Législatives : Suresnes-Nanterre, l’éclatement du bastion de gauche

carte 4e circo La quatrième circonscription des Haus-de-Seine comprend Suresne et Nanterre.
(Crédit : Google image)

Longtemps inscrite très à gauche, la quatrième circonscription des Hauts-de-Seine pourrait perdre sa couleur historique rouge lors des prochaines législatives (11 et 18 juin). Le départ imprévu de Jacqueline Fraysse, députée sortante, provoque un morcellement des candidatures.

« Le problème à Nanterre c’est que la gauche est morcelée« . Depuis vingt ans, la députation est entre les mains de Jacqueline Fraysse, représentante du Front de Gauche pour la quatrième circonscription des Hauts-de-Seine, regroupant Suresnes et Nanterre. Mais aujourd’hui, le bastion de gauche est éclaté. Pour Christelle François, qui soutient la France insoumise, le constat est amère. « Nanterre est très populaire et métissée mais la gauche est désunie. À cause de cela, nous risquons de perdre la place de député « , déplore la Nanterrienne depuis 1997.

Une relève difficile à assurer

« Grande dame » ou encore « maire courage » – comme on l’a surnommée en 2002 lors de la tragédie de Nanterre – Jacqueline Fraysse sera difficilement remplaçable. La députée depuis deux décennies a marqué sa circonscription par son engagement à l’Assemblée nationale : « Elle a combattu dès qu’elle l’a pu les décisions ultra-libérales« , poursuit Christelle François, plutôt satisfaite des mandats de l’élue. Mais aujourd’hui la gauche bat de l’aile. Difficile de trouver un nom aussi connu que celui de la députée sortante. D’autant que les partis se multiplient : Lutte Ouvrière, Parti communiste ou encore France insoumise. Les électeurs de gauche ont de quoi être désorientés.

Même constat au sein des partis. Zahra Boudjemaï a été choisie par les communistes de Nanterre lors d’une assemblée générale le 1er février, avec le maire de la ville comme suppléant (63/66 voix). Mais deux semaines plus tard, la France insoumise a désigné une autre candidate, Rossana Morain. « Il s’est passé quelque chose de mystérieux », dénonce Zahra Boudjemaï. « Au début, je pensais qu’ils s’étaient trompés. A mon avis, certaines personnes influentes sont intervenues sans passer par l’investiture« . « C’est dommage que ces partis de gauche n’aient pas réussi à trouver d’entente« , regrette Christelle François.

Christelle François, elle votera pour la France insoumise aux prochaines législatives

Nanterre_-_Place_Gabriel_Péri_-_2Centre-ville historique de Nanterre. La ville compte 92 227 habitants.
(Crédit : Google Image)

Cet éclatement de la gauche profite à ceux qui espéraient voir la droite représenter leur circonscription depuis de longues années. C’est le cas d’Yvette P., 76 ans, habitante de Nanterre depuis plus de trente ans. « J’aimerais que la ville change de couleur politique. Ce serait bien que les Républicains passent cette année, Camille Bedin me plaît pas mal« , déclare-t-elle en promenant son chien. La candidate LR-UDI de 31 ans est élue municipale. Engagée depuis ses 19 ans à l’UMP puis aux Républicains, elle se présente pour la première fois aux élections législatives. Candidate de l’opposition, elle compte bien faire basculer la circonscription vers la droite.

1200px-Mairie_Nanterre_Immeuble_PyramideL’Hôtel de ville a été construit en 1973.
(Crédit : Google image)

Ce basculement serait bien vu par Yvette P. même si la retraitée regrette le manque d’intérêt des politiques pour les retraités : « Quand on demande des actions pour les personnes âgées, on obtient rarement satisfaction« . Si certains, comme la septuagénaire, ont encore espoir que la politique change avec de nouveaux candidats, d’autres sont totalement désabusés et font le choix de ne pas participer à ces élections. « La politique ne m’intéresse pas car c’est basé sur le mensonge« , lance Lucie C., 58 ans, qui n’a pas voté depuis l’âge de 18 ans. « Je ne doute pas de la bonne foi des hommes mais les mandats sont mal faits. Ils n’ont pas le temps d’appliquer de réels changements dans la société« , poursuit-elle en regardant son petit-fils courir dans l’aire de jeux du parc des Anciennes Mairies.

Mais alors que la circonscription était présentée à l’automne dernier comme prenable par la droite républicaine, Camille Bedin aura aussi face à elle Isabelle Florennes, maire-adjointe centriste de Suresnes, investie par La République en marche et qui veut croire à une victoire. Emmanuel Macron est arrivé en tête à Suresnes au premier tour de la présidentielle (34%), cinq points devant François Fillon, et second à Nanterre (28%) derrière Jean-Luc Mélenchon (33%).

Face aux divisions, de nouveaux mouvements émergent

Autre difficulté pour les partis installés, l’arrivée de nouveaux mouvements transpartisans comme « Allons Enfants« . Il met à l’honneur les jeunes avec ses candidats âgés de 18 à 25 ans. « C’est une opportunité pour les jeunes de s’impliquer dans la vie politique et de ne pas être que des faire-valoir comme par exemple les Jeunes avec Marine ou avec Juppé », explique Joey Robin, 20 ans, candidat d’Allons Enfants pour la quatrième circonscription des Hauts-de-Seine. Leur programme mise sur quatre points principaux : l’écologie, l’éducation, le numérique et l’Europe. « On met l’accent sur les énergies renouvelables, la revalorisation de l’enseignement professionnel et le développement de l’identité européenne. Et pour nous le numérique c’est l’avenir, notre génération baigne dedans depuis toujours », poursuit le jeune homme. Il estime que les jeunes apportent à la politique un regard neuf : « On nous accuse de faire du jeunisme mais c’est faux. Notre politique est faite par les jeunes mais elle s’adresse à tout le monde. » A l’image du programme très axé sur les nouvelles technologies, le mouvement est présent sur les réseaux sociaux pour attirer les plus jeunes.

18789979_10155169630336285_339741454_o

Lou Portelli, Blanche Vathonne et Ambre Lepoivre

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *