A l’Opéra, une dernière danse à l’américaine

Mercredi 10 février, Stéphane Lissner, le directeur de l’Opéra de Paris a présenté, aux côtés de Benjamin Millepied, le programme de la saison 2016-2017. Côté danse, beaucoup de similitudes avec la saison précédente, avec la danse contemporaine en tête d’affiche.

« L’Opéra n’attend que vous ». Nouveau slogan pour une nouvelle saison à l’Opéra national de Paris. Stéphane Lissner, le directeur de l’institution dévoilait mercredi 10 février le programme de la saison 2016-2017. La semaine précédente, le directeur de la danse, Benjamin Millepied provoquait l’étonnement en annonçant sa démission. Les treize spectacles à l’affiche seront la dernière contribution de l’Américain en tant que directeur de la danse.

Cette année, c’est le néo-classique qui est mis à l’honneur. Sur scène, ce sera des danseurs, toujours pointes aux pieds, mais exécutant une chorégraphie contemporaine. La nouvelle saison se veut être celle de la nouveauté. Le public va pouvoir découvrir quinze oeuvres inédites : neuf créations et six oeuvres jamais dansées jusqu’alors à l’opéra. Ormis celle de Millepied lui-même, ces nouvelles créations seront signées quatre jeunes talents prometteurs : Sébastien Bertaud, Bruno Bouché, Nicolas Paul et Simon Valastro.

Les chorégraphes américains à l’honneur

Mais en parallèle, la saison a un goût de déjà-vu. On retrouve les chorégraphes fétiches de Benjamin Millepied, comme Georges Balanchine ou William Forsythe, déjà mis en avant en 2015-2016, en donnant à la programmation un air très américain. « L’année dernière, Millepied avait promis un ballet de Ratmansky racontant une histoire. Finalement, il n’y est pas mais on a cinq Balanchine » explique Amélie Bertrand, chroniqueuse du site Danse avec la plume, dédié à la danse. « On a l’impression qu’il fait ce qu’il veut sans se soucier de la compagnie qu’il a entre les mains. Il avait fait la même chose pour la saison précédente, mais on l’excusait en disant qu’il ne connaissait pas encore bien l’institution ! » reprend-elle.

« Cette saison est un portrait de Millepied. On a ses maîtres, Balanchine, la compagnie qu’il préfère, l’American ballet theater et les chorégraphes qu’il aime », résume Laura Darrieussecq, membre de l’AROP, l’association pour le rayonnement de l’Opéra de Paris. « Très peu d’audace finalement. On retrouve tout ce qui passe dans les théâtres anglo-saxons mais il n’ose intégrer aucun chorégraphe européen » ajoute t-elle.

L’un des moments phares de la saison : Le Songe d’une nuit d’été de Georges Balanchine, avec des décors signés Christian Lacroix. Mais la compagnie invitée du Semperoper Ballette Dresden sera aussi très attendue avec sa reprise d’une célèbre chorégraphie de William Forsythe, Impressing the Czar. « Ce ne sont pas des nouvelles créations, mais elles promettent d’être très intéressantes. Ils font sans aucun doute partie des incontournables » reprend Amélie.

 

Peu de grands classiques

Les passionnés qui veulent voir leurs étoiles préférées briller dans les grands ballets du répertoire seront décus. Pour les fêtes de fin d’années, ils pourront, certes, admirer le célèbre Lac des Cygnes, avec la chorégraphie de Rudolf Noureev mais le ballet était déjà au programme en 2014. « Benjamin Millepied n’aime pas Noureev, il ne comprend pas sa musicalité. Donc il décide de n’en mettre qu’un. Cela faisait bien longtemps que ce n’était pas arrivé ! » reprend Laura Darrieussecq. Et le second ballet sera aussi pour les fans de tutus blancs. C’est en effet la Syphide de Pierre Lacotte qui investira la scène. Encore une histoire d’amour donc : James s’éprend de la sylphide, une créature magique de la forêt. Mais son mariage est déjà prévue avec une autre, une femme en chair et en os…

Benjamin Millepied impose ainsi à l’Opéra sa vision américaine de la danse classique. Pour le public français, un ballet classique est en trois actes avec tutus comme Le Lac des Cygnes ou Giselle. « Pour un Américain, il suffit que les danseurs est des pointes aux pieds ! Le classique c’est aussi le néo-classique » explique Amélie. Autre habitude américaine : le « three bills », autrement dit, ces soirées où on présente trois courtes oeuvres plutôt qu’une longue. La prochaine saison compte six programmes de ce genre où plusieurs artistes se partagent les mêmes soirées. « Finalement, ce qu’il se produit c’est que les néophytes connaissent peu les chorégraphes proposés. Et les habitués aimeront beaucoup d’oeuvres mais ont un sentiment de déséquilibre globalement. » conclue Amélie.

Aurélie Dupont, ancienne danseuse étoile, remplacera Benjamin Millepied pour gérer ce nouveau programme. Lors de sa nomination, elle avait promis davantage de grands ballets pour permettre aux quelques 150 danseurs de la compagnie de se produire. Pas de doute, la saison qu’elle signera en 2017-2018, verra les grands ballets, à la française, remonter sur les planches de l’Opéra de Paris.

Cyrielle Cabot

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *