Les Puces de Clignancourt : « l’autre marché »

IMG_0377À seulement quelques mètres du marché Vernaison, à l’ombre du périphérique, un autre marché se dessine. Les Puces de la porte de Clignancourt sont l’opposé de celles de Saint-Ouen : des vêtements et des baskets, souvent de mauvaise qualité, produits en série en Chine. Un véritable temple de la contre-façon fréquentée par une clientèle plus populaire.

À la recherche des « authentiques » Puces, nombreux sont les badauds à s’y aventurer… pour ensuite rebrousser chemin. « Pour moi, les puces de Saint-Ouen c’est synonyme de contre-façon, du coup je n’ai jamais cherché à aller voir plus loin », s’étonne Clara, parisienne de 25 ans. Une image dont les antiquaires aimeraient bien se détacher. « Il faudrait plus de contrôle, ces étales nuisent à l’image des puces », peste Halimi, vendeur de tapis dans le marché Malassis. La mairie de St-Ouen, a tenté de s’emparer du problème. Dans les années 2000, elle fonde la Brigade des puces, chargée de faire la chasse aux contre-façons. Une lourde tâche dans un univers où les faux sacs Chanel ont pignon sur rue.

You may also like...

1 Response

  1. Éric dit :

    Tout ça est de l esbroufe commerçants aussi les douanes et les pouvoir publiques ont la force de fermer les boutiques de contre façon les douanes gardent cela pour clôturer leur comptes ou leur chiffres comme mas dit un ami : ce
    Sont toujours les même qui se font attraper.
    Les puces repère de faux billet de bandit et D INDIC DE POLICE, il existe un tel blanchiment d argent pas de CB et le
    Pire tous les produits sont très mal fait une catastrophe !! Beaucoup de contre façons des puces viennent des grossistes chinois ( Tony le vietnamien ) qui ne se sont pas embêté pour le moins du monde,
    Le marche du pauvre un jogging Nike Tech a 35 e logo de travers les jeunes pour eux ils sont content !! Une paire de Louis
    Vuitton 120 e contre une en boutique a 450 e mais vu la
    Différence de qualité je préfère acheter une au magasin !!!
    Les pouvoirs laissent faire car les amendes de 2000 e par contrôle a 70 000 e calculez 200 boutique par mois 2000 000 e juste pour des petites amendes sur un an ça représente 20 millions d euros et sans compter les taxes pro pour la commune de St ouen la contre façon reste une vache a lait que les pouvoirs publiques ne veulent pas stopper ni endiguer la France république bananière ou zone de non droit tel est la question ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *