La Belle Hortense, une cave à vin-librairie

La diversification des librairies a un nouveau visage à La Belle Hortense. Dans ce bar à vin on peut aussi acheter des livres. Un mélange d’univers qui fonctionne plutôt bien même si l’activité principale reste la vente de boissons.

DSC03917

Du vin et des livres. Voilà une alliance qui attire l’oeil des passants au 31 rue vieille du temple dans le quatrième arrondissement de Paris. La Belle Hortense revêt tous les atours du bar à vin mais aussi les éléments principaux de la librairie. De prime abord, on se croit dans un bar classique, mais très vite, on remarque les grandes étagères avec un large choix de livres à acheter ou simplement feuilleter.
Fondé en 1997 par Xavier Denamur et une ancienne attachée de presse des éditions Actes sud, cet endroit propose également de la restauration, une cave et une galerie. « C’est un espace où tout s’articule. Le concept repose sur les livres et le vin, qui sont deux éléments importants de la culture française. Les gens viennent boire un verre, ils peuvent rester des heures, acheter des livres, les lire sur place », raconte la dynamique Brigitte Le Guern, gérante de l’établissement depuis quinze ans et véritable maîtresse des lieux. C’est cet esprit de partage et de temps suspendu qui charme les clients.
Derrière la devanture bleue, se cache un univers convivial, où se mêlent les bonnes choses et la culture. « J’aime venir ici car j’ai l’impression d’être dans un appartement, il y a beaucoup de gens du quartier ou d’ailleurs et tout le monde se parle. Et quand on est tout seul, c’est très agréable de s’installer avec un bon livre, c’est un excellent compagnon », confie Antonio Cacciatore, client depuis déjà cinq ans.

DSC03911

Installée au comptoir, Vivien Cahn, jeune étudiante Erasmus venue d’Allemagne, savoure sa boisson, absorbée dans sa lecture des Fleurs du mal de Baudelaire, qu’elle vient tout juste d’acheter. « Je suis passée devant la Belle Hortense plusieurs fois en allant à l’université et à chaque fois j’ai eu envie de rentrer. J’aime beaucoup les livres et les cafés qui proposent quelque chose de différent », sourit la jeune femme.

« Le vin reste le nerf de la guerre ici »

Dans la douceur d’une soirée printanière, les clients sont fidèles au rendez-vous. Installés au bar, en pleine conversation, à la recherche d’un livre dans les étagères ou dans la salle du fonds, pour discuter tout en profitant de l’exposition du mois, ils sont venus pour passer un bon moment. La Belle Hortense accueille ces gourmands de vin et de lecture tous les jours de 17h à 2h du matin. Une manière pour l’équipe de renouveler le modèle classique de la librairie. « L’avenir de la librairie est terriblement menacé, il faut assurer la pérennité en proposant quelque chose de culturel mêlé à autre chose. Le vin c’est le nerf de la guerre ici », conclut Brigitte Le Guern. Pour elle, la diversification est bien une solution pour son établissement.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *