Idir, étudiant algérien : « le plus difficile ce sont les démarches administratives »

Idir, étudiant à l’université de Créteil en double licence mathématiques et informatique est en France depuis 2013. Algérien d’origine, il est venu chercher en France une meilleure qualité d’enseignement que dans son pays natal. Il raconte ses galères administratives.

Qu’est-ce-qu’il faut faire pour étudier en France?

Il faut passer par Campus France. Il y en a dans plusieurs villes à Oran, à Alger et à Constantine, par exemple. Là ils nous font passer des tests. D’abord un test de français. Il faut avoir le niveau B2 pour pouvoir partir. Moi j’avais aussi passé le DELF [diplôme délivré par le ministère de l’Education nationale pour certifier de compétences en français des candidats étrangers NDLR] car je n’avais pas pu me rendre au test de langue de Campus France. Ils nous font également passer un test de connaissance en français. Ensuite il faut fournir des pièces justificatives comme les relevés de notes du lycée. Et dans ce cas il faut tout traduire en français. Puis il faut faire des dossiers pour chaque université où l’on souhaite postuler et adapter sa demande à chacune d’entre elles.

Et une fois les dossiers et les tests validés est-ce terminé ?

Non. Après on doit faire une demande de visa. Et justifier que quelqu’un pourra nous héberger en France. Moi j’ai de la chance, j’ai de la famille à Joinville chez laquelle je loge. Mais pour ceux qui n’en ont pas, ils doivent prouver qu’ils ont un budget de 7 000 euros au départ pour assurer leur hébergement.

Combien de temps tout cela vous a pris ?

A ce moment-là je faisais ma première année d’études de médecine en Algérie. Je n’avais donc pas beaucoup de temps. J’y ai passé une partie de mon année.

Une fois en France est-ce-que cela se passe mieux ?

On est toujours un peu dans les papiers. La carte de séjour que nous fournit la France doit être renouvelée tous les ans. Et pour l’obtenir il faut justifier d’un revenu mensuel de 615 euros par mois.

Comment faites-vous pour gagner cet argent?

Mes parents ne peuvent pas m’aider car ils n’en ont pas les moyens. Le coût de la vie en France est bien plus élevé qu’en Algérie. Du coup, je travaille à côté de ma licence 15 heures par semaine. J’ai un poste de vigile et je donne des cours de mathématiques.

Est-il simple de trouver un travail ?

Moi je n’ai pas eu trop de difficultés. Actuellement mon employeur est Algérien. Avant j’avais aussi travaillé pour le stade Roland-Garros. Mais une nouvelle fois ce qui pose problème ce sont les démarches administratives. Il faut obtenir une autorisation de travail. C’est la Direccte [Direction régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi NDLR] qui la fournit. On doit y apporter une déclaration de l’employeur, notre carte de séjour, notre passeport et notre certificat de scolarité. Certaines entreprises refusent de nous embaucher parce qu’elles estiment que faire les papiers prend trop de temps.

Propos recueillis par Elisa Centis

A lire aussi : Les étudiants maghrébins plébiscitent la France

Rostom et Yacine, étudiants ingénieurs en France, veulent assurer leur avenir

Les 5 avantages et inconvénients d’étudier en France pour les maghrébins

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *