Affaire Fiona : la mère et le beau-père de retour devant la justice

Onze mois après leur premier procès, la mère de Fiona et son ex-compagnon sont jugés à partir de ce lundi en appel au tribunal du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Ils ont été respectivement condamnés à cinq et vingt ans de prison en novembre 2016.

Cour d'assises

 

Le deuxième procès de Cécile Bourgeon, mère de Fiona, et Berkane Makhlouf, l’ex beau-père de la petite fille, s’ouvre à partir de ce lundi 9 octobre devant la cour d’assises de la Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Ils encourent jusqu’à trente ans de réclusion. Peut-être révèleront-ils comment est morte Fiona, et surtout ce qu’est devenu son corps. Berkane Maklhouf, à l’époque, souhaitait déjà « dire la vérité »… Ce qu’il n’avait pas fait.

Il y a onze mois, en novembre 2016, le verdict du premier procès du couple a été très contrasté. La mère a été acquittée du crime et a écopé de cinq ans de prison pour quatre délits (dont non assistance à personne en danger, et dénonciation de crime imaginaire). Lui a écopé de vingt ans de réclusion. Ni les circonstances précises de la mort de Fiona en mai 2013 à Clermont-Ferrand, ni le sort réservé à sa dépouille n’ont été révélés pendant l’audience.
Depuis sa condamnation en première instance, Cécile Bourgeon a déposé cinq demandes de remise en liberté. Toutes ont été rejetées. Elle a également tenté de se suicider en juillet dernier, indique 20 minutes.fr.


Retour sur le procès en vidéo – Stéphanie Delannes, La Montagne

Son ex-compagnon, Berkane Makhlouf, 36 ans, a écopé de 20 ans de réclusion criminelle pour l’ensemble des faits.

Disparition suspecte de Fiona, 5 ans, en mai 2013

En mai 2013, alors enceinte de son troisième enfant, Cécile Bourgeon signale la disparition de sa fille dans le Parc Montjuzet à Clermont-Ferrand. En pleurs devant la France entière, la mère de Fiona prie pour retrouver sa fille. La police privilégie alors la thèse de l’enlèvement. Mais très vite, Cécile Bourgeon et son compagnon Berkane Makhlouf, sont soupçonnés et placés sur écoute. Après quatre mois d’investigations, ils avouent que la petite Fiona est morte, et qu’ils ont enterré son corps dans une forêt près du lac d’Aydat (proche de Clermont-Ferrand). Le lieu exact d’inhumation reste quand même introuvable.

S’en suit alors une myriade de fausses informations et de déclarations suspectes qu’ils nient chacun leur tour. Lorsque la mère accuse le beau-père d’avoir maltraité la fillette la veille du drame, lui rejette en bloc et l’accuse à son tour. Les événements restent flous dans leurs souvenirs, et le deviennent également pour les enquêteurs.

C’est donc le procès de la « seconde chance pour que le couple puisse expliquer ce qu’il s’est passé« , selon un des avocats des parties civiles, Antoine Portal. Verdict dans 15 jours, le 20 octobre.

 

Léa Broquerie

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *