Pas de remaniement avant vendredi soir

Emmanuel Macron pendant le Conseil des ministres du 5 septembre 2018 à l'Elysée, à Paris. (Ludovic MARIN / AFP)

Emmanuel Macron pendant le Conseil des ministres du 5 septembre 2018 à l’Elysée, à Paris.
(Ludovic MARIN / AFP)

La composition du nouveau gouvernement se fait attendre depuis une semaine. Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, l’avait annoncé pour ce mardi. Elle n’aura finalement pas lieu avant le retour du président d’Erevan, vendredi, confirme-t-on à l’Elysée.

 

Il n’y aura pas de remaniement avant le retour d’Emmanuel Macron d’Arménie vendredi soir, a annoncé l’Elysée mercredi 10 octobre. Edouard Philippe va continuer à assurer l’intérim au ministère de l’Intérieur d’ici-là, une semaine après la démission de Gérard Collomb. Emmanuel Macron « souhaite prendre tout le temps nécessaire, dans le calme, le professionnalisme et le respect des personnes, à la composition d’une équipe cohérente et de qualité au service des Français », indique la présidence.

L’ensemble du monde politique s’attendait pourtant à ce que le président de la République et le Premier ministre Édouard Philippe annoncent leurs choix avant ce mercredi. Ce mardi, Nicole Belloubet, ministre de la Justice, avait annoncé sur RTL qu’elle attendait le remaniement « dans la journée ». Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait, la semaine passée, indiqué que le remplacement de Gérard Collomb serait une question de jours.

Une incertitude qui agace l’opposition 

Emmanuel Macron a qualifié cette séquence de « péripétie ».  Mais depuis la démission de Gérard Collomb, l’incertitude règne tant sur l’ampleur du remaniement que sur son impact sur la politique du quinquennat.

« Il faut croire » qu’Emmanuel Macron ne procèdera pas à un remaniement de vaste ampleur, a déclaré mercredi matin le président de l’Assemblée Richard Ferrand, proche du chef de l’État et qui plaidait jusqu’ici pour un vaste changement avec une déclaration de politique générale du Premier ministre devant l’Assemblée. Depuis, l’Elysée a confirmé à l’AFP que le remaniement concernerait plusieurs ministères, avec des entrants et des sortants.

Dans l’opposition, on en profite pour dénoncer les méthodes d’Emmanuel Macron. Le numéro 3 des Républicains, Guillaume Peltier, a regretté ce mercredi sur franceinfo un remaniement qui tourne à la « mascarade » et qui témoigne d’une « immense fébrilité au sommet de l’État ». « Au fond, ce feuilleton tente de nous détourner de l’essentiel, parce que chacun sait que les Français sont moins intéressés par le casting que par le scénario. Et ce scénario, c’est que ce remaniement, quelle que soit son ampleur, n’effacera en rien dix-huit mois de reniements et de manquements », a assuré Guillaume Peltier.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *