Les libraires ne sont pas près de tourner la page

Désintérêt pour la lecture, hégémonie d’Amazon, retard sur le numérique… Les difficultés sont nombreuses pour les libraires aujourd’hui. Pourtant, loin d’être résignés, ils multiplient les initiatives pour résister. Enquête.

DSC03802

De l’extérieur, le Salon by Thé des écrivains pourrait ressembler à une librairie classique. Des ouvrages en vitrine, une devanture sobre, sage. Pourtant, une fois le seuil de la porte franchi, les différents univers du Salon sautent aux yeux des nouveaux arrivants dans un joyeux mélange de couleurs, de lumières et d’odeurs. Ce commerce d’un nouveau genre propose à ses fidèles bien plus qu’une collection de livres. En plus de la papeterie, à-côté récurrent des librairies, le client peut y trouver du thé, des pâtisseries, des vêtements. Et peut-même assister à des projections de courts-métrages au sous-sol. Pourtant, ce mercredi après-midi, les clients se font rares.

Ce lieu pluriel, créé en 2011 dans le troisième arrondissement de Paris par George-Emmanuel Morali, incarne parfaitement la tendance de ces modèles hybrides qui se développent depuis quelques années autour de l’objet du livre. Dans la capitale, on trouve ainsi dans le quatrième arrondissement une librairie-cave à vin-bar, La Belle Hortense, ou encore dans le neuvième une pâtisserie-salon de thé-librairie spécialisée en gastronomie, Une souris et des hommes. Les dénominations sont multiples et peuvent varier à l’infini, la cohérence des lieux ne primant pas toujours sur l’aspect branché, hybride et innovant de ces « nouveaux concepts ».

DSC03917


Voir aussi : La Belle Hortense, une cave à vin-librairie

« Ce n’est pas vraiment une révolution. Barnes & Noble, une grande chaîne de librairie américaine, propose depuis les années 40 des cafétérias dans ses commerces », nuance Vincent Chabault, sociologue et auteur de Vers la fin des librairies ?.

D’autant que ces modèles ont déjà montré leurs limites, à l’image de Tea and Tattered Pages, un commerce au design pensé qui mêlait livres d’occasions, thés et autres pâtisseries avant de mettre la clé sous la porte en 2011. Dans la même lignée, la « librairie culinaire » La Cocotte proposant ouvrages gastronomiques, ateliers et matériel de cuisine s’est récemment reconvertie en marque de design textile. Des échecs qui mettent en doute l’hypothèse d’une réinvention du métier par la seule alliance librairie-restauration. Et qui montrent que le livre n’est toujours pas un produit comme un autre.

« Le libraire doit d’abord définir son rôle comme un passeur de livre. Il ne peut pas être avant tout un organisateur d’évènements, un gérant de café ni un acteur de la restauration » poursuit Vincent Chabault.

Fermetures en séries

Pourtant, la remise en question du métier semble inévitable pour la survie du secteur. Il ne fait pas bon d’être libraire en 2015. En témoignent les récentes fermetures d’établissements historiques, comme la célèbre Del Duca (Paris IXe) qui a définitivement fermé ses portes en 2012. D’ici la fin de l’année, c’est La Hune (Paris VIe) qui tombera le rideau pour laisser place à une galerie photo. Et celle qui est considérée comme la plus ancienne librairie parisienne, Delamain (Paris Ie), est, elle aussi, menacée de fermeture. Tout laisse à penser que d’autres suivront.

DSC03793

Car les chiffres sont inquiétants : un rapport de l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR), publié en mars dernier, atteste d’une baisse de 9,9% du nombre de librairies à Paris entre 2011 et 2014. Et les achats de livres ne se font plus qu’à 22% en librairie en 2014, contre près de 27% il y a 10 ans selon les rapports annuels du ministère de la Culture et de la Communication. Tandis que la vente par internet est passée de 4,6% à 18,5% depuis 2004.

Le mastodonte Amazon n’y est pas étranger. Arrivé en France en 2000, le géant américain poursuit depuis sa croissance folle et a encore engrangé près de 30 milliards de dollars de ventes lors du dernier trimestre 2014, malgré une légère perte de vitesse au cours de l’année.

Cette menace qui plane sur la culture a été prise en compte par l’Etat depuis longtemps. Déjà en 1981, Jack Lang, ministre de la Culture, instaurait la loi sur le prix unique du livre. Cet encadrement a permis aux libraires de se maintenir dans la course quand les grandes chaînes comme la Fnac se sont attaquées au marché du livre.

DSC03846

Plus récemment, c’est une autre ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, qui a mis en place la loi dite « anti-Amazon », adoptée en janvier 2014 par le Sénat. Cette dernière devait réguler les conditions de la vente à distance des livres en interdisant de cumuler la gratuité des frais de port avec la remise de 5% autorisée par la loi Lang. Mais elle a rapidement été contournée par le principal concerné, Amazon, qui a choisi de fixer ses frais de livraison à 1 centime d’euros.

6352123585_1fb8b8a8b0_b

Une extension pour court-circuiter Amazon

Une provocation de trop qui a fait réagir Elliot Lepers, jeune activiste numérique de 22 ans. Celui qui est aussi le co-fondateur de MachoLand, site anti-sexisme, a choisi de défendre la cause des libraires.

« J’ai trouvé cela tellement sournois de leur part, tellement violent dans le mépris du politique, que j’ai choisi d’apporter une réponse à mon niveau de développeur web. »

Son idée, créer une extension de navigateur internet au nom évocateur, Amazon Killer. Une fois installée, elle permet de court-circuiter le site d’Amazon en redirigeant le client vers une librairie proche de chez lui. Lorsqu’il navigue sur le moteur de recherche d’Amazon, il peut connaître en quelques clics la disponibilité du livre désiré dans les librairies de son quartier référencées par la base de données de placedeslibraires.fr.

« Le but, c’est de proposer une alternative qui soit à portée de main. Il faut rappeler que la voie centrale n’est pas la seule existante et sensibiliser le consommateur-citoyen. Il y a beaucoup de gens qui ont peur d’Amazon, qui veulent s’opposer à ses dérives mais ne savent pas comment s’y prendre. Désormais, c’est plus simple. J’ai voulu ramener du confort dans l’acte responsable. » développe le créateur d’Amazon Killer.

Depuis sa mise en ligne en décembre 2014, l’application a généré 10 000 téléchargements et pourrait bientôt être développée par l’EIBF, la fédération internationale et européenne des libraires.

Le combat du futur : les e-books

Mais face aux millions brassés par leurs nouveaux concurrents, il ne s’agit que d’une goutte d’eau pour la survie des libraires. Ceux-ci commencent à en prendre conscience et s’organisent pour mettre en place eux-mêmes une résistance.

« Les ventes sur Amazon deviennent de plus en plus importantes. Pour que les librairies indépendantes restent des gros vendeurs, il va falloir s’adapter. C’est inévitable », affirme Catherine Martinez, l’une des libraires encore en poste à la Hune.

Une adaptation qui passe en grande partie par le numérique, et le combat du futur se jouera sur le secteur des e-books. Si le livre numérique ne représente pour l’instant que 2,5% du chiffre d’affaires du marché du livre en France, il tend à croitre et s’élève déjà à 22% aux Etats-Unis. Pourtant, la librairie indépendante française est encore très en retard et n’a pas su prendre le virage digital.

« Internet fait peur à des gens dont le métier est de vendre du livre imprimé. Par ignorance, par manque de formation, les libraires y voient seulement du négatif. Alors que le numérique, on peut en faire ce qu’on veut, il peut évidement être bénéfique » regrette l’activiste Elliot Lepers.

Un avis partagé par Renny Aupetit, gérant du Comptoir des mots dans le 20ème arrondissement de Paris, pour qui le commerce électronique représente 5% de son activité :

« Il y a beaucoup de libraires qui préféreraient encore changer de métier que de vendre des e-books. Ils sont très récalcitrants. »

Malgré ce retard certain, une partie des librairies tentent tout de même de s’emparer de ce nouveau secteur. En atteste la carte du Syndicat de la librairie Française regroupant les enseignes indépendantes ayant une offre numérique. Elles seraient ainsi plus de 200 aujourd’hui, soit 8% des 2 500 librairies françaises.

Ce même syndicat a publié en 2008, en collaboration avec l’Association des librairies Informatisées et Utilisatrices des Réseaux Electroniques (ALIRE) un Vade-mecum à l’usage des libraires, guide pratique pour s’adapter aux nouveaux usages numériques.

Voir aussi : La carte des 20 premières librairies françaises

« Mener le combat ensemble »

Le e-book n’est pas la seule avancée que permet internet. Depuis la fin des années 2000, les libraires ont choisi d’affronter leurs concurrents sur leur propre terrain en constituant un maillage territorial. Des initiatives de regroupements en réseaux fleurissent sur la toile. On trouve ainsi leslibraires.fr, placedeslibraires.fr, lalibrairie.com, parislibrairies.fr … Tous proposent un même service : entrer le nom d’un livre dans le moteur de recherche, puis retrouver la librairie la plus proche de chez soi l’ayant en stock.

La librairie L'Arbre à Lettres fait partie des 4 fondatrices de Paris Librairies

La librairie L’Arbre à Lettres fait partie des 4 fondatrices de Paris Librairies

Voir aussi : Laura De Heredia : « Nous avons créé la plus grande librairie du monde »

« Le site internet ne propose jamais de livrer les clients chez eux. Ils doivent toujours venir le retirer dans la librairie. Mais on mutualise nos stocks et on crée des navettes entre nous. Désormais, on peut combattre Amazon sur le dernier kilomètre : une commande met au minimum 24h à être livrée, il faut souvent aller la retirer à la Poste. Nous, on est presque dans l’immédiateté. C’est notre avantage face aux géants de la vente en ligne : ils peuvent l’emporter sur l’internet, mais on peut gagner sur le terrain. » explique Renny Aupetit du Comptoir des mots.

Ce libraire médiatique aux formules-chocs, qui n’a pas hésité à qualifier Amazon de « voyou » dans une tribune publiée par Le Monde en septembre dernier, a participé à la création de Libr’Est, un réseau dédié à l’Est parisien, ensuite étendu à la France avec lalibrairie.com.

« Aujourd’hui, nous avons 2 000 commerces partenaires. Mais il y a un vrai retard qui fait que les libraires se mettent seulement maintenant sur internet pour constituer de multiples réseaux. La prochaine étape, ce sera de tous les fusionner pour vraiment mener le combat ensemble. » ajoute-t-il.


Les librairies s’organisent donc pour faire face à l’avenir, à Amazon, aux supermarchés et autres grandes enseignes. Ils ne semblent pas encore avoir perdu le combat. Beaucoup restent optimistes pour l’avenir tout en ayant conscience des enjeux de l’époque.

« On aura peut-être moins de clients, c’est sûr. Mais si ceux qui restent sont un peu plus fidèles, notre marché restera stable. La vague Amazon est passée. Un algorithme ne pourra pas nous remplacer » juge Laura De Heredia, libraire à l’Arbre à Lettres.

DSC03877

« Je ne pense pas qu’on ait besoin de diversifier nos activités ou de remettre en question notre modèle. La librairie en tant que telle peut continuer à vivre, j’en suis persuadée. Le rôle de proximité du libraire existe toujours» confirme Catherine Martinez de la librairie en sursis La Hune.

Un avis partagé par beaucoup de ses confrères, et surtout par les clients :

« Un libraire nous aide à prendre connaissance de manière synthétique des nouveautés. Aller dans une librairie, c’est un appel à la curiosité, on laisse un œil trainer, c’est un univers de découverte. Et c’est surtout un échange » reconnaît Francis Busignies, fidèle à La Hune depuis 40 ans.

Le libraire traditionnel devra tout de même rafraichir son image pour retrouver sa place au sein du quartier. Cela passera peut-être par l’animation, une dimension de plus en plus présente. Les rencontres avec les auteurs, les lectures et les débats ont plus que jamais leur place au sein de ces enseignes. Un moyen d’ancrer son identité et de renouer le contact avec les lecteurs.

« Aujourd’hui, nous devons tenir le cap. Une librairie doit être une ambiance, un vrai lieu de vie. » conclut Catherine Martinez.

Par Laura Daniel

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *