Cérémonies des Molières : carton plein pour La Machine de Turing, confirmation pour Blanche Gardin et irruption de gilets jaunes

La 31e cérémonie des Molières, qui s’est déroulée lundi 13 mai sous l’égide de l’humoriste Alex Vizorek, a sacré la pièce La Machine de Turing de Benoît Solès. Blanche Gardin a quant à elle été récompensée par le Molière de l’humour, pour la deuxième année consécutive. La cérémonie a également été marquée par l’interruption sur scène de gilets jaunes qui ont critiqué des coupes dans le budget de la culture.

La soirée, qui s’est déroulée aux Folies Bergère à Paris, a été diffusée en différé en deuxième partie de soirée sur France 2. La chaîne publique aura pris soin de couper une séquence où des gilets se sont introduits sur scène, au nom de la « maîtrise de l’antenne », a-t-elle indiqué. Jean-Marc Dumontet, président de la Nuit des Molières, a affirmé que les manifestants ont pénétré dans l’enceinte du théâtre « par les toits ».

La remise des Molières des « gilets jaunes »

Interrompant le maître de cérémonie Alex Vizorek peu après le début de la soirée, ils ont critiqué des coupes budgétaires dans le domaine de la culture et ont annoncé remettre « le Molière du déshonneur » à Emmanuel Macron, prenant également à parti le ministre de la Culture Franck Riester, présent dans la salle. Les manifestants, qui ont quitté la salle en scandant des chants hostiles au gouvernement, ont été accueillis par un public gêné et hésitant. Certaines huées ont été poussées tandis que l’humoriste Blanche Gardin, entre autres, s’est levée pour applaudir.

Franck Riester a quant à lui tweeté en fin de la soirée « La France est un pays de théâtre, une nation de spectacle », sans autre référence à cet incident.

Sacre de Blanche Gardin et de La Machine de Turing

La comédienne Blanche Gardin a obtenu un second Molière de l’humour pour son spectacle Bonne nuit Blanche – un trophée qu’elle avait été la première femme à recevoir l’an passé. Cette année, la catégorie présentait un palmarès exclusivement féminin, pour la première fois dans la courte histoire de ce prix créé en 2016. « Dans cette période sinistre, l’humour relève plus de la médecine d’urgence que du divertissement », a lâché l’humoriste dans son discours de remerciement. Elle est également revenue sur sa relation avec Louis CK, l’humoriste américain controversé pour des accusations d’exhibitionnisme, avec beaucoup d’ironie.

Quant au théâtre privé, c’est La Machine de Turing qui a raflé la mise. Cette pièce de Benoît Solès, qui s’inspire de l’histoire du mathématicien britannique qui a percé au jour le code secret de l’Enigma des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, a remporté quatre nominations : meilleur spectacle dans le théâtre privé, meilleur comédien dans le privé et meilleur auteur francophone vivant pour Benoît Solès, et meilleur metteur en scène dans le privé pour Tristan Petitgirard.

Un carton plein aux dépends de la pièce concurrente, Le canard à l’orange, pièce de boulevard de William Douglas Home remontée par Nicolas Briançon qui a essuyé plusieurs déceptions. Elle a seulement décroché une statuette, celle de meilleur comédien dans un second rôle pour Vincent Vincentelli, sur sept nominations.

Du côté du théâtre public, La nuit des rois de Shakespeare, mise en scène par l’Allemand Thomas Ostermeier dans une version audacieuse qui a secoué la Comédie Française, a remporté le Molière de la meilleure pièce.

Marina Foïs a quant à elle obtenu le prix de la meilleure comédienne dans le théâtre public pour sa performance dans Les Idoles, une pièce de Christophe Honorés écrite en hommage à ces héros morts du sida. La comédienne a réaffirmé dans son discours son soutien à la communauté homosexuelle, sous le regard ému du dramaturge.

Audience en berne malgré un maître de cérémonie talentueux

 

Le maître de cérémonie Alex Vizorek a relevé son défi. / Crédit : Georges Biard.

L’humoriste Alex Vizorek aura réussi son pari en faisant rire la salle tout au long de la soirée, allégeant le ton d’une cérémonie qui a parfois connu des longueurs, mais non sans ironiser. « C’est toujours agréable de voir réunis tous ces gens de gauche dans une soirée de droite », a-t-il déclaré d’entrée de jeu. Un ton volontiers provocateur qu’a également adopté l’humoriste Fary, venu remettre à La Dégustation le Molière de la meilleure comédie en déclarant « Salut les blancs ! ».

Un manque de diversité souligné parmi les nommés et les spectateurs, à laquelle s’ajoute des difficultés à attirer un public large. La cérémonie a atteint la plus faible audience de son histoire hier soir, avec un peu moins de 600 000 téléspectateurs, contre plus d’un million l’an passé. La diffusion de la cérémonie en deuxième partie de soirée a sûrement joué dans ces résultats timides.

L’ENSEMBLE DU PALMARÈS
  • Molière du Théâtre privé

Les Crapauds fous, de Mélodie Mourey, mise en scène Mélodie Mourey, Théâtre des Béliers Parisiens et Le Splendid.

La Machine de Turing, de Benoit Solès, mise en scène Tristan Petitgirard, Théâtre Michel.

La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, mise en scène Charlotte Rondelez, Théâtre de Poche Montparnasse.

Mademoiselle Molière, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis, Théâtre Lucernaire et Théâtre Rive Gauche.

  • Molière du Théâtre public

Le Banquet, de Mathilda May, mise en scène Mathilda May, Arts Live Entertainment.

Les Idoles, de Christophe Honoré, mise en scène Christophe Honoré, Comité dans Paris et Théâtre de Vidy, Lausanne.

Kean, d’Alexandre Dumas, adaptation Jean-Paul Sartre, mise en scène Alain Sachs, BA Productions.

La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez, de William Shakespeare, adaptation Thomas Ostermeier, mise en scène Thomas Ostermeier, Comédie-Française, Salle Richelieu.

  • Molière de la Comédie

Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon, Théâtre de la Michodière.

La Dégustation, d’Ivan Calbérac, mise en scène Ivan Calbérac, Théâtre de la Renaissance.

Fric-Frac, d’Édouard Bourdet, mise en scène Michel Fau, Théâtre de Paris.

Le Prénom, de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, mise en scène Bernard Murat, Théâtre Edouard VII.

  • Molière de la Création visuelle

Chapitre XIII, de Sébastien Azzopardi et Sacha Danino, mise en scène Sébastien Azzopardi, Théâtre Tristan Bernard. Décors: Juliette Azzopardi – Scénographie: Père Alexandre et Pauline Gallot – Costumes: Pauline Yaoua Zurini – Lumière: Philippe Lacombe.

Fric-Frac, d’Édouard Bourdet, mise en scène Michel Fau, Théâtre de Paris. Décors: Bernard Fau et Citronelle Dufay – Costumes: David Belugou – Lumière: Joël Fabing.

Kanata – Épisode I – La Controverse, mise en scène Robert Lepage, Théâtre du Soleil. Scénographie: Ariane Sauvé, Benjamin Bottinelli, David Buizard, Martin Claude, Pascal Gallepe, Kaveh Kishipour, Etienne Lemasson – Costumes: Marie-Hélène Bouvet, Nathalie Thomas, Annie Tran – Lumière: Lucie Bazzo, Geoffroy Adragna, Lila Meynard – Vidéo: Pedro Pires, Etienne Frayssinet, Antoine J. Chami, Vincent Sanjivy, Thomas Lampis.

Thyeste, de Sénèque, mise en scène Thomas Jolly, La Piccola Familia. Scénographie: Thomas Jolly, Christèle Lefèbvre – Costumes: Sylvette Dequest – Lumière: Antoine Travert – Vidéo: Fanny Gauthier.

  • Molière du Spectacle musical

Chance!, d’Hervé Devolder, mise en scène Hervé Devolder, Théâtre La Bruyère.

Chicago, de Fred Ebb et John Kander, adaptation David Thompson et Nicolas Engel, mise en scène Walter Bobbie, Tania Nardini et Véronique Bandelier, Théâtre Mogador.

Opéraporno, de Pierre Guillois, mise en scène Pierre Guillois, Compagnie Le fils du grand réseau.

Yolande Moreau, Christian Olivier, Prévert, de Yolande Moreau et Christian Olivier, mise en scène Yolande Moreau et Christian Olivier, Astérios Spectacles.

  • Molière de l’Humour

– Michèle Bernier, dans Vive demain!, de Marie Pascale Osterrieth et Michèle Bernier, mise en scène Marie Pascale Osterrieth.

– Florence Foresti, dans Épilogue, de Florence Foresti, Xavier Maingon et Pascal Series, mise en scène Florence Foresti.

– Blanche Gardin, dans Bonne nuit blanche, de Blanche Gardin, mise en scène Maïa Sandoz.

– Caroline Vigneaux, dans Caroline Vigneaux, mise en scène Caroline Vigneaux.

» Réservez vos places pour Caroline Vigneaux sur Ticketac

  • Molière du Jeune public

Les Aventures de Tom Sawyer, de Ludovic-Alexandre Vidal et Julien Salvia, mise en scène David Rozen, Théâtre Mogador.

Jules Verne, la comédie musicale, de Nicolas Nebot et Dominique Mattei, mise en scène Nicolas Nebot, Théâtre Edouard VII.

M comme Méliès, d’Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, mise en scène Élise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo, Comédie de Caen / CDN de Normandie.

Verte, de Marie Desplechin, adaptation Léna Bréban et Alexandre Zambeaux, mise en scène Léna Bréban, Espace des Arts – Scène Nationale Chalon-sur-Saône.

  • Molière du Seul/e en scène

Le Fils, avec Emmanuelle Hiron, de Marine Bachelot Nguyen, mise en scène David Gauchard, Cie L’unijambiste.

Girls and Boys, avec Constance Dollé, de Denis Kelly, mise en scène Mélanie Leray, Théâtre du Petit Saint-Martin.

Ich Bin Charlotte, avec Thierry Lopez, de Doug Wright, adaptation Marianne Groves, mise en scène Steve Suissa, Théâtre de Poche-Montparnasse.

Un Cœur simple, avec Isabelle Andréani, de Gustave Flaubert, adaptation Isabelle Andréani, mise en scène Xavier Lemaire, Théâtre de Poche-Montparnasse.

  • Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre privé

– Nicolas Briançon, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

– Bernard Campan, dans La Dégustation, d’Ivan Calbérac, mise en scène Ivan Calbérac.

– Benoît Solès, dans La Machine de Turing, de Benoit Solès, mise en scène Tristan Petitgirard.

– Lambert Wilson, dans Le Misanthrope, de Molière, mise en scène Peter Stein.

  • Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre public

– Mathieu Amalric, dans La Collection, de Harold Pinter, mise en scène Ludovic Lagarde.

– Grégori Baquet, dans Hamlet, de William Shakespeare, adaptation Xavier Lemaire et Camilla Barnes, mise en scène Xavier Lemaire.

– François Morel, dans J’ai des doutes, de Raymond Devos et François Morel, mise en scène François Morel.

– Denis Podalydès, dans La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez, de William Shakespeare, adaptation Thomas Ostermeier, mise en scène Thomas Ostermeier.

  • Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé

– Anne Bouvier, dans Mademoiselle Molière, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis.

– Isabelle Carré, dans La Dégustation, d’Ivan Calbérac, mise en scène Ivan Calbérac.

– Anne Charrier, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

– Cristiana Reali, dans La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, mise en scène Charlotte Rondelez.

  • Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre public

– Francine Bergé, dans L’Échange, de Paul Claudel, mise en scène Christian Schiaretti.

– Rachida Brakni, dans J’ai pris mon père sur mes épaules, de Fabrice Melquiot, mise en scène Arnaud Meunier.

– Marina Foïs, dans Les Idoles, de Christophe Honoré, mise en scène Christophe Honoré.

– Florence Viala, dans LaLocandiera, de Carlo Goldoni, mise en scène Alain Françon.

  • Molière du Comédien dans un second rôle

– Pierre Benoist, dans Kean, d’Alexandre Dumas, adaptation Jean-Paul Sartre, mise en scène Alain Sachs.

– Sébastien Castro, dans Le Prénom, de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, mise en scène Bernard Murat.

– Olivier Claverie, dans La Dégustation, d’Ivan Calbérac, mise en scène Ivan Calbérac.

– Jacques Fontanel, dans Kean, d’Alexandre Dumas, adaptation Jean-Paul Sartre, mise en scène Alain Sachs.

– Christophe Montenez, dans La Nuit des rois ou Tout ce que vous voulez, de William Shakespeare, adaptation Thomas Ostermeier, mise en scène Thomas Ostermeier.

– François Vicentelli, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

  • Molière de la Comédienne dans un second rôle

– Sophie Artur, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

– Sophie Bouilloux, dans Kean, d’Alexandre Dumas, adaptation Jean-Paul Sartre, mise en scène Alain Sachs.

– Brigitte Catillon, dans Le Misanthrope, de Molière, mise en scène Peter Stein.

– Ophélia Kolb, dans La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, mise en scène Charlotte Rondelez.

– Annie Mercier, dans Thyeste, de Sénèque, mise en scène Thomas Jolly.

– Sol Espeche, dans La Dama Boba – ou celle qu’on trouvait idiote, de Felix Lope de Vega, adaptation Benjamin Penamaria et Justine Heynemann, mise en scène Justine Heynemann.

  • Molière de la Révélation masculine

– Harrison Arevalo, dans Les Idoles, de Christophe Honoré, mise en scène Christophe Honoré.

– Aurélien Chaussade, dans Qui a peur de Virginia Woolf, d’Edward Albee, mise en scène Panchika Velez.

– Valentin de Carbonnières, dans 7 morts sur ordonnance, d’après Jacques Rouffio et Georges Conchon, adaptation Anne Bourgeois et Francis Lombrail, mise en scène Anne Bourgeois.

– Rudy Milstein, dans J’aime Valentine mais bon…, de Rudy Milstein, mise en scène Mikaël Chirinian.

  • Molière de la Révélation féminine

– Emeline Bayart, dans Fric-Frac, d’Édouard Bourdet, mise en scène Michel Fau.

– Alice Dufour, dans Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Nicolas Briançon.

– Ariane Mourier, dans Le Banquet, de  Mathilda May, mise en scène Mathilda May.

– Justine Thibaudat, dans Kean, d’Alexandre Dumas, adaptation Jean-Paul Sartre, mise en scène Alain Sachs.

  • Molière de l’Auteur francophone vivant

– Pauline Bureau, pour Mon cœur.

– Virginie Despentes, pour King Kong théorie.

– Christophe Honoré, pour Les Idoles.

– Fabrice Melquiot, pour J’ai pris mon père sur mes épaules.

– Mélodie Mourey, pour Les Crapauds fous.

– Benoît Solès, pour La Machine de Turing.

  • Molière du Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre privé

– Nicolas Briançon, pour Le Canard à l’orange, de William Douglas Home, adaptation Marc-Gilbert Sauvajon.

– Mélodie Mourey, pour Les Crapauds fous, de Mélodie Mourey.

– Tristan Petitgirard, pour La Machine de Turing, de Benoit Solès.

– Charlotte Rondelez, pour La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams.

  • Molière du Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre public

– Pauline Bureau, pour Mon cœur, de Pauline Bureau.

– Robert Lepage, pour Kanata – Épisode I – La Controverse.

– Mathilda May, pour Le Banquet, de Mathilda May.

– Thomas Ostermeier, pour La Nuit des Rois ou Tout ce que vous voulez, de William Shakespeare.

 

Maëlane Loaëc

 

Stand-up féminin : les humoristes ont parfois du mal à être prises au sérieux

La cérémonie des Molières, qui se déroulera ce soir, présentera cette année un palmarès très féminin. Mais derrière les têtes d’affiche, les stand-uppeuses sont toujours moins nombreuses que les hommes sur la scène de l’humour. Portrait d’un métier qui évolue progressivement.
L’humour reste majoritairement un secteur masculin, même si la situation évolue. / Crédit : Pxhere

Pour la première fois dans sa courte histoire, le Molière de l’Humour ne pourra être décerné qu’à une femme. Un quatuor exclusivement féminin a été nommé : Michèle Bernier, Caroline Vigneaux, Florence Foresti et Blanche Gardin, la première femme à recevoir ce prix l’an passé. Dans la catégorie « seul/e en scène », les femmes sont aussi en tête de peloton, avec un seul homme nominé. Mais pour les jeunes stand-uppeuses qui se lancent, les perspectives s’ouvrent mais trouver sa place reste difficile dans ce milieu dominé par les hommes.

Brigade en sous-effectif

« Le nombre de filles augmente, mais comme le secteur est en expansion de manière générale, l’écart avec le nombre de garçons ne diminue pas« , explique Soun Dembélé. L’humoriste est organisateur à L’Underground Comedy Club, une scène ouverte créée à Paris il y a sept ans. Là-bas, près de 70% des artistes qui viennent tenter leur chance sont des hommes. L’humour attire donc de plus en plus de femmes, mais tout autant d’hommes. Par ailleurs, les filles oseraient moins monter sur scène que les garçons.

« L’humour est très misogyne » – Yoann Chabaud, responsable pédagogique à l’École du One Man Show

Un constat fait par Yoann Chabaud, responsable pédagogique à l’École du One Man Show, établissement qui forme depuis 1994 les espoirs de l’humour français. Il note que la parité dans les promotions est souvent atteinte, et même que les filles sont majoritaires certaines années, alors qu’elles sont minoritaires sur les scènes ouvertes. L’école ne fait pas de distinction entre ses élèves et encourage les filles à choisir librement leurs textes.  « L’humour est très misogyne, alors les femmes qui se lancent dans le stand-up ont les dents longues, explique-t-il. Elles sont souvent plus investies et sérieuses que les garçons. »

Un écart noté par Aude Alisque, qui s’est lancée sur les scènes parisiennes il y a trois ans. Pour cette jeune femme de 33 ans, le nombre de candidates au passage sur scène reste réduit : « On s’en rend bien compte, commente-t-elle, les plateaux tournent toujours avec les mêmes humoristes femmes. » Toutefois, les scènes ouvertes favorisent de plus en plus les intervenantes féminines.

Des plateaux réservés aux humoristes femmes

 « Depuis un an, je sens que les organisateurs ne se limitent plus à un token girl, une fille invitée seulement pour remplir les quotas sans égard pour son talent, explique Aude Alisque. J’ai le sentiment qu’ils sont au contraire bienveillants, notamment parce que les femmes accèdent à l’organisation. » Des femmes qui mettent parfois sur pied des scènes exclusivement féminines.

« J’ai le sentiment d’être à ma place et d’être prise au sérieux » – Nash Up, humoriste

Nash Up, 28 ans, fréquente entre autres des plateaux « Plus drôles les filles », exclusivement féminins et organisés chaque jeudi soir par le Paname Art Café depuis quelques années. « J’ai le sentiment d’être à ma place et d’être prise au sérieux, explique-t-elle. Je n’ai pas l’impression d’avoir une pression supplémentaire. Et, contrairement à ce qu’on pense, le public est de plus en plus mixte ! » La jeune humoriste ne se sent pas à l’écart dans ce milieu, et regrette seulement que les femmes y soient peu représentées.

Soun Dembelé est quant à lui sceptique face à ce genre d’initiative : « ça peut aider les femmes à se lancer, mais il ne faut pas qu’elles s’enferment là-dedans. Elles doivent se confronter à un plateau mixte, à la fois face à leur collègues que face à un public masculin : c’est là qu’elles progresseront le plus. »

« C’est une question que je me pose tout le temps : on m’a souvent dit que ce serait plus facile de réussir pour moi, en tant que fille, car la demande était plus grande, et en même temps j’ai le sentiment que ce n’est pas si facile que ça et d’être freinée », détaille Aude Alisque. La discrimination positive a ses inconvénients : mettre sous les projecteurs des candidates qui ne sont pas encore prêtes. « Si la fille n’est pas assez douée, explique-t-elle, ça entretient le cliché selon lequel les femmes sont moins douées que les hommes, un préjugé qui nous plombe ». Des idées reçues qui restent enracinées, même si les mœurs évoluent.

Un milieu parfois sexiste mais qui évolue

Aude constate que des « boys clubs » d’humoristes demeurent et monopolisent le marché de l’humour. La jeune femme a déjà fait face à quelques comportements sexistes de la part de collègues. « Lors de ma première scène, un humoriste est venu saluer tous les mecs qui allaient passer et pas moi ! J’ai eu l’impression d’être seulement une copine. Dans ce métier, si on est un peu réservée et qu’on n’a pas une grande gueule, j’ai le sentiment qu’on est un peu mise de côté. »

« On m’a déjà dit, à propos de mes textes : « une femme ne devrait pas dire ça ». » – Florence Cortot, humoriste

Pour autant, une personnalité désinhibée n’est pas non plus bien perçue par certains spectateurs et professionnels. Florence Cortot, 39 ans, s’est lancée dans le stand-up en 2014. Le spectacle de cette ancienne anesthésiste joue sur un répertoire osé et trash – ce qui lui a régulièrement valu des réprobations. « Il reste toujours un tabou aujourd’hui, explique-t-elle. On m’a déjà dit, à propos de mes textes : « une femme ne devrait pas dire ça ». » Des réflexions reçues de son entourage mais aussi de certaines personnes de son public, assénées à la fin des spectacles. La stand-uppeuse se réjouit que certaines humoristes comme Blanche Gardin, ou Elisabeth Buffet avant elle, osent un texte cru et parfois vulgaire. « Elles nous facilitent le travail », commente l’artiste.

Mais le chemin est encore long. « On m’a également reproché de ne pas assez bien m’occuper de mes trois enfants à cause des contraintes de mon métier », ajoute-t-elle. Yoann Chabaud constate également que le sexisme est récurrent, surtout sur les scènes ouvertes où les organisateurs sont majoritairement des hommes. « Aujourd’hui certains se posent encore la question : « est-ce qu’une fille jolie est légitime à être drôle ? » »

Heureusement, cette mentalité tend à décliner selon Nash Up. Si la jeune femme considère qu’elle est toujours plus jugée sur son physique par rapport à un homme et que certains spectateurs se crispent lorsqu’elle utilise des grossièretés, elle reste optimiste quant à l’avenir des humoristes femmes. Elle ne se compare jamais à ses collègues masculins. Un optimisme encouragé par la programmation des Molières cette année : « c’est génial que les femmes soient si nombreuses et aussi reconnues. »

Maëlane Loaëc

Les Molières peinent à dépoussiérer la statuette

Fabrice Lucchini et Michel Bouquet 28e cérémonie des Molières 2016
Capture d’écran Téléparis Youtube
Que celui qui a prévu de regarder les Molières avec un bon saladier de popcorn nous jette la première pierre. Depuis une dizaine d’années, la cérémonie tente de « césariser » son image : soirée en grande pompe, présentateur humoriste, sketchs… Pourtant, l’émission diffusée lundi 13 mai à 22h45 peine encore à trouver son public. Alors, les Molières : futurs César du théâtre ou temple de l’entre-soi ?

La cérémonie, créée en 1987, se débat avec son image vieillotte et élitiste. Dix-neuf fois présentée par Michel Drucker, puis par d’autres présentateurs télé – Laurent Ruquier, William Leymergie, Karine Lemarchand-, il y avait du pain sur la planche. Depuis 2010, l’Association des Molières se tourne vers des humoristes, Laurent Lafitte, Nicolas Bedos, Alex Lutz, pour égayer la soirée de 2h15… Avec quinze ans de retard sur les Césars. Cette année, c’est le belge Alex Vizorek qui s’y colle. « La trame, c’est vraiment le rire. Si on est venu me chercher, c’est pour faire marrer« , confie-t-il sur Europe 1. Il promet que la cérémonie sera rythmée par des numéros et des sketchs. « Tout le monde est persuadé que c’est une émission casse-gueule, moi je ne pense pas. La certitude des gens c’est que la soirée va être chiante… Donc au pire, la soirée va être chiante ! Je n’ai rien à perdre. » Au moins, ça c’est dit.

Malgré ce bon coup de chiffon, France 2 n’est pas franchement rassuré. Diffusée en primetime au début des années 2000,  l’émission passe désormais à 22h45. Elle rassemble en moyenne 11% d’audience, soit un million de téléspectateurs. Deux fois moins que les Césars.

Pour la 31e édition, le nombre de femmes nominées est inédit. Les catégories metteur en scène et auteur sont paritaires. Pour la première fois, elles occupent toutes les places de la catégorie « Humour » et trois places sur quatre en « Seul sur scène ».  Un rapport sur l’inégalité hommes-femmes publié en mars, notait que depuis 1987, seuls 11% des metteurs en scène et 14% des auteurs primés étaient des femmes.

Une cérémonie vieillotte

Si l’émission semble évoluer avec son temps, elle peine à trouver son public. Le théâtre n’est pas en tête des loisirs préférés des français, on vous l’accorde. Mais même, auprès des professionnels et des amateurs, les Molières sont loin de faire carton plein. Pour les jeunes amateurs de théâtre, cérémonie rime avec vieilli.  « J’ai regardé l’année dernière mais je crois que je ne vais pas recommencer cette année. C’est long et pas très drôle », raconte Chloé Aubert , étudiante au conservatoire du VIe arrondissement de Paris.

Au-delà de la forme de la Cérémonie, les étudiants pointent un décalage entre entre leurs goûts et les nominés. A leurs yeux, les Molières privilégient le théâtre privé sur le théâtre public subventionné – moins cher et plus accessible. « J’ai sans doute une vision cliché du théâtre privé mais dans mon esprit ça se rapproche plus du théâtre de boulevard. Moi, je fréquente quasi exclusivement des théâtres publics« , confie Oscar Lesage, étudiant de l’Ecole du Nord, ancien des Cours Florent.

Les modalités de vote privilégient les grosses productions à succès et laissent peu de place aux jeunes créateurs. Les votants sont des professionnels : comédiens, auteurs, metteurs en scène, directeurs de théâtre… Au premier tour, ils choisissent parmi une liste de pièces répondant à des critères précis : 60 représentations dans l’année pour une pièce privée, 40 pour une pièce publique et 12 000 entrées payantes pour un spectacle humoristique. Les votants ont plus de chance de voir des pièces jouées dans des grandes salles que des petites salles. Par conséquent, les pièces parisiennes sont bien plus visibles lors de la cérémonie. Les salles sont plus grandes, plus nombreuses et les spectacles y sont programmés plus longtemps.

Peu de place pour les jeunes auteurs

Clémentine Lorieux constate le peu de place laissé aux jeunes auteurs. « Il y n’y a pas de place pour moi, en tant qu’écrivaine contemporaine. La seule chance que j’aurais pour être nominée c’est si je montais une pièce d’auteur classique, comme Molière. »

La cérémonie peine à se débarrasser de son image élitiste. « Pour moi, c’est le symbole d’un théâtre sclérosé et rétrograde. On est dans un pays où on essaye de faire du théâtre décentralisé et subventionné. On avance beaucoup. C’est innovant. Ce qu’on montre à la télé, c’est une image du théâtre qui est fausse « , explique Emma Prat, comédienne et ancienne chargée de relations publiques au théâtre La Comédie de Saint-Etienne.   » Je ne conseillerai jamais à quelqu’un qui n’aime pas le théâtre de regarder les Molières.  »

Nicolas Saint-Georges, comédien, est membre de l’organisation. Il ne dément pas une forme d’entre soi. «  C’est la profession qui vote. Certaines pièces sont méritantes mais il y a beaucoup de lobbying et de copinage. Au premier tour, on doit mettre cinq noms par catégorie. On manque de temps alors on choisit parfois par affinités ou par bouche-à-oreille« , confie-t-il. Plus de soixante pièces sont respectivement nommées chaque année dans les catégories de pièce privée et publique.

L’émission est peu regardée par les professionnels mais les résultats sont consultés. Être lauréat signifie souvent une tournée à venir ou du moins un succès important et la porte ouverte sur des nouveaux projets. L’intérêt du grand public reste tout de même marginal.

 

Antonella Francini

 

« Ô vieillesse ennemie ! »

Quand les artistes prennent de l’âge

Beaucoup d’artistes la redoutent. La vieillesse peut fortement déterminer la carrière d’un danseur de haut niveau ou d’un chanteur lyrique. D’autres métiers, chanteur de variété ou acteur, sont moins exigeants physiquement, mais ne sont pas exempts de discriminations liées à l’âge.
Maggie Boogaart, 48 ans, est une ancienne danseuse soliste devenue enseignante et chorégraphe
Maggie Boogaart, 48 ans, est une ancienne danseuse soliste devenue enseignante et chorégraphe. ©Fanny Guyomard

Charles Aznavour, Anny Cordy, Hugues Aufray, Line Renaud… Ils ont passé 80 ans, et sont encore sous les projecteurs. Mais quand les uns mènent une carrière plus longue qu’aucune autre profession, d’autres, passés un certain âge, sont exclus de ce monde où prime l’apparence. Alors quel rapport les artistes entretiennent-ils avec la vieillesse ?

« Moi j’appréhende un peu. » A 18 ans, Aline, apprentie danseuse, redoute déjà les effets de la vieillesse. Pas surprenant, pour ces professionnels qui dansent depuis l’âge de 4 ans, et dont l’usure physique se fait ressentir très tôt. Rose, 17 ans, revient d’une opération au pied. « Une fracture de fatigue », précise l’étudiante à la Paris Marais Dance School. Si vieillir apporte de la maîtrise, Carmen, 16 ans, nuance : « Avec la maturité, on pourra apporter quelque chose de nouveau à certains mouvements, mais on ne sera plus capable physiquement de les faire. »

Les danseurs se blessent dès le plus jeune âge
Les danseurs se blessent dès le plus jeune âge. ©Fanny Guyomard

L’Insee établit la vieillesse à partir de 65 ans. Mais le danseur, quand le considère-t-on comme vieux ? La question fait sourire. 35, 40, 50, les âges donnés varient. « Cela dépend beaucoup de la personnalité de chacun », souligne Rose. Mais pour Carmen, “vieillir” est un terme impropre : « Chez un danseur, on se transforme, c’est tout. Maggie par exemple, c’est une boule d’énergie. »

Maggie Boogaart, 48 ans, presse ses élèves. « Pas de temps à perdre ! » En action, ils effectuent des mouvements alternant contractions et relâchement de la tension. La respiration est placée au cœur de la danse, car elle libère les émotions et l’angoisse.

Dans ce milieu, Maggie Boogaart peut être considérée comme  “âgée”. Mais son corps, tout en muscle, est capable des plus beaux mouvements : vifs, efficaces, puissants. Alors pourquoi cette professeure à la Paris Marais Dance School a-t-elle arrêté sa carrière de soliste ? Par envie de se plonger dans la pédagogie, mais aussi par lassitude : « J’étais tellement fatiguée de danser à plein temps, je n’avais plus envie d’aller à fond », explique-t-elle. Et puis maintenant je connais mes limites, et c’est très agréable. » De 21 à 45 ans, Maggie Boogaart a parcouru les scènes du monde entier. Un « marathon », selon ses mots, où elle enchaînait 60 spectacles par an et des performances d’1h30 sur scène.

Maggie Boogaart donne des cours de danse à la Paris Marais Dance School
Maggie Boogaart donne des cours de danse à la Paris Marais Dance School. ©Fanny Guyomard

Mais pas de retraite subie pour cette Hollandaise, qui a toujours suivi ses propres règles. « Oui, c’est rare », confirme-t-elle. Les pressions sur les danseurs dépendent des compagnies, du mental du concerné, mais aussi des cultures de chaque pays. « En Europe, quand tu fais une erreur, on te met définitivement de côté, alors qu’aux Etats-Unis, on te laisse ta chance. Là-bas, on te juge uniquement par ton travail : si tu travailles, on te considère. Alors j’ai eu la chance, en travaillant, de me créer la liberté de choisir ma carrière. »

L’Américaine Martha Graham, fondatrice d’une méthode de danse contemporaine, n’a-t-elle pas dansé jusqu’à 76 ans ? Et au moment de sa mort, à 97 ans, elle créait encore une chorégraphie. Son obsession : ne jamais se laisser gagner par la vieillesse.

A lire : Martha Graham et le tabou de la vieillesse

Maggie Boogaart, qui se revendique de cette école, monte encore 5 à 6 fois sur scène chaque année. Si elle ne danse plus que 30 minutes, elle n’a pas perdu de ses muscles. « Quand on voit mon visage, on voit que je n’ai pas 18 ans. Mais quand on voit seulement mon corps, je peux avoir la même énergie qu’à 25 ans ! »

La fatigue n’est donc pas une fatalité. « L’énergie engendre de l’énergie. » C’est par cette formule que Ghislain de Compreignac, enseignant à la Paris Marais Dance School, aime interpeller ses élèves exténués. Ils prennent également conscience de la nécessité de prendre soin de leur corps, comme en se privant d’un verre de vin le soir. L’effet se fait sentir sur la répétition du lendemain…

« De nos jours, les danseurs sont en forme plus longtemps. Parce qu’il y a 30 ou 40 ans, les notions de nutrition étaient secondaires », apprend l’ex-danseur de ballet de 61 ans. Soliste, Maggie Boogaart ne mangeait ni pain, ni café, et devait dormir 10 heures chaque nuit. Aujourd’hui, ce régime strict s’applique deux mois avant de monter sur scène. Elle évoque aussi l’interdiction de prendre des médicaments antidouleur : ils insensibilisent le corps, qui dépasse alors dangereusement ses limites. Le meilleur remède ? « Le rire, qui libère de l’endorphine. »

 

« De nos jours, les danseurs sont en forme plus longtemps . »

 

Mais la douleur physique ne la quitte jamais. « J’ai tout le temps mal ! Mais je n’en parle pas », rit-elle. Maggie Boogaart cherche à préserver son corps, mais elle le met aussi à rude épreuve. « Si je n’avais pas mal, je ne serais pas satisfaite. Je cherche à pousser mes limites, à l’infini. C’est usant, mais aussi structurant. Je ne vis pas pour épargner mon corps et vivre deux ans plus longtemps. »

Ce mode de vie favoriserait même sa longévité. « Si je me limitais, je pense que je serais morte avant, par dépression ! C’est excitant de bouger, de sentir ses muscles ! »

Blessée à chaque jambe, Maggie Boogaart ne cesse pourtant de progresser. Elle raconte mieux maîtriser son corps et sa conscience de l’espace. Quant à la trace du temps sur son corps, c’est une réjouissance. « Le corps accumule les années, et c’est une impression extraordinaire : il devient comme une bibliothèque. Tu as tellement de choses en toi, c’est une richesse ! ».

Le pianiste Glenn Gould disait : « la visée de l’art n’est pas la décharge momentanée d’un peu d’adrénaline mais la construction, sur la durée d’une vie, d’un état de quiétude et d’émerveillement. » Vieillir peut donc être l’accomplissement de l’artiste.

 

« Et vous jouez toujours ? » A presque 90 ans, Jean Piat narguait la vieillesse en jouant seul sur scène la comédie Vous avez quel âge ? En 2017, on pouvait encore le voir dans la pièce Love Letters. A 92 ans, Michel Bouquet n’a pas non plus décliné. En 2016, il était nommé pour un Molière, et en mai 2018, il apparaît dans le film Lucia’s Grace sélectionné au Festival de Cannes.

Même en étant retraités, beaucoup d’artistes continuent de monter sur les planches. C’est le constat de Vincent Cardon, maître de conférences à l’université Picardie Jules-Verne. Dans un article récent, il écrit qu’en 2009, 24,5 % des artistes retraités ont cumulé emploi et retraite. Car comédien, danseur ou musicien sont plus que des métiers : ce sont des vocations. Difficile d’y mettre un terme, d’autant plus qu’il y a du travail pour tous les âges de la vie. Du moins, au cinéma et au théâtre, comme l’affirme Renaud De Manoël, comédien de 64 ans : « Dans une carrière de comédien, il y a pléthore de rôles. Au début, tu joues les jeunes premiers, puis le grand frère, le père et le grand-père. » Au théâtre, il y a même une certaine flexibilité entre l’âge de l’acteur et celui de son personnage : il arrive qu’un homme de 40 ans joue les jeunes premiers, tandis qu’au cinéma, les gros plans l’interdisent.

Alors pour Renaud De Manoël, pas question de paraître plus jeune : les exercices pour préserver sa jeunesse sont réservés à d’autres professions. « Les chanteurs et surtout les danseurs doivent faire attention à ce qu’ils mangent, à ne pas grossir… Nous, les comédiens, on s’autorise tout : on peut fumer, boire, manger ce qu’on veut. Le meilleur exemple, c’est Depardieu. » Un physique atypique, une voix de fumeur ou un petit bedon peut même être une façon de se démarquer, et de décrocher des rôles…

 

Alors, pas peur de vieillir quand on est acteur ? Pas si vite : « Pour les hommes, non. Mais pour les femmes, à partir de 50 ans, il n’y a plus beaucoup de rôles dans les pièces contemporaines », alerte Renaud De Manoël. La raison ? Elle est inconsciente : « dans le collectif mental des gens, un homme qui a des rides, c’est porteur. Alors qu’une femme qui a des rides, elle fait de la chirurgie esthétique », analyse le retraité actif. Un collectif de professionnels du cinéma, actrices et acteurs de France associés (AAFA), a donc lancé il y a deux mois une pétition pour pointer du doigt les discriminations envers les actrices et comédiennes qui ont passé la cinquantaine. Elle a recueilli plus de 5700 signatures.

 

« Elles sont où ? » C’est par cette chanson en cours d’écriture que Michèle Brousse, actrice de 60 ans et signataire de la pétition, interpelle sur la disparition de ces artistes post-cinquantenaires. Selon Michèle Brousse, cette discrimination commence même dès 45 ans, « l’âge où on n’est potentiellement plus maternante». Les rôles se limitent souvent à ceux de grands-mères, tandis que ceux des hommes s’élargissent aux postes de pouvoir. Or, cela ne reflète pas une réalité professionnelle. « Les décideurs étaient jusqu’à présent des hommes. Mais ça change. Alors maintenant que les femmes accèdent aux postes de pouvoir, on ne comprend pas pourquoi ces fonctions-là, dans les fictions, ne sont attribuées qu’aux hommes. » En jeu : les représentations. « La fiction, ça véhicule des valeurs. Les gamins s’y projettent, alors qu’elle véhicule de fausses images. Les fictions ne tiennent pas en compte qu’à 50 ans, les femmes ont encore la patate ! », s’anime celle qui se voit continuer jusqu’à la fin de ses jours.

A lire : Une pétition contre l’âgisme et le sexisme au cinéma

Mais à quel âge un acteur doit-il prendre sa retraite ? Michèle Brousse rappelle le rôle des assurances. « A partir de 80 ans, les compagnies d’assurance se défient… » Mais les problèmes de mémoire ou les difficultés à se déplacer ne sont pas des raisons de départ. « Depardieu, il a une oreillette. Il y a aussi des prompteurs. Quand vous avez une notoriété, il y a toujours des solutions. » Pour les chanteurs de variété, la notoriété fait aussi la longévité. A 94 ans, Aznavour chante encore… Avec une qualité vocale qui n’a pas pris une ride ? « On chante moins bien, mais le public ne vient plus pour votre prestation, mais pour vous », estime Mathieu Sempéré, chanteur lyrique et de variété. La longévité de l’artiste s’explique aussi par le fait que le public vieillit en même temps que son idole. Mais ces vieux de la veille sont rares, surtout chez les chanteurs lyriques, véritables sportifs de haut niveau. Vers la cinquantaine, la voix atteint une forme d’usure, et d’abord chez les femmes, dont la ménopause agit sur le tissu corporel. Donc les rôles mûrs se font plus rares, surtout en comédie musicale, où il faut à la fois chanter et danser. Mais Mathieu Sempéré pointe également une précarité économique de ce secteur, ce qui dissuade les chanteurs les plus âgés à s’engager : « En France, le chanteur de comédie musicale est sous-payé. Se “prostituer” à 20 ans, ça va, mais à 60, non. » Dernier facteur : une tendance au « jeunisme ». « Il y a de moins en moins de productions, donc elles sont plus sélectives… et privilégient les jeunes », observe l’artiste de 39 ans.

A 39 ans, le chanteur lyrique Mathieu Sempéré ne considère pas la vieillesse comme un problème. ©Fanny Guyomard

Pourtant, le temps porte aussi ses fruits. A 49 ans, Patricia Samuel n’a rien perdu de sa voix, seulement en endurance. « Plus j’ai vieilli, plus j’ai gagné en technique et en connaissances musicales. », note celle qui a arrêté sa carrière de chanteuse lyrique il y a six ans pour se consacrer à l’enseignement. Le travail serait même gage de longévité : l’entraînement de la voix l’étire et l’assouplit, ce qui lui permet de tenir dans le temps. L’énergique soprano ajoute : « Nous les chanteurs, on est aussi en très très grande forme physique, parce qu’on respire beaucoup. Mais j’entends bien sûr des collègues à 50-60 ans dire qu’ils sont fatigués. Et il y a les maladies, les cancers… Quand j’ai joué dans La Vie parisienne d’Offenbach en 2002, on était quatre chanteuses. Depuis, deux ont eu un cancer, une seule s’en est sortie. »

L'ex chanteuse lyrique Patricia Samuel n'a pas perdu de sa voix
L’ex chanteuse lyrique Patricia Samuel n’a pas perdu de sa voix. ©Fanny Guyomard

Maladie, fatigue physique, fin de contrat, démotivation… Les raisons de départ sont multiples. Mais que deviennent les artistes ayant quitté la scène ? Les sociologues ont des difficultés à suivre des parcours très divers. Certains se donnent 10 ans pour percer sur scène, avant de rejoindre une autre profession après un échec. Le chercheur Vincent Cardon a par exemple observé que les artistes entrés sur le marché du travail en 1986 ne sont plus que 5,1% à poursuivre leur carrière 20 ans plus tard.

Alors que faire après ? Tout dépend du métier. A l’Opéra de Paris, les danseurs étoiles sont priés de prendre leur retraite à… 42 ans. Sauf que leur vie artistique ne s’arrête pas là : ils rejoignent d’autres productions, et notamment des compagnies réservées aux seniors. Le Collectif français des « Ouf » accueille par exemple des danseurs professionnels de plus de 70 ans. Certains artistes, surtout les femmes, se consacrent à leur vie de famille. D’autres, enfin, changent complètement de métier. Mais la plupart se dirigent vers l’enseignement de leur discipline. Une « reconversion naturelle », pour Ghislain de Compreignac, ex-danseur désormais professeur. « C’est un métier qu’on a mis en général 10 ans à apprendre, et qu’on applique pendant deux ou trois décennies. La danse, c’est votre vie », résume le sexagénaire. Chorégraphe, répétiteur, maître de ballet ou directeur de compagnie sont des postes attractifs pour ceux qui ne veulent pas quitter le milieu de l’art, et qui n’ont plus une forme physique impeccable.

D’autres, enfin, percent après 45 ans. François Berléand n’a-t-il pas attendu cet âge pour connaître la célébrité, avec le film Le Septième ciel de Benoît Jacquot ? La chanteuse écossaise Susan Boyle est sortie elle de l’anonymat grâce à une émission de télécrochet. Elle avait alors 47 ans.

 

Constance Cabouret et Fanny Guyomard