Brésil : Michel Temer, président depuis une semaine et déjà impopulaire


La grogne monte contre Michel Temer, nouveau président par intérim du Brésil, qui en une semaine a réussi à se mettre à dos une partie de la population Brésilienne. En cause : les conditions obscures de son arrivée au pouvoir ainsi que le plan d’austérité qu’il compte mettre en place.


Michel_Temer_planalto_3_(cropped)

 

Le 12 mai dernier, Dilma Rousseff, présidente du Brésil était destituée provisoirement par un vote de la chambre des députés. Accusée d’avoir maquillé les comptes publics pour dissimuler le déficit du pays, la dirigeante du PT, le parti des travailleurs créé par l’ancien président Luis Inàcio « Lula » Da Silva, est remplacée le temps de l’enquête par son ancien vice-président Michel Temer. Depuis sa prise de pouvoir considérée par certains comme un « coup d’état », l’homme politique centriste a opéré un virage conservateur par rapport à la gouvernance de Dilma Rousseff.

Le plan d’austérité de Michel Temer révolte les étudiants et les artistes

Deux jours après son arrivée à la présidence, Michel Temer décide de supprimer le ministère de la culture. « Toute la classe artistique était révoltée » déclare João Pedro, étudiant en master de cinéma à Sao-Paulo. « C’est ce qui a lancé les manifestations. Tous les grands lieux culturels de la ville étaient occupés par la population ». Sous la pression de la rue, Michel Temer est revenu sur sa décision il y a deux jours. Le ministère de la Culture sera donc maintenu.

13268324_640826732736126_6785676160907610923_o

Manifestation contre Michel Temer à Sao Paulo @AliceYanni

13301386_640827082736091_5941268414200632394_o

Les femmes contre le coup d’état – Sao Paulo @AliceYanni

Mais la mobilisation ne cesse pas pour autant. En effet, d’autres réformes d’austérité sont toujours envisagées, à contrepied de la politique sociale de Dilma Rousseff. Le but : économiser 64.9 milliards de réais (17.03 milliards de dollars) selon le ministre de la planification Nelson Barbosa. «Le budget de l’éducation va diminuer drastiquement, ainsi que celui de la santé » explique João Pedro. « Le gouvernement veut fermer toutes les écoles qui se trouvent en périphérie de la ville » s’insurge Alice, étudiante française en sciences-politiques à Sao Paulo. « C’est un drame pour les gens pauvres qui devront faire des heures de trajet pour avoir accès à l’éducation », ajoute-t-elle. Du coup, certains collégiens occupent leurs établissements et de nombreuses facs sont bloquées. Tous les jours, des manifestations rassemblent des milliers de personnes dans les rues.  « Les droits sociaux conquis par le PT sont piétinés, se révolte João Pedro. Michel Temer veut effectuer un retour en arrière de vingt ans sur les avancées sociales du pays »

La destitution de Dilma Rousseff est considérée par certains comme anti-démocratique

A Sao Paulo, l’argument social ne convainc pas tout le monde. « C’est l’une des villes les plus développées du Brésil, remarque João Pedro. La classe moyenne y est très importante, ces gens-là se fichent pas mal des aides sociales. » Pourtant, ce n’est pas parce qu’ils n’approuvent pas la politique de l’ex-présidente que les paulistanos soutiennent Michel Temer. « Beaucoup de ceux qui participent aux manifestations pro-Dilma sont simplement insatisfaits d’une destitution qu’ils considèrent comme anti-démocratique. » explique-t-il.

Leda Cartum, est traductrice et écrivain à Sao Paulo. Elle n’aurait jamais voté pour Dilma Rousseff, pourtant, elle la défend aujourd’hui. « Dilma n’est pas plus corrompue que les autres. Elle l’est même moins, c’est pour ça qu’elle a été renversée », estime-t-elle. Si Leda admet que Dilma Rousseff a sans-doute effectué le pédalage budgétaire dont elle est accusée pour masquer le déficit des comptes publics, elle rappelle que l’ancienne présidente n’a jamais trempé directement dans des scandales de corruption : « au contraire de Michel Temer qui a été identifié comme l’un des récipiendaires de pots de vins dans l’affaire Petrobras» L’entreprise de pétrole avait été le cœur d’un scandale d’attribution de marchés frauduleux qui avait éclaboussé une bonne partie de la classe politique Brésilienne, dont le vice-président de l’époque. Comme beaucoup d’autres brésiliens, Leda n’hésite pas à qualifier la destitution de l’ancienne présidente de « coup d’état ». « Les politiciens menacés par le plan anti-corruption lancé par Dilma Rousseff ont orchestré sa chute » accuse-t-elle. Une hypothèse corroborée par la mise à l’écart récente d’un proche de Michel Temer, Romero Juca, accusé d’avoir tenté d’étouffer l’enquête sur le scandale Petrobras.

Un futur incertain

Alice s’inquiète : « Il y a une véritable effervescence depuis la destitution de Dilma. Personne ne sait ce qu’il va se passer dans un mois. » Pour João Pedro « Il faut des élections au plus vite. On n’a pas le temps d’attendre les cent-quatre-vingt jours de procès qui décideront définitivement du sort de Dilma Rousseff. » Selon un sondage récent, seuls 1 à 2% des brésiliens voteraient pour Michel Temer s’il se présentait aux élections. C’est dans ce contexte politique chaotique que se préparent les Jeux Olympiques, qui auront lieu dans deux mois et demi au Brésil.

Claire-Marie Germain

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *