VIDEO. «On n’est pas couché»: Christine Angot en colère, Sandrine Rousseau en larmes, un «naufrage télévisuel» (Sophie)

MALAISE Un clash entre Sandrine Rousseau et Christine Angot, tronqué au montage, incompréhensible pour le téléspectateur… Anne Demoulin

Malaise sur le plateau d’On n’est pas couché. Sandrine Rousseau, ancienne secrétaire nationale adjointe d’Europe Écologie-Les Verts, était venue présenter sur le plateau de Laurent Ruquier son nouveau livre. dans cet ouvrage intitulé Parler, elle raconte avoir été la victime de Denis Baupin, qui l’aurait agressé sexuellement et invite les femmes victimes de violences sexuelles à briser « la loi du silence ». Un passage particulièrement attendu puisque L’Express avait dévoilé que Christine Angot avait quitté le plateau lors de l’enregistrement de l’émission en jetant ses fiches et son verre d’eau, bruyamment huée et que la production avait informé 20 Minutes que le départ de Christine Angot du plateau ne serait pas diffusé pour « faire preuve d’élégance ». Au final ? La séquence tronquée, diffusée ce samedi sur France 2, était juste gênante. Explications.

« Moi je retourne dans ma loge », l’incompréhensible colère de Christine Angot

Pour les deux femmes mises face à face sur le plateau, la question des violences sexuelles est très sensible. Christine Angot a été violée par son père durant son enfance. Un traumatisme qu’elle a raconté dans le livre L’Inceste. Dans la séquence diffusée, le ton entre les deux femmes monte (à partir de 6’ 30” dans la vidéo ci-dessus) alors que Sandrine Rousseau explique avoir mis en place une cellule d’écoute contre le harcèlement. « Les victimes peuvent appeler les personnes qui ont été formées pour accueillir la parole », a-t-elle ajouté. « Former pour accueillir la parole ?, réplique immédiatement Christine Angot, visiblement consternée et en colère. Mais qu’est-ce que j’entends ? Arrêtez de dire des trucs comme ça ! Attendez, moi je retourne dans ma loge, je ne peux pas entendre des trucs comme ça. C’est un bla bla ». Le montage ne permet pas de comprendre correctement la colère de Christine Angot.

Au plan suivant, on découvre Sandrine Rousseau, les larmes aux yeux. Christine Angot, furieuse, lui lance : « On ne traite pas dans un parti politique la question des agressions sexuelles, enfin ! ». Les sanglots dans la voix, Sandrine Rousseau souligne qu’au sein d’EELV, « personne ne l’a écoutée », devant une Christine Angot plus remontée que jamais. « Évidemment, il n’y a personne pour écouter ce message. On se débrouille ! C’est comme ça ! »

« J’ai écrit mon histoire ! », pleure Sandrine Rousseau

La tension monte encore d’un cran quand Yann Moix lance que le livre tient plus du discours politique que du témoignage. « Ce livre parle d’un problème sociétal. Mais doit-on tenir des discours ou plutôt livrer une parole ? (…) Les hommes politiques sont dans un autre univers, dans un autre cosmos que celui du discours ». Une remarque qui fait bondir Sandrine Rousseau. « Je ne peux pas l’entendre. J’ai écrit mon histoire ! », hurle-t-elle, en sanglots.

S’ensuit un débat sur la féminisation des mots. « Les mots sont beaucoup plus importants que les procédures, explique la chroniqueuse du talk-show. En fait, vous voulez agir sur les mots mais, vous ne voulez pas que les mots agissent sur vous. Or c’est les mots qui agissent sur nous », défend Christine Angot, qui refuse la féminisation du mot « écrivain ».

Comme prévu, le départ du plateau de Christine Angot sous les sifflets du public n’est pas apparu à l’écran. « Éditioralement, ce bref passage n’apporte rien sur le fond. À l’heure où plus rien ne s’efface, la production a en effet préféré ne pas diffuser cette séquence et faire preuve d’élégance », expliquait vendredi à 20 Minutes Tout sur l’écran, la société qui produit l’émission de France 2.

In fine, en regardant la séquence diffusée sur la chaîne publique : on ne comprend pas la colère de Christine Angot. Ce qui dessert la chroniqueuse.

Pire encore, Sandrine Rousseau, qui, initialement venait inciter les femmes victimes de violences sexuelles à briser « la loi du silence », apparaît en larmes ou au bord des larmes dans la quasi-totalité du passage. A l’écran, donc, les téléspectateurs ont perçu « l’hystérie » de Christine Angot et une invitée « poussée à bout », « comme si elle était coupable d’avoir parlé ».

La cause des femmes victimes de violences sexuelles n’est pas sortie particulièrement grandi par la diffusion de cet échange tronqué. Peut-être que « l’élégance » aurait été tout simplement de couper l’intégralité de la séquence ?

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *