À Valenciennes, un master pour futur hacker

Les étudiants du master Cyber-défense et sécurité de l'information de Valenciennes deviennent des experts en test d'intrusion. Crédit : domaine public
Signe de l’institutionnalisation croissante du métier de hacker éthique, des masters forment désormais à ce type de métier. Crédit : domaine public

Apprendre à se faufiler dans les failles des systèmes informatiques pour mieux les combler. C’est ce qu’assimilent les étudiants du master Cyber-défense et sécurité de l’information (CDSI) à l’Institut des Sciences et Techniques de Valenciennes. Inaugurée en 2015, cette formation prépare chaque année 25 étudiants à devenir des hackers éthiques, même si la dénomination exacte se veut plus rassurante : auditeur en sécurité des systèmes d’information.

Les futurs diplômés, généralement titulaires d’une licence d’informatique ou de mathématiques appliquées, n’auront aucun mal à trouver un point de chute. Car face à des cybermenaces de plus en plus nombreuses, les besoins des entreprises pour ce type de profil sont croissants. Certaines ont d’ailleurs flairé le filon en signant des conventions de partenariats avec l’université, comme Orange Cyberdéfense ou le géant de l’aéronautique Thalès. Un moyen de s’assurer les meilleurs éléments dès l’obtention du diplôme. D’autres cursus de ce type existent à Laval ou Vannes par exemple.

Lucas MARTIN

Témoignage : pour changer les stéréotypes, « il faut agir à la source, dès l’école primaire ou maternelle »

Capture d’écran 2018-05-16 à 13.26.37

Noëmie Frébeau est ingénieure. Pour elle, les propos sexistes dans le secteur sont rares, bien que présents, et la discrimination n’est pas la raison principale du faible nombre de femmes ingénieures. C’est un problème de culture, de stéréotypes inculqués dès le plus jeune âge et qui détournent les filles du secteur.

 

Lire aussi: Devenir ingénieures malgré les préjugés


Elle a gravi en une décennie les échelons d’un milieu majoritairement masculin. A 32 ans, Noëmie Frébeau est responsable de bureau d’études chez General Electric. Cette jeune ingénieure, diplômée en 2008 de l’école nationale supérieure de mécanique et microtechnique (ENSMM) de Besançon, raconte ses expériences dans le secteur.


Des propos sexistes isolés

« J’ai eu parfois des problèmes avec quelques collègues masculins, mais c’était très occasionnel et je pense que ça n’était pas très représentatif », rapporte Noëmie. Dans une profession où 61% des femmes rapportent avoir été victimes de discrimination à cause de leur sexe (selon l’étude « Les femmes, l’industrie, la technologie et l’innovation », Elles Bougent et l’institut CSA, mars 2016), Noëmie peut paraître chanceuse. Pourtant, certaines de ces expériences sont empreintes d’un sexisme indéniable.

« Je demande une augmentation de budget sur un projet et on me demande si c’est pour aller faire du shopping. Là par exemple, clairement, c’est très malvenu », témoigne-t-elle. Parfois, ces discriminations peuvent causer des problèmes tangibles, comme la perte d’une opportunité professionnelle. « J’ai eu un autre cas où quelqu’un avec qui je me renseignais pour savoir s’il y avait des postes après un stage me disait « Il pourrait y avoir des postes dans mon service mais on pourrait prendre ça pour de la promotion canapé et on aurait peut-être pas tort ». » Après cela, elle perdu l’envie de travailler avec l’entreprise en question.

La possibilité d’une future grossesse peut négativement impacter sur la trajectoire professionnelle des femmes, et les ingénieures ne sont pas épargnées. Un exemple vient à l’esprit de Noëmie, bien qu’il ne lui soit pas arrivé personnellement. Elle a entendu d’une amie « à qui on a dit, lors d’un entretien d’embauche, « j’espère que vous n’avez pas l’intention de faire des enfants dans les trois ans, ça ne nous arrangerait pas du tout ». Dans ces situations, on a le choix entre jouer le jeu et dire « non, pas du tout », soit dire « ce n’est pas correct ce genre de question », mais on sait qu’on risque de ne pas avoir le poste. »

Noëmie a un poste à responsabilités à un jeune âge, ce qui peut parfois faire des envieux. Elle se souvient en particulier d’un échange avec un collègue masculin, qui n’était pourtant pas en lice pour obtenir sa position. « Il me dit « Moi j’aurais pu faire ce travail, j’ai les compétences, peut-être que si j’avais eu une poitrine on m’aurait plus regardé. » Je ne pense pas qu’il voulait me remettre personnellement en cause, mais ça fait penser qu’il y aurait peut-être du favoritisme pour les femmes. On en arrive à la notion de discrimination positive, où le côté pervers est de sous-entendre que les femmes n’ont pas mérité leur poste. »

Noëmie tient pourtant à temporiser. Les discriminations et les remarques malvenues existent, « mais c’est un cas sur 10 ans, dit-elle. Ce genre de situation reste relativement isolé. J’espère. »

 

Les quotas ne sont pas la solution

 

« Quand il y a 10% de femmes qui sortent des écoles, on ne peut pas demander à ce qu’il y ait 50% de femmes qui soient embauchées »

 

« Je n’ai pas eu le sentiment de devoir prouver quelque chose de plus que les autres, explique Noëmie. Je suis partisane de ne pas systématiquement me dire « c’est parce que je suis une femme » quand quelque chose m’arrive, à moins que quelqu’un ne remette ouvertement en cause ma féminité. Je n’ai jamais eu de déceptions sur un poste où je pourrais me dire que c’est parce que je suis une femme. »

 

Partisane d’une relation apaisée entre les hommes et les femmes, elle pense que l’absence de femmes dans le secteur ne vient pas tant d’une discrimination à l’embauche que d’un manque de femmes déjà durant la formation. « En première année d’école d’ingénieur, sur une promo de 250, on était entre 20 et 30 femmes, donc environ 10% », se souvient Noëmie. Personnellement, elle n’était pas dérangée par la proportion d’hommes dans sa promotion, mais elle reconnaît qu’il s’agit d’un déséquilibre important. « Deux années plus tard, il y en avait déjà un peu plus, peut-être 40 femmes sur 250. Je pense que depuis ça a encore évolué. »

 

10 ans après la scolarité de Noëmie, le taux de femmes parmi les élèves de son école est passé de 10% à 18%
10 ans après la scolarité de Noëmie, le taux de femmes parmi les élèves de son école est passé de 10% à 18%

 

« On ne peut pas forcer un quota actuellement, affirme la jeune ingénieure. Quand il y a 10% de femmes qui sortent des écoles, on ne peut pas demander à ce qu’il y ait 50% de femmes qui soient embauchées. Ce n’est pas logique et ce n’est pas bon, parce que ça veut dire qu’on devra embaucher des personnes moins compétentes et faire de la discrimination négative, ce qui pour moi n’est pas une bonne solution. »

 

La bonne solution, quelle est-elle ? Briser le status quo sans imposer de discrimination positive nécessite un plus grand nombre de jeunes filles qui choisissent la voie de l’ingénierie, afin d’équilibrer le ratio de femmes enrôlées dans les écoles spécialisées. Or, dès l’entrée au lycée, les filles sont sous-représentées dans les filières scientifiques, où elles ne représentaient en 2013 que 46% des bacheliers, alors que 80% des lycéens en filière littéraire sont des filles. Cet écart se renforce dès l’entrée à l’université. La même année, les filles représentaient 72% des étudiants en lettres et sciences humaines selon l’Insee, mais seulement 38% des élèves dans les formations scientifiques et 29% dans les écoles d’ingénieurs.  Comment s’y prendre, alors, pour équilibrer ce ratio ?

 

« J’ai été contactée pour faire la promotion du métier d’ingénieur auprès des jeunes filles », dit Noëmie. L’expérience n’a pourtant pas été positive. « J‘ai été très déçue parce que j’ai entendu des choses comme « Vous pourrez leur dire que vous gagnez bien votre vie et que vous pouvez embaucher une nounou et une femme de ménage. » Je trouve ça terrible parce que ce n’est pas l’idée que je me fais du succès, et que l’on véhicule des stéréotypes datés en parlant d’UNE nounou et d’UNE femme de ménage. Ca m’a posé un souci et donc je n’ai pas continué avec cette association. »

 

 

Changer les stéréotypes dès le plus jeune âge


Même si sa collaboration avec cette association avait été un succès, Noëmie réalise que simplement faire la promotion auprès d’adolescentes ne suffirait pas forcément. « On a en fait assez peu d’exemples, assez peu de modèles. Il y avait encore moins de femmes ingénieures par le passé. Les femmes de 45 ans à des postes élevés, il y en a assez peu », déplore-t-elle. Cela touche l’inconscient collectif, l’image que chacun se fait de la profession. S’il est nécessaire de faire un effort d’imagination particulier pour imaginer qu’un ingénieur est de sexe féminin, et non masculin, les filles ne le feront probablement pas lors de leur choix de carrière. L’absence de femmes dirigeantes est même la seconde raison évoquée par les ingénieures et les étudiantes en ingénierie pour expliquer la faible féminisation du secteur.

 

67% des lycéennes anticipent le fait qu’elles seront victimes de discriminations

 

De plus, l’image que l’on a souvent du métier d’ingénieur peut pousser les filles à l’éviter, par peur d’être la seule fille dans un milieu masculin. L’association Elles Bougent estime que 56% des étudiantes en ingénierie et 67% des lycéennes anticipent le fait qu’elles seront victimes de discriminations si elles choisissent ce métier. Noëmie a aussi été témoin de ce phénomène d’auto-censure des femmes. « J’ai une copine qui a hésité à faire une école d’ingénieur, mais qui a changé d’avis parce qu’elle se disait qu’il n’y aurait que des mecs, des geeks. C’est le serpent qui se mord la queue. »

 

Pour changer cet état de fait, amener un changement profond de culture vis-à-vis de l’image que l’on se fait de la profession, Noëmie estime qu’il faut s’adresser directement aux plus jeunes pour les atteindre avant que leur opinion ne soit formée. Les lycéennes démontrent déjà une attirance particulière pour la médecine, le luxe et les médias (qui sont largement féminins), alors que les garçons du même âge sont plus attirés par l’aéronautique et le numérique. « Ce n’est pas au lycée qu’une personne qui a entendu toute son enfance que les inventeurs, les mécaniciens ce sont des garçons va d’un coup se dire “tiens je vais faire ça”. Je pense qu’il faut agir à la source, dès l’école primaire ou maternelle. Je continue de m’insurger par exemple contre le genre des jouets dans les magasins. Le rose c’est pour les filles, si tu veux un télescope c’est au rayon garçon. C’est sur les âges jeunes qu’il faut généraliser l’idée que tous les métiers sont accessibles pour les hommes et les femmes. C’est aussi dans les dessins animés qu’il faut agir, parce que c’est là que les enfants sont vraiment touchés. »

 

Depuis quelques années, le nombre d’ingénieures est en nette augmentation. Noëmie se félicite de cette évolution. « Les récentes expositions sur Marie-Curie vont dans ce sens-là, on essaie de montrer les modèles de femmes scientifiques dans le passé. » Mais c’est surtout le monde de l’entreprise qui offre des initiatives qui peuvent donner espoir. « Par exemple chez General Electric on a le Women Network, qui a pour but de rendre visible les femmes aussi dans les hauts postes pour pouvoir servir de modèles. On a aussi « Balance the equation » pour dire qu’on veut arriver à 50/50 de femmes et d’hommes parce que sinon on se prive de compétences. Ils font notamment visiter l’entreprise à des groupes de jeunes filles. »

 

Ces initiative viennent des Etats-Unis, et ce n’est pas par hasard. « Les américains ils ont la discrimination positive et c’est rentré dans la culture, ce qui n’est pas du tout le cas en France », reconnaît Noëmie. Cela peut être un motif d’espoir pour les jeunes filles qui, comme Noëmie, rêvent de devenir ingénieures. De fait, 82% des filles interrogées par CSA Research sont optimistes pour l’avenir de leur secteur.

 

Jean-Gabriel Fernandez et Louise Boutard

Tolbiac : le président de l’université demande l’intervention des forces de l’ordre

Le président de l’université Panthéon-Sorbonne (Paris-1), Georges Haddad, appelle ce mercredi 11 avril a une intervention des forces de l’ordre sur le site de Tolbiac, occupé depuis fin mars, estimant que « la ligne rouge a été franchie » après des violences.

Tolbiac © LaMeute – Graine
La « ligne rouge a été franchie »

« La gravité des violences constatées dans le centre Pierre-Mendès-France (Tolbiac) ne permet plus d’assurer la sécurité des personnes », selon le président de l’université Panthéon-Sorbonne, Georges Haddad, qui « considère que la ligne rouge a été franchie ». « Dès lors, j’ai demandé au préfet de police son concours pour rétablir le fonctionnement habituel du centre », indique-t-il dans un message envoyé mercredi matin aux étudiants, personnels administratifs et enseignants-chercheurs.

 

Le président avait fait savoir dans une lettre adressée lundi à la préfecture de police qu’à la suite de la « découverte de cocktails Molotov au sein de centre Pierre Mendès-France et des violences qui se sont produites dans la nuit du 6 au 7 avril, la sécurité du centre n’est plus assurée ».

Axelle Bouschon (avec AFP)

Les étudiants maghrébins plébiscitent la France

Les Marocains, les Tunisiens et les Algériens sont nombreux dans les universités françaises. Ce choix est encouragé par les liens anciens que leur pays entretient avec la France et la qualité de la formation.

Le nombre d’étudiants marocains a augmenté de 10% entre 2010 et 2014.

Ils se concentrent principalement dans les filières scientifiques et économiques. Il existe tout de même des différences. Les Algériens préfèrent les filières scientifiques et sont également les plus intéressés par les études de médecine, selon une enquête sociologique d’Abdelkader Latrèche publiée au début des années 2000.

Ces tendances s’expliqueraient par le développement de l’enseignement supérieur dans les différents pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie). L’Algérie s’est attachée à promouvoir les matières scientifiques et techniques. Le Maroc et la Tunisie, eux, se sont davantage diversifiés dans les matières littéraires, juridiques et économiques. Les études en France sont donc le prolongement de l’enseignement que les étudiants ont commencé à recevoir au Maghreb, souligne Abdelkader Latrèche.

La France une destination réputée

Ces étudiants sont présents en grand nombre dans l’hexagone : 84% des étudiants maghrébins qui ont choisi de migrer sont en France.

Cela s’explique par diverses raisons, qui ne sont pas nécessairement liées à la langue qu’ils connaissent mieux que d’autres étudiants étrangers, comme les Chinois. Ils sont d’abord attirés par une formation de prestige. Plus de la moitié disent être venus en France pour la qualité du diplôme et le désir d’obtenir un sésame de valeur internationale.

Des liens anciens perdurent aussi entre les universités françaises et maghrébines qui ont été entretenus après la décolonisation. L’étude d’Abdelkader Latrèche met en avant le fait que les étudiants maghrébins viennent principalement de vieilles universités. C’est le signe que les anciennes relations sont toujours vives au début des années 2000. Ces liens ont même été renforcés par le développement de partenariats internationaux entre établissement d’études supérieures français et maghrébins. L’université de Tunis Dauphine, fondée en 2008, délivre par exemple des diplômes binationaux. Les enseignants des deux universités sont également amenés à donner cours dans les deux pays.

Autre motif d’importance, les étudiants maghrébins bénéficient de bourses. Plus de la moitié des étudiants étrangers titulaires d’une bourse en 2011-2012 venaient du Maghreb, selon Campus France. Cela concerne surtout les étudiants tunisiens et marocains.

Le soutien des familles

Ces causes matérielles et administratives s’accompagnent d’un soutien familial. 53% de ces jeunes disent que l’entourage a joué un rôle important dans leur décision de partir étudier en France, toujours selon Campus France. La migration étudiante peut en effet être considérée comme un investissement pour les familles. Etudier en France est considéré comme un moyen de s’insérer plus facilement sur le marché du travail et de s’élever socialement. Les proches qui peuvent alors s’impliquer économiquement, en fournissant une aide financière régulière, attendraient un retour du jeune une fois ses études achevées, selon Abdelkader Latrèche. Le thésard traduit cette investissement familial par une perspective « rentabiliste » de la migration.

Alice Pattyn et Elisa Centis

 

A lire aussi : Rostom et Yacine, étudiants ingénieurs en France, veulent assurer leur avenir

Idir, étudiant algérien : « le plus dur ce sont les démarches administratives »

Les 5 avantages et inconvénients d’étudier en France pour les maghrébins