Portrait d’une Rom citoyenne

Iasmina Dragomir travaille à l'association Intermèdes Robinson en tant qu'animatrice à Chilly-Mazarin (Essonnes).

Iasmina Dragomir travaille à l’association Intermèdes Robinson en tant qu’animatrice à Chilly-Mazarin (Essonnes).

 Iasmina Dragomir a vécu dix ans à Corbeil-Essonnes dans l’un des plus grands bidonvilles de la région parisienne. Aujourd’hui, elle travaille en CDI dans l’association qui lui a tendu la main.

 

Il est quatorze heures, et dans les locaux de l’association Intermèdes Robinson à Chilly-Mazarin (Essonne), les bénévoles viennent à peine de lever le pied. À peine visible derrière le plan de travail, une jeune Roumaine de vingt trois ans au look décontracté astique les moindres recoins de l’évier. « Iasmina, il y a du monde pour toi ! », lance Abdel, bénévole à l’association.

« Mon pays c’est la France »

 

« Je voulais être enseignante en école maternelle, » explique Iasmina Dragomir. Née à Resita en Roumanie près de la frontière serbe, elle n’a que quatorze ans lorsqu’elle rejoint la France avec son frère aîné pour fuir la pauvreté et poursuivre sa scolarité. Si elle évoque en parallèle des « problèmes familiaux », le sujet demeure sensible. Tout comme celui de la Roumanie. « Depuis que je suis arrivée en 2003, je n’y suis retournée que deux fois – mon pays c’est la France, » ajoute la jeune femme aux longs cheveux bruns, les yeux rivés sur ses baskets roses.

Iasmina Dragomir est arrivée en France à l'âge de 14 ans. Elle a vécu dix dans le bidonville de Moulin-Galant (Essonnes).

Iasmina Dragomir est arrivée en France à l’âge de 14 ans. Elle a vécu dix dans le bidonville de Moulin-Galant (Essonnes).

Les choses se sont accélérées depuis sa première installation dans le bidonville de Moulin-Galant, à Corbeil-Essonnes. Poussée par son ambition et l’envie de fuir l’insalubrité des camps dont elle est expulsée tous les deux ans, Iasmina Dragomir apprend le français. Elle débute un service civique en tant qu’animatrice dans l’association Intermèdes Robinson, et décroche une bourse de 500 euros pendant un an pour financer sa formation au BAFA.

 

« Un pilier de l’association »

 

« J’organise toutes sortes d’animations pour les enfants : du jardinage jusqu’à l’écriture de musiques en roumain », développe la jeune Rom souriante et fière. Mais en 2014, le bidonville de Moulin-Galant est détruit. Alors maman d’une petite fille de trois ans, Iasmina Dragomir reçoit un avis d’expulsion lui indiquant de quitter le territoire sous deux mois. Impressionné par le parcours de l’animatrice, Martin Hirsch, président du service civique, se saisit du dossier et lui évite le départ.

 

« Iasmina est une femme forte et courageuse, elle est devenue l’un des piliers de l’association, » s’émeut Laurent Ott, président d’Intermèdes Robinson. Aujourd’hui embauchée en CDI, la jeune Rom s’attèle à créer des ateliers d’animations dans les bidonvilles installés en Essonne, une manière pour elle de rendre ce qu’on lui a donné.

 

 

 

Garance Feitama et Clothilde Bru

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *