Cause animale : deux militants L214 condamnés à 6 000 euros d’amende

Les deux militants L214 s'étaient introduits en décembre dernier dans un abattoir dans les Yvelines. (domaine public)

Les deux militants L214 s’étaient introduits en décembre dernier dans un abattoir dans les Yvelines. (pixnio/bicanski)

Deux militants de l’association L214 ont écopé de 6 000 euros d’amende dont 5 000 avec sursis. En décembre dernier, ils s’étaient introduits illégalement dans un abattoir des Yvelines (78) pour y installer des caméras de surveillance.

Le tribunal correctionnel de Versailles a rendu son jugement dans l’affaire de l’abattoir de Houdan (Yvelines). Les deux militants de l’association L214 ont été condamnés à une amende de 6 000 euros dont 5 000 avec sursis pour « violation de domicile ». Le co-fondateur de l’association, Sébastien Arsac, et un autre militant s’introduisent dans l’abattoir de porcs et installent des caméras de surveillance. Ils parviennent à en glisser une sur une nacelle descendant les animaux dans un puit, où les porcs sont étourdis avec du CO2 avant d’être tués.

Trahis par la chute d’une caméra

Si cette méthode n’est pas illégale en France, les militants de L214 luttent pour son interdiction et estiment que cette pratique est « systématiquement longue et douloureuse ». A la barre, les deux hommes ont reconnu les faits qu’ils estiment « justes ». Ils se sont défendus en appelant « au droit à l’information du consommateur ».

C’est la chute de l’une des caméras qui a trahi les deux militants cagoulés. Venus récupérer les caméras à la nuit tombée, ils ont été pris sur le fait par les policiers. Les images, confisquées par les gendarmes, ont été en partie récupérées par l’association. Certaines vidéos ont été mises en ligne en juin dernier.

Un procès inédit

Ce procès est une première. Habituellement, les vidéos diffusées par L214 sont filmées par des salariés des abattoirs incriminés, ou des personnes ayant accès aux lieux en question. L’abattoir réclamait 215 000 euros de dommages et intérêts, mais cette demande n’a pas abouti. Le tribunal n’a pas non plus retenu l’accusation pour « tentative d’atteinte à la vie privée ».

Les avocats des deux parties ont indiqué qu’ils allaient consulter leurs clients sur un éventuel appel contre la décision du tribunal. L’affaire n’est pas terminée sur le plan judiciaire car une enquête pour maltraitance est également en cours pour le même abattoir. L214 avait porté plainte suite à des images montrant les porcs frappés et électrocutés par un employé.

Léa DUPERRIN

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *