Beaucoup de personnes continuent de pénétrer dans des systèmes sans avoir l’autorisation préalable. C’est dangereux”, déplore-t-elle, tout en reconnaissant que cela dépend beaucoup de la manière dont c’est fait. “Il y aura toujours des problèmes moraux dans ce milieu, la limite est parfois difficile à définir.” SwitHak est lui aussi très critique envers ce type de pratiques. Selon ce dernier, c’est la méthode qui permet de distinguer le lanceur d’alerte du cybercriminel. Il en donne un exemple concret : Imaginons qu’un hacker trouve une vulnérabilité dans le site d’une entreprise. Il entre en contact avec cette dernière et lui communique les détails de la vulnérabilité mais lui donne un ultimatum de 15 jours, de manière arbitraire, pour corriger la faille avant qu’il ne la divulgue en public. Sauf que parfois, ce délai n’est pas gérable”. Une façon de faire que ce professionnel de la cybersécurité dit ne pas approuver. Pour moi, le hacker éthique doit agir sans but financier, avec une démarche responsable. Et il ne doit pas chercher à se mettre en avant”, conclut-il. Le modèle qui se rapproche finalement le plus d’une pratique éthique est celui de la divulgation responsable. Dans ce cas, le chercheur de faille doit laisser suffisamment de temps à l’entreprise pour qu’elle répare l’erreur découverte, et il ne doit pas attendre d’argent en retour, sous peine de se voir accuser de tentative d’extorsion.

Faire du web son terrain de jeu numérique

Parallèlement aux lanceurs d’alerte, certains hackers n’ont en effet pas nécessairement un objectif politique derrière la tête. C’est le cas de DIDIx13, un étudiant en informatique de 18 ans qui voit avant tout le cyberespace comme une immense aire de jeu et un terrain d’entraînement. “Pour moi le hacking c’est vraiment un passe temps, une passion. Il y a une barrière devant toi, tu dois trouver un moyen de la franchir. Le fait de réussir après tant d’effort, de puiser dans toutes les connaissances que tu as apprises jusqu’ici, c’est une sacrée satisfaction”, glisse-t-il.

Nous les grey hats, on ne propose pas nos services à des entreprises. On les attaque directement sans leur permission. » DIDIx13, un chapeau gris.

A terme, le jeune homme envisage de travailler au service d’entreprises. Mais en attendant, il avoue ne pas se préoccuper des questionnements juridiques. Et pour cause : il fait partie des “grey hats” (chapeaux gris), cette catégorie de hackers qui agissent illégalement sans avoir pour autant la volonté de nuire. Au contraire des “black hats” (chapeaux noir), qui peuvent demander une rançon ou subtiliser des données sensibles. Nous les grey hats, on ne propose pas nos services à des entreprises. On les attaque directement sans leur permission. C’est pour ça qu’on nous considère comme non éthique. Mais si on trouve des failles, on les contacte pour les aider à les fixer”, assure le surnommé DIDIx13.

Capture d’écran 2018-05-28 à 17.56.35

Vers une reconnaissance institutionnelle du hack

Preuve que les pouvoirs publics reconnaissent un intérêt pour ce type de profil malgré les distances que ces hackers prennent avec la loi, la législation évolue. En France, dans le sillage de la Loi pour une République numérique votée en octobre 2016, un dispositif permet aux chapeaux gris de bonne foi de déclarer une faille de sécurité informatique à l’Anssi. L’agence étatique se charge ensuite de prévenir l’entreprise ou l’administration concernée, tout en garantissant au lanceur d’alerte son anonymat. Une évolution majeure : elle était jusqu’ici tenue de le dénoncer, en vertu de l’article 40 du Code de procédure pénale qui oblige tout employé de l’Etat ayant connaissance d’un délit à alerter la justice.

Rien que sur les trois derniers mois de 2016, une soixantaine de déclarations ont été adressées à l’Anssi. Pour autant, ce dispositif reste imparfait. D’une part, il peine à protéger entièrement les hackers ayant révélé des vulnérabilités. Rien n’empêche en effet les entreprises dans lesquelles ils se sont introduits de remonter jusqu’à eux afin de les poursuivre en justice. Un risque que plusieurs députés avaient pointé du doigt lors de l’examen du texte, appelant en vain à la création d’un véritable statut du chasseur de faille.

Par ailleurs, même si les relations qu’entretiennent les hackers avec le secteur privé tendent à se réchauffer, celles avec l’Etat demeurent délicates. Guillaume Vassault-Houlière, PDG de Yes We Hack, estime que la communauté a encore un peu de mal à remonter des vulnérabilités à une entité étatique”. Même son de cloche du côté du hacker Kuromatae, qui avait préféré alerter directement Numericable après son intrusion : “Je pars du principe que l’entreprise préfère qu’on la prévienne directement. Surtout que l’Anssi risque de lui taper sur les doigts”.

“La communauté a encore un peu de mal à remonter des vulnérabilités à une entité étatique.” Guillaume Vassault-Houlière, PDG de Yes We Hack.

Nul doute qu’Internet continuera encore longtemps d’être le terrain de jeu privilégié d’esprits malintentionnés. Mais ces signes d’ouverture venus des entreprises, des pouvoirs publics et de l’enseignement supérieur laissent à penser qu’ils seront de plus en plus isolés. Nombre de hackers se rangent aujourd’hui du côté de la légalité, et cela n’a rien d’étonnant pour Mehmet Ince. Plus jeunes, des gens comme moi agissaient comme des black hats sans même s’en rendre compte”, confie-t-il. Sans moyen légal de gagner de l’argent en testant la sécurité informatique des entreprises lorsqu’il a commencé à s’intéresser à ce domaine, il n’a eu d’autre choix que d’agir dans l’illégalité. “A l’époque, il n’y avait pas de plateformes de bug bounty par exemple. Mais aujourd’hui, on peut hacker des entreprises pour améliorer leur sécurité, tout en étant payé pour le faire. C’est une bonne opportunité pour les plus jeunes”, poursuit-il. À l’avenir, l’ingénieur turc pronostique même que de plus en plus de hackers troqueront leur chapeau gris pour un blanc. C’est un processus que nous devons accompagner en encourageant le développement de ce type de plateformes”. Et le Stambouliote de mettre en garde : Malheureusement, il y aura toujours des chapeaux noirs”.

Alexandre BERTEAU et Lucas MARTIN

Les Puces de Saint-Ouen : comment faire du neuf avec du vieux

Premier marché d’antiquité au monde, les Puces de Saint-Ouen sont en déclin depuis une quinzaine d’années. Rideaux de fer qui restent baissés, allées désertées… Les sept hectares des quatorze marchés souffrent de la concurrence d’Internet et des attentats qui ont fait fuir les touristes. Elles cherchent aujourd’hui à trouver un second souffle.

 

 

Sa silhouette avachie s’accorde avec les objets à l’air vétuste qui s’entassent dans son échoppe. Elle ne veut pas dire son nom, refuse de parler. « On neIMG_2911 vend plus rien », rouspète-t-elle tout en secouant la poussière des babioles qui attendent en vain de trouver un acheteur. Classées « zone de protection de patrimoine architectural, urbain et paysager » en 2001, le marché aux puces de St-Ouen (Seine-St-Denis) existe depuis 1920. Paradis des chineurs, les quatorze marchés qu’il regroupe s’étendent sur sept hectares. On y trouve aussi bien du mobilier du XVIIe, comme une imposante commode Louis XIV à plus de 14 000 euros que des bibelots sans valeur, à l’instar des pots en fer rouillés.

IMG_2856Les touristes viennent se perdre dans l’un des sites français les plus visités, attirés par un lieu préservé du temps. Il génère un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros dont les trois quart proviennent des transactions des antiquaires. Pourtant, les marchands sont unanimes, depuis une quinzaine d’années, leurs ventes se portent moins bien. Ils se retrouvent confrontés à un enjeu majeur : comment conjuguer le passé au XXIe siècle ?

100 ans d’histoires

Dès le matin, les passants circulent dans les allées encombrées des Puces. Les plus âgés retrouvent des objets de leur enfance tandis que les plus jeunes découvrent les moulins à café et les coiffeuses dont ils ne feront sans doute jamais usage. Des archives à ciel ouvert dont l’histoire remonte à 1870. C’est dans la continuité des travaux de rénovation de Paris entrepris par le Baron Haussmann que les chiffonniers sont contraints de quitter la capitale pour s’établir à sa bordure, dans ce qui était alors un village, Saint-Ouen. D’abord simple foire, les Puces s’y fixent cinquante ans plus tard définitivement. Les marchés Vernaison, Malik, Biron et enfin Vallès sont nés. Dauphine, Malassis, Paul-Bert et Serpette seront créés après la Seconde Guerre mondiale.

À peine les portes du marché Vernaison franchies que les effluves des plats typiques des guinguettes assaillissent les narines et les chansons populaires des années 20 retentissent aux oreilles. Il suffit de suivre les sons d’accordéons pour être guider vers le café Louisette, véritable institution des Puces. Les visiteurs s’y bousculent toujours, charmé par cet établissement à l’allure désuète où les artistes déambulent entre les tables pour réclamer un pourboire à la fin de leur tour de chant.

Européens, Japonais, Chinois, Américains, ils viennent des quatre coins du monde. « C’est vraiment un lieu typiquement français », s’émerveille Frances, une touriste américaine, les bras pleins de vieilles affiches jaunies par le temps. « J’ai l’impression d’être dans Midnight in Paris », abonde sa fille Jane. Ce film du réalisateur Woody Allen évoque la nostalgie d’un Paris aujourd’hui disparu. Ou presque. C’est niché au milieu des tours en béton et en bordure du périphérique qu’on le retrouve.

Au-delà des antiquités, les Puces reposent sur cet imaginaire d’une France comme seuls les touristes la rêvent encore. Une tendance que déplore Hugues Cornière, président du Marché aux Puces (MAP), association qui réunit les différents marchés de St-Ouen : « On est devenu un lieu touristique, les gens s’y promènent mais n’achètent plus », pointe-t-il. Derrière ce décor de carte postale, les marchands sont à la peine. Ce samedi après-midi, dans une boutique d’orfèvrerie du marché Vernaison, deux ronds de serviette affichés à 55 euros partiront à 30 euros, après seulement cinq minutes de négociations. « Les prix sont très serrés par rapport à autrefois, l’orfèvrerie se vend 30% moins chère qu’avant », constate Samuel Loup, antiquaire. Face au déclin des ventes, le marché se cherche.

« C’est comme un jeu d’enfant »

IMG_2876« Hey fais vite, il y a quelqu’un chez toi qui demande à voir des bijoux », lance Samuel à sa voisine, partie faire la conversation quelques mètres plus haut. Cette dernière accoure et le remercie à chaude voix. Établi au marché Vernaison depuis douze ans, cet « acheteur compulsif » comme il se décrit lui-même, a plaqué le confort de son ancien métier, professeur de musique, pour assouvir sa passion. « Je suis arrivé après les grandes heures des Puces donc clairement, oui, j’aime mon travail», dit-il dans un éclat de rire. Il ajoute : « C’est la crise. Les gens demandent de baisser les prix de moitié, et si on n’a pas beaucoup vendu, c’est oui. Il faut qu’on vive. »

Sa boutique d’orfèvrerie regorge de fourchettes, coupes et de plats en métal ou en argent, « J’ai toujours eu une grande sensibilité au travail d’orfèvrerie », témoigne-t-il. Il les nettoie avec attention bien qu’il avoue que c’est l’aspect « le moins agréable » de son travail. Ce qu’il apprécie par dessus-tout, c’est parcourir les brocantes et les magasins spécialisés. « C’est comme un jeu d’enfant, je pars à la recherche d’un trésor , confie l’homme de 47 ans.

Une quête qui commence dès 6 heures tout les matins. « Je suis devenu un lève-tôt », s’amuse-t-il. L’antiquaire a son rituel : « J’ai deux-trois marchands chez qui j’ai mes habitudes, par contre, je n’aime pas faire les adresses [chez les particuliers ndlr]». Il évite aussi de plus en plus les salles de ventes que cet autodidacte a beaucoup fréquentées à ses début. « C’est très formateur pour évaluer les prix des pièces », juge-t-il. Samuel s’attriste à mi-mots du manque d’intérêt de la jeune génération pour l’argenterie. Quant aux touristes étrangers, ils sont en quête d’un « art de vivre à la française », comme il le remarque avant d’accueillir sourire aux lèvres des clientes américaines qui s’enthousiasment à grands cris devant la profusion de pièces raffinées.

De nouvelles attentes

A midi, baguettes, fromages et vin rouge sont de sorties. Il règne une ambiance conviviale, la définition même de la bonne franquette. Autour des tables, installées dans les allées, les marchands se réunissent et font le bilan de la matinée. « C’est calme aujourd’hui », soupire une vendeuse de fripes. « Allée 8 oui mais allée 7, j’ai vu passer plus de monde », réplique sa comparse. A la fin du repas, les plateaux sont débarrassés par les serveurs des restaurants alentours. Un Paris figé dans le temps mais qui n’échappe pas non plus aux modes. « Le goût pour les antiquités a évolué. Aujourd’hui, ce sont les années 50 et 60 qui sont en vogue », présente Hugues Cornière.

IMG_2905

Une tendance qui se reflète sur le marché. A Paul Bert et Serpette, sur les cinquante nouveaux arrivants, une trentaine vendent du mobilier du Xxe siècle. Le design scandinave s’arrache chez les touristes mais aussi chez les Parisiens. « Les appartements sont plus petits. Ce mobilier est plus adapté à leur surface et aux goûts des nouvelles générations », analyse Hugues Cornière. Pour autant, ces marchands sont concurrencés par les rééditions, sorties par les grandes entreprises de mobilier. C’est le cas du Suisse Vitra dont 70% du chiffre d’affaires provient de ses modèles du designer américain Eames réédités. « On souffre aussi de la concurrence d’Internet », pointe-t-il.

Ebay, Leboncoin… Autant de sites de vente en ligne de seconde main apparus au début des années 2000. Toute personne lambda peut s’improviser marchand sans en avoir les contraintes. Outre les charges et autres frais, un stand de 15m2 au marché le moins cher se loue environ 800 euros par mois. Dès lors, les Puciers dénoncent une concurrence déloyale. « Ils mordent surtout sur les ventes des petits brocanteurs, le haut de gamme est moins affecté», révèle le président de l’association des Puces.

L’avènement de ces sites a marqué la fin des heures fastueuses des Puces de St-Ouen. « En 1998, on ne pouvait pas circuler facilement tant les allées étaient bondées », se rappelle, un brin nostalgique, Halimi, vendeur de tapis au premier étage du marché Malassis. Aujourd’hui, les boutiques voisinent ont pratiquement toutes le rideau tiré. Elles servent désormais de lieu de stockage alors que les passants qui s’y aventurent se comptent sur les doigts d’une main. « Au marché Malassis, tout le premier étage est vide, observe Hugues Cornière, pas mal de gens partent à la retraite et il y a de moins en moins de jeunes qui s’installent. »

IMG_2877

Des marchands 2.0

Pour enrayer ce déclin et s’adapter à cette nouvelle donne, les marchands sont forcés de s’adapter. Il y a un an, l’Association de développement et de promotion des Puces de Paris Saint-Ouen a conclut un partenariat de trois ans avec le site eBay. Un portail de vente en ligne qui permet de toucher un public plus large, ou encore des acheteurs étrangers suite aux attentats. Mais nombreux sont les marchands à ne pas en avoir entendu parler. Et les rares à s’y être inscrits sont loin d’être convaincus. « Sur Ebay, les enchères ne montent jamais assez haut pour que la vente soit rentable », constate Samuel Loup. De plus, l’antiquaire n’est pas prêt à abandonner sa liberté. « Le système de ce site exige une présence constante afin de ne pas louper une vente ». Il s’est donc désinscrit après seulement quelques mois d’utilisation.

En revanche, il est séduit par les réseaux sociaux. « Des marchands voulaient qu’on se dynamise, ils m’ont créé un compte Instagram» Présent sur cette application de partage d’images depuis environ six mois, il y montre différents objets. « J’ai eu des ventes grâce à lui. Cela permet aussi de me faire connaître. » Le nom de son compte est inscrit sur sa carte de visite. Une initiative saluée par les touristes. « Je suis surprise qu’un antiquaire ait Instagram, c’est vraiment un mélange entre l’ancien et le moderne. C’est une bonne idée », s’exclame Harumi, une touriste japonaise. Les Puciers tentent de multiplier les initiatives afin de faire repartir leurs ventes en berne. « Ce sont surtout les jeunes marchands qui essaient de dynamiser les lieux en organisant des événements. Les anciens sont réticents et refusent souvent de participer », regrette Samuel.

Le département de la Seine-St-Denis capitalise sur le potentiel touristique de ce lieu atypique. L’enjeu est de faire revenir les visiteurs. Depuis 2000, la fréquentation a diminué de 75%, passant de 120 000 personnes par week-end à 30 000 lorsque le soleil est au rendez-vous. En 2014, l’Office central du tourisme de St-Denis a décidé de fermer ses deux antennes de St-Ouen, trop excentrées des Puces. Un pôle unique a ouvert ses portes, trois ans plus tard, rue des Rosiers, à l’entrecroisement des quatorze marchés. Un pari réussi. « Face à l’affluence grandissante, une deuxième personne vient d’être embauchée », se félicite Nathalie Szymanski. Cette conseillère en séjour auprès de l’Office de Tourisme de St-Ouen met en avant les nouvelles initiatives du Département. « On a remarqué que les personnes lambdas viennent surtout flâner. Alors depuis peu, on propose des visites organisées, ouvertes aux touristes et aux personnes qui habitent le territoire. Ils découvrent l’histoire du marché », présente-t-elle. Ces visites représentent un apport financier pour la ville. Un groupe de vingt personnes rapporte 1000 euros par excursion.

Un dépoussiérage synonymes de montée en gamme

Loin des ruelles étroites et fouillis du marché Vernaison, lorsqu’on s’aventure dans ceux de Paul-Bert-Serpette, le changement de décor est radical. Ici, le vintage est synonyme de luxe. Les boutiques sont spacieuses et épurées. Le mobilier est mis en scène dans un décor de magazine. Il est destiné à rejoindre les propriétés d’une clientèle aisée. A deux pas s’élève le nouveau restaurant « Ma Cocotte », œuvre du créateur star Philippe Starck.IMG_2915

Hôtels design, restaurants « bistronomiques » et concept stores sont partis à la conquête des Puces. Ils attirent une clientèle jeune et branchée. « On n’était pas une destination locale. Pas mal de Parisiens ont découvert les Puces quand le MOB a ouvert ses portes », se réjouit Hugues Cornière. En passant l’imposante porte du MOB Hôtel, on pourrait se croire à Brooklyn, le quartier new-yorkais à la mode. Sur la terrasse aux allures de jardin, entre le home cinema et le bar, des trentenaires sirotent un cocktail. L’établissement ne s’en cache pas et le revendique dans son nom : « Maimonide of Brooklyn ». Une amorce de gentrification dont se satisfait Hugues Cornière : « Cela attire du sang neuf donc de potentiels clients avec un pouvoir d’achat plus élevé. » Mais c’est loin de faire l’unanimité. « Certains commerçants n’en veulent pas. Même des touristes se désolent de la mondialisation et uniformisation des lieux touristiques », observe Nathalie Szymanski.

Ces inquiétudes sont balayées d’un revers de main par Hugues Cornière. « Si l’on reste à pleurnicher, dans deux-trois ans, encore plus de terrains seront abandonnés », assène-t-il. Le président du MAP place ces espoirs dans les galeries d’art contemporains qui se multiplient aux abords des marchés et projette les Puces comme « le pôle parisien du marché de l’art ».

Dorine Goth et Anaïs Robert

A lire aussi :

Les Puces de Clignancourt : l’autre marché

Les puciers ou la tentation de la magouille