Turquie : l’UE extrêmement inquiète après l’arrestation de députés pro-kurdes

Plusieurs députés du parti HDP et les co-présidents de la formation ont été interpellés dans la nuit de vendredi dans le cadre d’une “enquête antiterroriste”.

L’Union européenne “extrêmement inquiète”. La chef de diplomatie de l’UE Federica Mogherini exprime ce vendredi sa préoccupation, après l’arrestation de onze députés pro-kurdes environ et plusieurs dirigeants du parti pro-kurdes HDP (Parti démocratique des peuples), dont le président du groupe parlementaire Idris Baluken. Elle a par ailleurs convoqué une réunion des ambassadeurs de l’UE à Ankara (capitale de Turquie).

La réaction des Kurdes n’a pas tardé puisqu’une puissante explosion portant la marque des rebelles du PKK (organisation armée de l’opposition kurde en Turquie) a fait un mort et une centaine de blessés vendredi matin à Diyarbakir, la “capitale” du sud-est à majorité kurde de la Turquie.

Ces gardes à vue se déroulent dans un contexte de purges des opposants en Turquie, à la suite du coup d’Etat ratée de l’armée en juillet dernier. Le Président Recep Tayyip Erdogan en a profité pour renforcer encore plus son régime, notamment en instaurant l’état d’urgence. Cet état d’urgence, imputé aux réseaux du prédicateur Fetullah Gülen, a permis au Président d’arrêter des milliers de personnes ; militaires, fonctionnaires de toutes sortes, journalistes et citoyens lambdas vus comme opposants.

Le HDP est entré au Parlement turque en juillet 2015. Il avait alors réussi à rassembler au delà de la communauté kurde (15 millions de personnes), devenant un parti moderne ouvert aux femmes et aux minorités. Alors que le HDP dément un quelconque lien avec le PKK, M. Erdogan en a fait sa bête noire, tentant de décrédibiliser dans ses déclaration le parti devenu la troisième force politique du pays.

V.W

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *