Titeuf souffle ses 25 bougies au festival de la BD d’Angoulême (Sophie)

8578103073_abd80dd829_bLes 84 têtes de Titeuf présentées au Salon du livre, en 2013 / Mario D et O. Degardin @CC

En guise de cadeau d’anniversaire, le capitale du dessin offre une exposition au gamin à la mèche blonde.

Tu « n’as pô changé ». C’est un peu ce que l’on aimerait dire à Titeuf. On ne l’a pas vu grandir. Pour les 25 ans du personnage à la houppette, le festival d’Angoulême le met à l’honneur en l’exposant sur le parvis de l’Hôtel de ville jusqu’à mercredi prochain. Il pourrait aussi repartir avec le célèbre prix de la bande dessinée dans la catégorie « jeunesse ». Le 15ème tome de la série, au titre évocateur « à fond le slip », figure parmi les douze bandes dessinées sélectionnées. Il est l’une des stars du 45ème festival international de la BD ouvert depuis jeudi.

Titeuf en grandeur nature

A l’occasion des festivités, plusieurs planches du dessinateur Zep sont accrochées devant les fenêtres de monsieur le Maire. Une rétrospective des temps forts de la vie du jeune garçon est proposée gratuitement au public. En un quart de siècle, Titeuf n’a pas pris une ride, mais le monde qui l’entoure, lui, a changé. Les bippers et minitels ont cédé leur place aux smartphones et aux réseaux sociaux. C’est ce que l’exposition nous donne à voir. Le style de Zep est resté fidèle à ses débuts : il tourne en dérision les maux de notre société à travers les yeux d’un jeune homme – un peu – dissipé.

Du haut de leur 90 centimètres, 16 figurines du célèbre personnage, réalisées en 3D, semblent presque faire un « Sit-in » sur la place de l’Hôtel de ville. Ce sont elles qui portent les planches de dessins à (re)découvrir par les badauds. Il aura fallu plus de 200 heures, à quatre imprimantes 3D, pour modeler la silhouette du personnage. La réalisation technique est signée par le campus des entreprises le Moulin de l’Abbaye, à La Couronne en Charente.

Les plus jeunes festivaliers pourront aussi rencontrer Zep ce vendredi, à 13h30 pour parler avec lui d’ « à fond le slip ». Le dessinateur sera encore l’invité d’une masterclass qui se déroulera samedi au festival. Quelques heures avant la remise des Fauves d’Angoulême qui clôturent le grand rendez-vous de la BD et récompensent les meilleurs albums de l’année, dont le livre jeunesse.

Un gamin du cru

Titeuf, est un gamin d’Angoulême, déclarait son créateur dans une interview accordée au Figaro en 2013 :

Mon personnage est intimement lié à l’histoire du festival. Mon premier Titeuf est paru lors du vingtième anniversaire. À l’époque, j’étais un petit jeune qui débarquait.

En 1992, le suisse Philippe Chappuis, alias Zep, commence à dessiner ses souvenir d’enfances. De là, naissent les traits d’un gamin à la tête d’oeuf, surnommé depuis Titeuf. Repéré par Jean-Claude Camano, l’éditeur de la maison Glénat, le première album racontant les aventures du pré-adolescent sort en mars 1992. Il s’intitule « Dieu, le Sexe et les Bretelles ». C’est ensuite tous les 2 ans, en moyenne, que le public retrouve son anti-héro, son amoureuse, Nadia et sa bande.

Un « pré-ado » comme les autres

Usant de son expression préférée « c’est pô juste », piquée à Caliméro, Titeuf a des problèmes d’ « ado ». Dans ses dessins, Chappuis évoque le noyau familiale, les copains, mais aussi des thèmes d’actualité, comme la violence, la guerre, l’IVG ou plus récemment l’écologie et la crise migratoire.

Titeuf c’est aussi une histoire de « zizi sexuel » avec une guide éducatif paru en 2001 pour répondre aux questions des jeunes adolescents sur l’amour et les relations sexuelles. Il donne lieu à une exposition à la Cité des Sciences et de l’Industrie entre 2007 et 2009 qui créé la polémique.

Image de l'Exposition Zizi Sexuel | by DaffyDuke

Image de l’Exposition Zizi Sexuel | by DaffyDuke @CC

C’est « la fête du slip »

Aujourd’hui, Titeuf est une série à « succès ». Elle représente 21 millions d’albums vendus dans le monde. Ses différents tomes sont sortis dans 25 pays, dont la chine. Les bandes dessinées ont aussi été adaptées à la télévision (en 2001), au cinéma (en 2011 avec plus d’1,2 millions d’entrées en France) et sous la forme de jeux vidéos.

En septembre, le dernier tome caracolait en tête des ventes des livres vendus en France. Il a été tiré à 550 000 exemplaires.

Revenant au micro de France Bleu sur la « succès-story » de la BD, l’éditeur Jacques Glénat se lançait jeudi dans la comparaison :

Titeuf est devenu un « best-seller » en France avec son compagnon Astérix.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *