Au Mondial de la moto, on mise sur la sécurité 2.0

En France, le nombre de motards tués sur la route a augmenté en 2017. Reportage à Porte de Versailles où prévention et sécurité sont omniprésents.

Plusieurs startups française allie nouvelles technologies et prévention routière. Ici le feu connecté de Cosmo Connected. ©Hugues Garnier

Plusieurs startups française allie nouvelles technologies et prévention routière. Ici le feu stop pour casque de Cosmo Connected. ©Hugues Garnier

“On verra quand j’aurai 18 ans.” Pour le moment, Léo joue les curieux. Avec ses camarades de classe, ce lycéen passe la journée au Mondial de l’auto… et de la moto. C’est la première fois cette année que les deux salons se tiennent au même endroit au même moment. Même si la voiture vole la vedette au deux-roues, ce dernier a droit à son propre pavillon Porte de Versailles.

Là encore, les constructeurs se sont donné rendez-vous : Honda, Kamasaki, Yamaha… les motos japonaises sont de sortie. Tout comme les emblématiques marques américaines Triumph ou Harley Davidson. Les stands adoptent des couleurs vives et fluos, diffusent des playlists rock et country et proposent moult goodies et animations. Objectif : séduire la future clientèle. Mais les plus jeunes sont réticents à l’idée de conduire plus tard en deux-roues. “A la maison mes parents sont stricts : pas de motos pour mon frère et moi!”, explique Léo, non sans une certaine incompréhension.

669 motards tués en 2017

Trop risqué, trop vulnérable, trop dangereux. Ici au pavillon 3 les familles sont moins nombreuses, les visiteurs sont majoritairement des hommes, aussi bien âgés que jeunes. Si le marché de la moto se porte relativement bien en France, le nombre de morts sur deux-roues a augmenté de 9% l’année dernière. Avec 669 motards tués sur les routes l’année dernière, les motocyclistes ont représenté près de 20% des morts sur la route. Un chiffre énorme alors que les deux-roues ne constituent que 2% du trafic motorisé en France selon la Sécurité Routière. L’une des raisons : l’absence d’équipements.

Les stands de prévention et de sécurité se sont multipliés depuis quelques années. Equipements motos, gilets airbags… même les assurances ont leur propre emplacement. Parmi ces dernières le leader AMV qui propose à tous les visiteurs du salon de remporter des dorsales, unique protection contre les lésions de la colonne vertébrale en cas d’accident. Bien qu’indispensables, elles ne sont pas obligatoires contrairement au port des gants.

Feu stop connecté et écran GPS oculaire

Plusieurs startups françaises se sont penchés sur la sécurité des motards. R-Pur et son masque antipollution, le gant connecté de Liberty Racer… Des accessoires faciles à adopter et qui fonctionnent via une application sur son smartphone. C’est le cas notamment de Cosmo Connected. Cette jeune boîte française a lancé l’année dernière un feu de stop facile à attacher derrière son casque. “Dès que le motard ralentit ça s’allume. Comme c’est sur le casque c’est à hauteur des yeux des automobilistes qui sont derrière lui. C’est le comme le principe d’un troisième feu stop d’une voiture”, précise Alexandra Weil, responsable du stand. Outre sa fonction d’allumage, l’accessoire possède également une fonction de détecteur de chute et alerte des proches ou des secours en cas d’accident.

Pour l’avant du casque, il y a Eyelights. Un application qui récupère votre vitesse, la distance qui vous sépare de la prochaine intersection et prochainement les zones de dangers et de radars fixes. De nombreuses informations qui sont ensuite envoyées directement à votre lunette GPS. “Cela vous évite de regarder constamment votre guidon et votre compteur, vous avez les yeux sur la route”, explique la startup. Une sécurité additionnelle qui a tout de même un prix : 650 € pour ce GPS oculaire. 

H.G. 

Trottinettes : « Le trottoir tout entier leur appartient ! »

Les trottinettes sont de plus en plus nombreuses en ville, les accidents liés à leur usage aussi. Entre 2016 et 2017, la Sécurité routière a enregistré une hausse de 23% du nombre de blessés. Sont pointés du doigt, notamment, des incivilités et un manque de respect des consignes de sécurité de certains “trottinettistes”.

Les accidents de trottinettes et de rollers ont fait 284 blessés et 5 tués en 2017
Les accidents de trottinettes et de rollers ont fait 284 blessés et 5 tués en 2017. Crédit : RSCT

 

Cheveux dans le vent et sacoche sur le dos, ce jeudi 11 octobre, Jules trace sa route au volant de sa trottinette électrique. Quatre mois qu’il en est l’heureux propriétaire, et ce trentenaire est complètement conquis. Plus écologique que la voiture, plus pratique que le vélo et plus rapide que la marche à pied, Jules ne tarit pas d’éloges sur son « petit bijou ». Pour lui, c’est simple, sa “trot”, « c’est le nec plus ultra » pour ses petits trajets du quotidien.

Un mode de déplacement bien pratique qui ne serait pourtant pas sans danger : selon Le Parisien, le nombre d’accidents de trottinettes et de rollers (bien que la pratique du second soit en nette perte de vitesse) a fortement augmenté en 2017. Chiffres de la Sécurité routière à l’appui, le journal recense 284 blessés et 5 tués dans des accidents de trottinettes, contre 231 blessés et 6 tués un an plus tôt. Soit une augmentation de 23% de blessés.

Port du casque boudé

Si Jules «regrette» le nombre croissant d’accidents dénombrés, pour lui, le problème ne vient pas de la monture, mais de son cavalier. « Ce sont des petits bolides qui vont vite, donc ça peut vite mettre des étoiles dans les yeux des gens et faire oublier les règles les plus basiques de sécurité. A partir du moment où on fait attention aux piétons autour de nous, il n’y a pas de problème. » Et si Jules ne s’embarrasse pas du port d’un casque – recommandé, mais non obligatoire pour les adultes et les enfants de plus de 12 ans -, ce n’est pas par manque de prudence, mais plutôt, selon lui, parce que ce n’est “ pas vraiment utile” : « Je roule majoritairement sur la rue, du coup aucun risque de me faire accrocher par une voiture. Et puis, je ne vais pas très vite. Je dépasse rarement les 10 km/h. »

Ce dédain face au port des équipements de sécurité serait plutôt commun parmi les usagers de trottinette, modèle standard comme électrique. C’est en tous cas la conclusion à laquelle est arrivé cet employé du magasin de sport Décathlon de La Défense, à Paris : « On vend des casques et des protections pour trottinettes, mais ça ne part pas très bien. Les parents en achètent pour leurs enfants, mais pas pour eux. »

Oscar, 12 ans, en a un, lui, justement, de casque. C’était la condition sinequanone pour pouvoir utiliser sa trottinette électrique, reçue en cadeau d’anniversaire cet été. Et s’il préférerait ne pas avoir à le porter, il se plie aux ordres sans trop rechigner. Une parade victorieuse devant son école au volant de son mini-bolide vaut bien une coupe de cheveux un peu défaite. Il faut dire qu’au collège Danton, à Levallois-Perret, où étudie le jeune homme, la popularité des trottinettes n’est plus à faire. Des roses, des bleues, des noires et des personnalisées, la rue annexe à l’établissement est submergée par une armada de patinettes. Mais, comme le fait remarquer Oscar fièrement, ils ne sont qu’une poignée d’élèves à disposer du modèle électrique. Pas vraiment surprenant quand on sait qu’un enfant n’a légalement pas le droit de conduire une trottinette électrique avant ses 14 ans, mais Oscar l’affirme, ce n’est pas l’âge qui compte, c’est le « talent du rider (ndlr : du conducteur) ».

Ras-le-bol des piétons

Si Jules comme Oscar assurent redoubler de sécurité avec leur trottinettes dans l’espace public, plusieurs piétons, eux, ne cachent pas leur énervement. « Pour eux, le trottoir tout entier leur appartient ! » râle Manon. Poussette à bout de bras, cette mère d’un petit de huit mois explique craindre qu’une trottinette percute un jour le landau de son bébé. « Les trottinettes sont dangereuses, mais les électriques, c’est pire ! C’est rapide et silencieux, on ne les entend pas arriver. Mais une fois qu’ils vous tombent dessus, c’est le piéton qui risque le plus de dégâts. »

Un ras-le-bol partagé par Malik, qui redoute à chaque coin de rue de tomber nez contre guidon avec une trottinette électrique. « C’est arrivé à un ami. Le type sur la trottinette n’a pas fait attention en tournant » raconte-t-il, avant de trancher : « On devrait interdire leur usage en ville, tout simplement ».

Christiane, elle, n’est pas aussi catégorique. Si la retraitée reproche aux “trottinettistes” des comportements pouvant mettre en danger « les personnes âgées et les jeunes enfants », instaurer des règles claires quant aux « devoir de sécurité » des trottinettes lui semble être l’objectif le plus pressant. Avec en premier lieu l’interdiction de rouler sur les rues piétonnes, et, surtout, « l’obligation du port du casque » pour tous les usagers.

 

Capture d’écran 2018-10-11 à 17.25.06

 

 

Axelle Bouschon

Mort accidentelle d’une policière à Saint-Denis : son collègue présenté à un juge

L'auteur du coup de feu est présenté à un juge ce mercredi, à Bobigny. Crédit CC

L’auteur du coup de feu est présenté à un juge ce mercredi, à Bobigny. Crédit CC

Le 20 mars dernier, une policière de 25 ans avait été touchée par un tir accidentel à la tête au sein du commissariat de Saint-Denis. La jeune femme avait succombé à ses blessures après trois semaines de coma. L’auteur du coup de feu, un gardien de la paix de 33 ans, est présenté à un juge ce mercredi à Bobigny en vue d’une mise en examen. D’après Le Parisien, le parquet n’a pas demandé son placement en détention provisoire, mais un contrôle judiciaire assorti d’une interdiction d’exercer la profession de policier.

Victor-Isaac Anne

 

Formule 1 : le mécanicien renversé à Bahreïn opéré avec succès

Plus de peur que de mal dans le camp de Ferrari, après la grosse frayeur survenue dimanche lors du Grand-Prix de Bahreïn. Francesco Cigarini, le mécanicien de l’écurie italienne renversé accidentellement par Kimi Räikkönen, a été opéré de la jambe gauche avec succès.

L’image a glacé l’ensemble du paddock dimanche après-midi, lors du deuxième Grand-Prix de la saison de formule 1, qui se déroulait à Bahreïn.  En lice pour un premier podium en 2018, le pilote numéro deux de l’écurie Ferrari Kimi Räikkönen a écrasé accidentellement la jambe de l’un de ses mécaniciens au moment de son dernier arrêt au stand. Un scène effroyable qui a contraint l’ancien champion du monde à l’abandon avant que son mécanicien ne soit transporté d’urgence à l’hôpital.

Heureusement pour l’écurie italienne, Francesco Cigarini va bien. Sous le choc, il a été opéré de la jambe gauche avec succès, mais souffre tout de même d’une double fracture tibia péroné. Un diagnostic finalement rassurant au vue de la violence des images, et de la vitesse à laquelle Räikkönen a démarré à la sortie des stands. Le mécanicien italien a posté un message rassurant sur les réseaux sociaux lundi après-midi :

L’opération s’est bien déroulée. Je tiens à remercier toutes les personnes qui se sont inquiétées pour mon état de santé. Merci beaucoup ». a écrit Fransesco Cigarini sur Instagram.

Les commissaires de course devront encore déterminer les circonstances de cet accident, qui dédouanent évidemment le pilote de toute responsabilité. « J’ai fait mon job. Je dois partir quand le feu est vert et c’est ce que j’ai fait », a insisté Kimi Räikkönen. En attendant, l’écurie Ferrari a été sanctionnée d’une lourde amende (50.000 euros) pour ce manque de vigilance.

 

Emilien DIAZ