Patrimoine : la carte de la mission Bern

Depuis l’incendie de Notre-Dame de Paris,  la question du patrimoine en péril est remise au cœur des préoccupations. La mission Bern s’attelle depuis un an à tenter de sauver ce patrimoine, avec 18 lieux emblématiques désignés pour 2019.

 

Située dans le Vaucluse, l’abbaye Notre-Dame de Senanque est classée en « péril imminent ». /
Crédit : Pixabay.

En mars dernier, 18 sites emblématiques ont été retenus par l’édition 2019 de la mission Bern. Depuis l’année dernière, 3500 sites ont été signalés sur le territoire français, 287 projets ont été sélectionnées, mais seuls 120 sites ont déjà lancé des travaux.

Parmi les centaines de sites répertoriés, les édifices religieux  sont particulièrement importants pour la Fondation du patrimoine.

 L’incendie a malheureusement révélé la fragilité mais aussi les menaces qui pèsent sur notre patrimoine. » – Fondation du patrimoine

Après avoir récolté 244 millions d’euros de dons pour Notre-Dame, la Fondation du patrimoine a annoncé le lancement de sa nouvelle souscription « Plus jamais ça ! », qui visera à aider des sites en danger, parmi les 2800 projets déjà retenus.

Les 18 sites emblématiques choisis et une partie des édifices religieux sont à retrouver ci-dessous.

 

Pauline Weiss

La députée Josette Pons condamnée pour sous-déclaration de patrimoine

jojo-pons

Josette Pons a été condamnée à 45 000 euros d’amende par le Tribunal de grande instance de Paris, vendredi. La députée LR du Var comparaissait pour avoir sous-évalué ses biens dans une déclaration de patrimoine de février 2014. Ces omissions représentent un total évalué à 2,1 millions d’euros, dont 1,3 millions de biens immobiliers. La députée-maire de Brignolles (Var) a reconnu les faits et a plaidé coupable. C’est la plus lourde amende qu’elle risquait, mais elle encourait aussi une peine allant jusqu’à 3 ans de prison et une durée d’inéligibilité.

La députée avait envoyé en juin 2015 une nouvelle déclaration de patrimoine rectifiant ses précédentes omissions. La démarche de comparution après reconnaissance préalable de la culpabilité qu’elle avait choisie d’adopter a aussi joué en sa faveur.

Dans cette affaire, le Parquet de Paris avait été saisi en 2015 après une enquête menée par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Depuis sa création, la HATVP a transmis aux instances judiciaires des dossiers sur une quinzaine d’élus. Le seul dossier ayant donné lieu à une condamnation définitive était celui du sénateur LR Bruno Sido, condamné en avril dernier à six mois de prison et 60 000 euros d’amende pour omission dans sa déclaration de patrimoine et blanchiment de fraude fiscale (compte en Suisse non déclaré). Josette Pons avait peu de chances de voir un tel verdict tomber, les faits qui lui sont reprochés étant autrement moins graves.

A.D

Une lettre ouverte pour sauver le patrimoine français

A l’occasion du Salon international du patrimoine culturel, plusieurs institutions sont venues présenter cet après-midi leur « Lettre ouverte aux Français et à leurs élus », paru hier. Lors d’une conférence au Carrousel du Louvre, ils ont présenté vingt-deux propositions concrètes pour améliorer la protection du patrimoine français ainsi que sa sauvegarde et contourner les failles du système actuel.

 

C’est sous la forme d’un livret blanc à la couverture épurée que onze institutions de la société civile ont souhaité s’adresser aux Français et à leurs élus. Une vingtaine d’exemplaires sont parfaitement alignés dans la salle de conférence et les spectateurs ne tardent pas à s’en procurer un. Membres d’associations, professionnels du patrimoine ou bien simple amateurs concernés, ils sont venus nombreux afin de découvrir les vingt-deux propositions retenues pour la protection du patrimoine français. Une grande première, comme le souligne Philippe Toussaint, membre de l’association « Vieilles maisons françaises » : « Nous avons réfléchi pendant un an à des propositions utiles pour l’avenir du patrimoine. Et c’est la première fois que différentes institutions se rassemblent pour en faire part ».

 

Une délégation interministérielle pour encadrer cette sauvegarde

Au fil d’une centaine de pages, ces différentes idées reviennent sur quatre grands thèmes : la définition du patrimoine, sa gouvernance, sa transmission et les aspects économiques qui lui sont liés. La date de cette publication n’est pas anodine non plus : les institutions souhaitaient faire paraître leur livre blanc avant 2017 et ses élections, afin de créer le débat et d’attirer l’attention des politiques. Pour Philippe Toussaint une chose est sûre, « il n’y a pas d’action efficace dans le domaine du patrimoine s’il n’y a pas d’action globale ».  Pour se faire, cette lettre ouverte souligne l’importance de l’Etat dans sa mission de protection. Et pour aller plus loin, elle propose également la création d’une délégation interministérielle aux patrimoines et aux sites qui aurait un rôle auprès des politiques, ainsi qu’un certain pouvoir hiérarchique envers les administrations. L’objectif : mettre en valeur les enjeux sociaux, économiques, touristiques et historiques de la politique du patrimoine. Un délégué interministériel pourrait ainsi aider à la coordination des décisions prises pour les sites par exemple.

 

Le « petit patrimoine », ou les failles d’un inventaire exhaustif

Les différentes propositions s’enchaînent et sont décryptées, et plusieurs membres d’institutions prennent la parole. De l’éducation au développement des filières en apprentissage pour transmettre le patrimoine, en passant par la revalorisation des métiers d’art pour le faire perdurer : beaucoup de domaines permettent la sauvegarde du patrimoine français et doivent se développer. Mais cette protection a de nombreuses failles, notamment en ce qui concerne « le petit patrimoine », cette culture de proximité mal recensée qui passe notamment par le bâti rural. « La difficulté du patrimoine non protégé est qu’aujourd’hui personne ne peut le chiffrer », poursuit Philippe Toussaint. Depuis 2005, un processus de décentralisation a confié les services de l’inventaire aux régions, ce qui empêche un recensement exhaustif et identique sur l’ensemble du territoire. Beaucoup de « trésors français » sont ainsi oubliés et se dégradent au fil du temps : en trente ans, un tiers du « petit patrimoine » a disparu. Pour pallier ce problème, la lettre ouverte propose de reconnaître ce patrimoine non-protégé à travers un inventaire, en suivant le modèle allemand. Ce qui faciliterait l’encadrement des travaux et l’attribution des aides financières. Mais à l’échelle des villes, cette notion d’inventaire global dépendra également de l’intérêt des maires pour faire valoir leur patrimoine, comme l’ajoute Alain de la Bretesche, membre de la fédération « Patrimoine et environnement » : « La grande difficulté sera celle des maires de petites communes, il faudra qu’ils défendent leur territoire ».

En attendant 2017 et d’éventuelles nouvelles réformes pour la protection du patrimoine français, cette longue lettre ouverte souhaite prouver que la culture d’hier contribue au dynamisme d’aujourd’hui, en considérant le patrimoine non pas comme une charge, mais comme une richesse.

 

Marie-Hélène Gallay