Elections présidentielle en RDC : alternance historique, résultats contestés ( Farah)

Les résultats de  l’élection présidentielle congolaise du 30 décembre 2018 sont annoncées jeudi 10 janvier. L’opposant Félix Tshisekedi sort vainqueur.


Félix Tshisekedi lors d’un point de presse le 24/04/2017 à Kinshasa au siège de son parti UDPS. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a déclaré aux premières heures de jeudi 10 janvier, Felix Tshisekedi, 55 ans, vainqueur de la présidentielle. Digne héritier de son père Etienne Tshisekedi opposant aux régimes de Mobutu puis de Kabila, Il obtient 38,57% des voix, devant l’autre candidat de l’opposition divisée, Martin Fayulu (34,8%) selon des résultats provisoires.C’est la première fois depuis son indépendance en 1960 que le pays connaît une transition démocratique.

Liesse des partisans

Des partisans de Félix Tshisekedi ont exprimé leur joie dés l’annonce des résultats.

Vidéo Euronews

« Putsch électoral » pour Faylu, « résultats non-conformes » pour Le Drian

« C’est un véritable putsch électoral, c’est incompréhensible », a déclaré son adversaire Martin Fayulu, arrivé en deuxième position. Dans une interview à RFI, il assure que « ces résultats n’ont rien à voir avec la vérité des urnes ». 

Le ministre français des Affaires étrangères a estimé quant à lui, que les résultats de cette élection présidentielle n’étaient « pas conformes » aux attentes et que l’opposant Martin Fayulu en était « a priori » le vainqueur.

L’Église réagit
Le président de la Cenco, l’archevêque Marcel Utembi, et le secrétaire général de la Cenco, Donatien Nshole, le 30 décembre 2016 à Kinshasa en République démocratique du Congo. © AFP/JUNIOR D.KANNAH

Lors d’une conférence de presse jeudi, l’abbé Donatien Nshole, porte-parole des évêques de la conférence épiscopale nationale du Congo  la « Cenco », a estimé  que « les résultats tels que publiés par la CENI ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement »« Nous prenons acte de la publication des résultats  de l’élection présidentielle qui, pour la première fois dans l’histoire de notre pays, ouvre la voie à l’alternance au sommet de l’Etat », a néanmoins estimé la Cenco, qui affirme avoir déployé 40 000 observateurs mais n’a pas donné le nom du candidat qu’elle estime vainqueur.

Le recours était possible jusqu’à samedi 12 janvier en matinée. La Cour constitutionnelle publiera les résultats définitifs avant le 15 janvier, selon le calendrier électoral.

Pour en savoir plus sur le sujet

Présidentielle en RDC : Martin Fayulu dénonce

RDC: Joie et constations après les résultats de l’élection présidentielle

La France met en doute les résultats

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *